Gene KELLY (1912 / 1996)

… l'invitation à la danse

Gene Kelly

Avec Fred Astaire, Gene Kelly constitue l'un des deux pivots masculins autour desquels s'articula ce que l'on a pris l'habitude d'appeler “l'âge d'or de la comédie musicale américaine”.

Sans doute moins élégant que son aîné, il fut malgré tout un extraordinaire danseur et sans doute un bien meilleur chorégraphe.

Ses talents de réalisateur, activité entamée avec la collaboration de Stanley Donen et poursuivie en solitaire, en font un artiste des plus complets.

Une de nos fidèles visiteuses, Véronique Poitou, par ailleurs créatrice du Site Français de Gene Kelly, nous a concocté cette délicieuse page sur son idole dansante préférée… et la nôtre !

Christian Grenier

Professeur de danse…

Gene KellyGene Kelly enfant

Eugene Curran Kelly est né le 23 août 1912 à Pittsburgh, Pennsylvanie.

Son père, James Kelly, était représentant/vendeur de phonographes. Sa mère lui fait découvrir la danse très jeune.

Tous les enfants de la famille - Jay, Jim, Gene, Louise et Fred - se produisent en amateur dans des spectacles dansants, notamment Gene et Fred connus sous le nom de the Kelly Brothers.

En 1932, un "Studio de Danse de Gene Kelly" est fondé à Pittsburgh et un autre à Johnstown. C'est une affaire familiale, avec Harriet, la mère, comme manager, le père Jim, comme comptable, et Gene, Louise et Fred comme professeurs.

En 1933, Gene est diplômé à l'université de Pittsburgh, spécialité économie. Après le lycée, Gene étudie le droit à l'université de Pittsburgh…

Les débuts à Broadway

Gene KellyGene Kelly jeune homme

En 1938, Gene tente sa chance à Broadway. Son premier travail est de danser dans «Leave It to Me». Ce rôle fut suivit par un autre, plus important, dans «One for the Money» (1939).

Le grand succès de Gene arrive avec «The Time Of Your Life» de William Saroyan. La tournée dure 22 semaines, et la pièce décroche la Récompense de la Critique de Théatre.

Gene enchaîne ensuite avec la chorégraphie de «Diamond Horseshoe». Il rencontre Besty Blair, une jeune danseuse de 16 ans.

Début 1940, Gene est choisi pour être la star de «Pal Joey» (il incarne Joey Evans, un propriétaire de night club, que rien n'arrête). Le spectacle est un succès. Il y aura 270 représentations. Une pause du spectacle lui permet de chorégraphier «Best Foot Forward» de George Abbott. Puis Gene reprend la tournée de «Pal Joey» pour 2 semaines. Grâce à cette pièce, le producteur David O.SelznickDavid O.Selznick lui offre un contrat.

Il se marie avec Betsy en septembre 1941 à Philadelphie.

Hollywood…

Gene KellyHe is Singin' in the Rain 

Le premier film de Gene Kelly, tourné en 1942, est «For Me and My Gal», avec Judy Garland.

On le voit ensuite dans plusieurs comédies musicales mineures, et dans des films de guerre ; il est plutôt bien accueilli par la critique. Besty et Gene Kelly s'installent à Hollywood et ont une fille, Kerry (1942).

En 1944, l'acteur-danseur tourne «Cover Girl», avec Rita Hayworth. Ce film est connaît un immense succès, et marque les débuts de Gene Kelly en tant que grand chorégraphe. Réalisant l'immense talent de Gene, la MetroGoldwyn-Mayer le distribue dans le prochain grand film de la compagnie : «Escale à Hollywood». Gene est nominé aux Oscars comme meilleur acteur.

Les grandes chorégraphies pour la MGM…

De retour de la guerre, Gene tourne principalement dans des comédies musicales, dont «Living in a Big Way» (1947), «Le pirate» (1947), «Match d'amour» (1949), «Un jour à New York» (1949) et «Un Américain à Paris», récompensé aux Oscars en 1951 comme le meilleur film de l'année.

Relevons une exception, et de taille : son incarnation du héros français D'Artagnan dans la version “technicolorisée” des «Trois mousquetaires», réalisée en 1948 par George Sidney. Le combat que notre Gascon livre au terrible Jussac des mousquetaires du Cardinal, époustouflant de dynamisme, repose sur une chorégraphie à laquelle notre vedette n'est certainement pas étrangère.

Gene poursuit avec «Chantons sous la pluie» (1952). Ce film restera l'une des plus grandes comédies musicales américaine. Il réalise et chorégraphie ensuite «Invitation à la danse» (1956), et tourne «Brigadoon» (1954) et «Beau fixe sur New-York» (1955). Ce film est la dernière collaboration du tandem Gene Kelly - Stanley Donen.

Gene Kelly réalisateur…

Gene KellyPar le petit bout…

En 1957, Gene tourne son dernier film pour la Metro Goldwyn Mayer, «Les girls».

En 1960, Gene se marie avec Jeanne Coyne, une de ses assistantes. Ils ont deux enfants : Timothy (1962), et Bridget (1965). C'est durant cette période que Gene travaille sur des projets tels que la réalisation de «Hello Dolly» (1969), «Cheyenne Social Club» (1970)…

Pendant les années 70 et 80, Gene apparaît dans de nombreuses rétrospectives et séances de remise d'Oscars. «That's Entertainment» (1974) et «That's Entertainment II» (1975) sont des succès.

En 1982, il reçoit les honneurs du Kennedy Center, et en 1984, une récompense de l'American Film Institute pour l'ensemble de sa carrière.

Les adieux…

En 1990, Gene se marie avec l'écrivain Patricia Ward.

Il consacre les dernières années de sa vie à l'écriture de son autobiographie, qui resta inachevée.

Il décède le 2 Février 1996, à Beverly Hills, de complications consécutives à deux crises cardiaques.

Documents…

Ce dossier a été rédigé par Véronique Poitou, spécialiste française du danseur-chorégraphe Gene Kelly, à laquelle j'ai également emprunté quelques documents photographiques.

Son travail immense sur le plus grand danseur chorégraphe de l'âge d'or de la comédie musicale américaine demeure essentiel à quiconque veut mieux connaître cet homme qui fut également un excellent acteur et réalisateur.

Citation :

"Je n'ai rien fait pour mériter ma carrière. Je l'ai prise comme elle venait : elle s'est avérée riche. Comment pourrais-je être plus heureux ?"

Gene Kelly
Véronique Poitou (mai 2004)
Ed.7.2.2 : 24-3-2016