La bibliothèque de L'Encinématheque

Peter ALEXANDER (1926 / 2011)

Peter Alexander

Acteur autrichien, né Peter Alexander Neumayer, le 30 juin 1926, à Vienne (Autriche). Décédé le 2 février 2011, à Vienne (Autriche).

Fils de banquier, il servit dans l'armée allemande à un moment où il ne fallait pas (il est vrai qu'on ne lui demanda pas son avis), ce qui lui valu, à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, de passer une année dans un camp de prisonniers britannique.

Homme à tout faire, Peter Alexander chantait, dansait, jouait remarquablement du saxophone, du piano ou de l'harmonica, ce qui lui permit d'enregistrer de très nombreux microsillons. Charmant, il était le prototype du gendre idéal : entraînant et enjoué, élégant et bien élevé… une vraie perle pour belle-mère, à la manière d'un Stéphane Bern chez nous, auquel d'ailleurs il ressemble beaucoup.

Dans les années soixante et soixante-dix, il anima un show télévisé renommé et très couru outre Rhin.

Il connut au cinéma, une carrière honorable qui ne sortit toutefois pas de la sphère médiatique germanique. Si ces capacités d'acteur étaient limitées, son abbatage n'en demeurait pas moins époustouflant et sa voix émoustillait l'esprit des jeunes filles en fleur : on peut l'admirer dans ce simple exercice vocal dès 1954 sous les caméras de «Die grosse Starparade», un remake plus ou moins avoué de notre «Nous irons à Paris». Ayant ainsi dispensé sa bonne humeur dans plus de quarante films, il peut encore aujourd'hui vous aider à passer agréablement quelques dimanches après-midi pluvieux.

Le schéma de ses films – maintes fois confiés à la direction de l'autrichien Géza von Cziffra – était assez simple : acoquiné avec un faire valoir, le plus souvent Georg ThomallaGeorg Thomalla («Musikparade», 1956) ou Gunther PhilippGunther Philipp, («Die Abenteuer des Graffen Bobby», 1961), il usait de son charme pour séduire une demoiselle récalcitrante – Waltraut HaasWaltraut Haas («L'auberge du cheval blanc» ,1960) ou Vivi BachVivi Bach («Kriminaltango», 1960). Mais c'était pour la “bonne cause” et l'histoire, après quelques intermèdes musicaux, se terminait immanquablement par un(e promesse de) mariage («Liebe, Jazz und Übermut», 1957) ! Pour autant, il peut se montrer très émouvant lorsqu'il chante «Honey» dans «Die Lümmel von der ersten Bank, 2» (1968), voire carrément époustouflant dans les dix dernières minutes de «Wehe wenn sie losgelassen» (1958) où il se livre à un numéro musical endiablé en dirigeant et accompagnant à l'improviste un orchestre symphonique au complet.

Dès 1961, son personnage récurrent du comte Bobby, travesti pour la “bonne cause” («Das süsse Leben des Graffen Bobby», 1962), contribua largement à asseoir sa notoriété pour la durée des sixties. Toutes ces bandes sont encore régulièrement diffusées par les chaînes de télévision germaniques, plus respectueuses du patrimoine cinématographique national que les nôtres.

Son dernier film, «Haputsache Ferien», mis en scène par le comédien-réalisateur Peter WeckPeter Weck, date de 1972.

De sa conséquente filmographie, il me plait de ressortir «Charleys Tante» (1963) qui lui permit à nouveau de changer de sexe, sur un thème maintes fois repris au cinéma, notamment en France par Fernand Raynaud («La marraine de Charley» (1959).

Peter Alexander fut l'époux d'une seule femme, Hildegarde Hagen, (1952-2003), et le père de 2 enfants : une fille, Suzanne (1958, décédée en 2009 dans un accident de la circulation en Thaïlande), et un fils, Michael (1963). Il nous a quitté, discrètement pour les cinéphiles français, au début de l'année 2011.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1948
DEN ENGEL MIT DER POSAUNE (L'ange à la trompette)
2
1954
DIE GROSSE STARPARADE (Nous irons à Hambourg) [Apparition]
3
1955
BONJOUR KATHRIN
4
1956
MUSIKPARADE
5
1956
EIN MANN MUSS NICHT IMMER SCHON SEIN
6
1957
LIEBE, JAZZ UND ÜBERMUT
7
1958
MÜNCHHAUSEN IN AFRIKA
8
1958
WEHE, WENN SIE LOSGELASSEN
9
1958
SO EIN MILLIONÄR HAT'S SCHWER
10
1958
SCHLAG AUF SCHLAG
11
1959
PETER SCHIEßT DEN VOGEL AB
12
1959
ICH BIN KEIN CASANOVA
13
1960
ICH ZÄHLE TÄGLICH MEINE SORGEN
14
1960
KRIMINALTANGO
15
1960
IM WEISSEN RÖSSL (L'auberge du Cheval Blanc)
16
1961
DIE ABENTEUER DES GRÄFEN BOBBY
17
1961
SAISON IN SALZBURG
18
1961
DIE FLEDERMAUS
19
1962
DAS SÜSSE LEBEN DES GRAFEN BOBBY
20
1962
HOCHZEITSNACHT IM PARADIES
21
1963
CHARLEYS TANTE
22
1963
SCHWEJKS FLEGELJAHRE
23
1964
UND SOWAS MUSS ACHT INS BETT
24
1965
DAS LIEBESKARUSSEL (Parade d'amour) [Sk."Lolita"]
25
1965
GRAF BOBBY, DER SCHRECKEN DES WILDEN WESTENS (Le comte Bobby, la terreur de l'ouest)
26
1968
DIE LÜMMEL VON DER ERSTEN BANK, 2 TEIL: ZUM TEUFEL MIT DER PENNE
27
1969
HURRA, DIE SCHULE BRENNT (Die Lümmel von der estern Bank IV. Teil)
28
1972
HAUPTSACHE FERIEN
Éd. 9.1.4 : 14-2-2019