La bibliothèque de L'Encinématheque

Bernard FRESSON (1931 / 2002)

Bernard Fresson

Acteur français, né le 27 mai 1931, à Reims (Marne, France). Décédé le 20 octobre 2002, à l'hôpital d'Orsay (Essone, France).

Fils de boulangers rémois, à la stature imposante, Bernard Fresson se fit d'abord remarquer par de brillantes études, sortant majeur de sa promotion à H.E.C. (Hautes Études Commerciales). Mais c'est vers une carrière de sportif professionnel qu'il s'oriente dans un premier temps, pratiquant assidument le football et le cyclisme. On le vit également, dit-on, trompettiste et garagiste ! Et, de sa voix grave de baryton, il ne dédaignait pas pousser la chansonnette à l'occasion.

Par goût de l'aventure, il accepte de conduire un camion transportant les décors et les costumes d'une troupe théâtrale en tournée au Brésil, tenant à l'occasion le rôle de Ponce-Pilate. De retour en France, ayant pris goùt à l'affaire, il s'inscrit, au cours de de Tania Balachova. Il fait ses débuts sur scène en 1956 et, deux ans plus tard, apparaît pour la première fois à l'écran dans le film de Henri Aisner, «Les copains du dimanche» (1957).

Au début des années soixante, les téléspectateurs français le remarquent dans un rôle de la série «Les compagnons de Jéhu». Dès lors, tout s'enchaîne. Son physique l'amène à interpréter des rôles de prolétaires costauds. Ce qui lui fit déclarer, quelques années plus tard, dans une revue cinématographique : "Je considère que je n'ai jamais fait de cinéma. Je sers la soupe… J'ai fait dix-sept fois le flic et autant de fois le camionneur, mais je ne désespère pas de faire un jour du cinéma !".

Du cinéma, il en fera, et souvent du bon. Citons «La guerre est finie» d'Alain Resnais (1966), «Z» de Costa-Gavras (1969), «Max et les Ferrailleurs» de Claude Sautet (1970), «Le locataire» de Roman Polanski (1976), etc. Il n'y tint certes pas toujours les premiers rôles, mais nul n'a oublié son apparition en peintre sanguin aux côtés de Jean Rochefort, non moins lubrique, dans ce film remarquable et pourtant si peu remarqué, «Les galettes de Pont Aven».

Sa carrière théâtrale est impressionnante. Citons en vrac : Berthold Brecht, Arrabal, Shakespeare, Corneille, Dostoïevsky, Harold Pinter, et même Marguerite Duras. Sa carrure de lutteur lui valut d'interpréter de grands personnages, comme Danton (plus crédible que Gérard DepardieuGérard Depardieu) dans un spectacle de Robert Hossein («Danton et Robespierre», 1979), ou encore, pour le petit écran, déjà Danton dans «Beaumarchais ou 60 000 fusils» (1966), «Jean-Jaurès, vie et mort d'un socialiste» et Didier Daurat dans «L'aéropostale, courrier du ciel» (1980), Churchill dans «Yalta» (1984), «Pasteur, cinq années de rage» (1995), Victor Hugo dans «La bataille d'Hernani» (2002), «Jean Moulin, une affaire française» (2003), etc.

La petite lucarne fut d'ailleurs son terrain de prédilection ; citons en vrac «La chaîne», «Efficax», «Le locataire d'en haut», «Le dernier regard de l'aigle» (1979), «Légitime défense» (1980), «Lucienne et le boucher», «Soldat Richter», «Pauline ou l'écume de la mer», «Sa majesté le flic» (1984), «La guerre du cochon», «L'ami Maupassant» (1986), «Sans famille» (2000),…

Sur le plan sentimental, il entretint pendant quelques années une liaison agitée avec l'actrice Annie Girardot qui en fit également son partenaire professionnel : «Les feux de la chandeleur», «Il n'y a pas de fumée sans feu» (1972), «Ursule et Grelu» (1973), «Il pleut sur Santiago» (1975), «À chacun son enfer» (1976), «Le dernier baiser» (1977).

Sur le tard, il se fit encore remarquer par ses compositions dans «Germinal» de Claude Berri (1993), «Mon homme» de Bertrand Blier (1996), ou encore «Place Vendôme» (1997) où Nicole Garcia en fait pour un court moment l'époux acculé au suicide de Catherine Deneuve.

Chevalier de la Légion d'Honneur, Bernard Fresson, que l'on savait atteint d'un cancer, est décédé à l'hôpital d'Orsay (Essone), alors qu'il devait réendosser le costume de Jaurès pour l'adaptation télévisée du roman de Roger Martin du Gard, «Les Thibault».

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1957
LES COPAINS DU DIMANCHE, Inédit en salles
2
1960
LA RAGAZZA IN VETRINA (La fille dans la vitrine)
3
1961
LA BRIDE SUR LE COU
4
1962
THE LONGEST DAY (Le jour le plus long)
5
1964
LE TRAIN
6
1965
LA GROSSE CAISSE
7
1966
LA GUERRE EST FINIE
8
1966
PARIS BRÛLE-T-IL?
9
1966
TRIPLE CROSS (La fantastique histoire vraie d'Eddie Chapman)
10
1967
TANTE ZITA
11
1967
L'ÉCUME DES JOURS
12
1968
ADIEU L'AMI
13
1969
"Z"
14
1970
TROP PETIT, MON AMI
15
1970
MAX ET LES FERRAILLEURS
16
1971
UN PEU DE SOLEIL DANS L'EAU FROIDE
17
1972
LES FEUX DE LA CHANDELEUR
18
1972
3 MILLARDS SANS ASCENSEUR
19
1972
IL N'Y A PAS DE FUMÉE SANS FEU
20
1973
URSULE ET GRELU
21
1975
FRENCH CONNECTION II
22
1975
LE FUTUR AUX TROUSSES
23
1975
MORDS PAS, ON T'AIME
24
1976
L'ORDINATEUR DES POMPES FUNÈBRES
25
1976
LE LOCATAIRE
26
1976
MADO
27
1976
A CHACUN SON ENFER
28
1977
LE DERNIER BAISER
29
1981
MADAME CLAUDE 2
30
1981
ESPION, LEVE-TOI
31
1983
GARÇON!
32
1988
BONJOUR L'ANGOISSE
33
1993
GERMINAL
34
1995
MON HOMME
35
1997
PLACE VENDÔME
36
2000
L'ENVOL
37
2000
LE PACTE DES LOUPS
38
2002
L'ADVERSAIRE
Éd. 9.1.4 : 4-3-2019