La bibliothèque de L'Encinématheque

Ralph RICHARDSON (1902 / 1983)

Ralph Richardson

Acteur britannique, né le 19 décembre 1902 à Cheltenham, Angleterre. Décédé le 10 octobre 1983, à Londres.

Evoquer la carrière de ce grand comédien, c'est avant tout parcourir plus d'un demi-siècle de l'histoire du théâtre anglais, dont il fut, avec ses amis Laurence OlivierLaurence Olivier et John GielgudJohn Gielgud, l'un des plus éminents représentants.

D'abord bruiteur, puis figurant, il devint dans les années 30 un acteur shakespearien de premier plan au sein de la prestigieuse troupe de l'Old Vic, qu'il dirigera pendant quelques années avec Laurence Olivier. En 1940, il triomphe dans «Othello» avant d'incarner Macbeth (dans une mise en scène de John Gielgud) et de laisser libre cours à sa fantaisie dans le rôle mythique de Falstaff. Tout au long d'une extraordinaire carrière théâtrale qui le mène jusqu'aux années 80, il ne négligera ni le répertoire étranger ni les auteurs contemporains, jouant les rôles-titres de «Cyrano de Bergerac» ou «Oncle Vanya» et créant en Angleterre «En attendant Godot» de Beckett ou «No man's land» de Harold Pinter.

Bien qu'abondante et régulière, sa production cinématographique n'aura pas toujours le même éclat. Les débuts dans les années 30 sont visiblement “alimentaires” si l'on excepte le rôle du dictateur dans «La vie future» (1936) d'après H.G. Wells et sa participation aux deux classiques que sont «La citadelle» de King Vidor (1938) et «Les quatre plumes blanches» de Zoltan Korda (1939).

En 1948, enfin, il trouve un rôle à sa mesure dans la nouvelle adaptation par Julien Duvivier du roman de Tolstoï, «Anna Karénine» : face à son épouse de cinéma, Vivien Leigh, il n'a pas de mal à éclipser le pâle interprète de Vronski ! La même année, Carol Reed lui offre l'un de ses rares premiers rôles dans «Première désillusion», adaptation du roman de Graham Greene : il y incarne l'idole déchue du titre original, le majordome Baines, qui fascine le jeune héros jusqu'à ce que sa médiocrité éclate au grand jour.

En 1949, le père autoritaire de «L'héritière» Olivia de Havilland lui vaut une première nomination à l'oscar du meilleur second rôle masculin. Les années suivantes lui apporteront bon nombre de compositions marquantes sous la direction de grands cinéastes anglais et américains, de David Lean à Otto Preminger, et aux côtés de comédiens émérites comme Alec GuinnessAlec Guinness ou Katharine HepburnKatharine Hepburn : «Richard III» (1956), «Notre agent à La Havane» (1959)), «Exodus» (1960), «Le docteur Jivago» (1965, «Khartoum» (1966)… Il semble difficile d'imaginer à cette époque une production de prestige sans la caution d'un tel comédien !

S'il n'obtint jamais l'oscar malgré ses trois nominations, il reçut de nombreux prix d'interprétation, en particulier en 1952 pour «Le mur du son» de David Lean et en 1962, au festival de Cannes, pour «Le long voyage vers la nuit» de Sidney Lumet.

A partir des années 60, l'humour vient tempérer nombre de ses compositions ; il faut dire que de jeunes cinéastes comme Richard Lester ou Lindsay Anderson (et plus tard Terry Gilliam) font appel à lui. N'oublions pas sa savoureuse prestation en Mr.Micawber dans «David Copperfield» version 1969 (tournée pour le petit écran mais diffusée en salles dans certains pays) qui vaut bien celle de W. C. Fields dans le film de George Cukor.

Dans «Rollerball» (1975), il donne une profonde humanité au personnage du libraire, dernier gardien de la culture dans un monde futuriste et violent.

Quelques semaines avant sa disparition, il trouve l'un de ses rôles les plus célèbres, celui du grand-père de Christophe Lambert dans «Greystoke» de Hugh Hudson (1983) : la scène où le vieux lord anglais entreprend de dévaler le grand escalier du château assis sur un plateau d'argent et trouve la mort dans les bras de son petit-fils montre parfaitement les qualités de ce grand artiste capable de combiner classe et humour, dérision et émotion. Le film sera dédié à sa mémoire.

Ralph Richardson se maria à deux reprises avec des comédiennes : en 1924 avec Muriel HewittMuriel Hewitt (décédée en 1942) puis en 1944 avec Meriel ForbesMeriel Forbes, qui lui donna un fils et sera à plusieurs reprises sa partenaire. Il fut anobli en 1947 par le roi George VI "pour services rendus à la scène britannique".

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11936THINGS TO COME (La vie future)
21938THE CITADEL (La citadelle)
31938Q PLANES (Armes secrètes)
41939THE FOUR FEATHERS (Les quatre plumes blanches)
51942THE DAY WILL DAWN (La revanche)
61944THE SILVER FLEET (P.H. contre Gestapo) [ +Producteur associé ]
71948ANNA KARENINE
81948THE FALLEN IDOL (Première désillusion)
91949THE HEIRESS (L'héritière)
101951OUTCAST OF THE ISLANDS (Le banni des îles)
111951THE SOUND BARRIER (Le mur du son)
121956RICHARD III
131960EXODUS
141962LONG DAY's JOURNEY INTO NIGHT (Long Voyage vers la Nuit)
151964WOMAN OF STRAW (La femme de paille)
161965DOCTOR ZHIVAGO (Le docteur Jivago)
171966THE WRONG BOX (Un mort en pleine forme)
181966KHARTOUM
191969MIDAS RUN
201969BATTLE OF BRITAIN (La bataille d'Angleterre)
211970EAGLE IN A CAGE
221971WHO EVER SLEW AUNTIE ROO (Qui a tué tante Roo?)
231973O LUCKY MAN! (Le meilleur des mondes possibles)
241975ROLLERBALL
251980TIME BANDITS (Bandits, bandits)
261982DRAGONSLAYER (Le dragon du lac de feu)
271983GREYSTOKE, THE LEGEND OF TARZAN, LORD OF THE APES (Greystoke, la légende de Tarzan)
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 27-4-2016