La bibliothèque de L'Encinématheque

Margaret DUMONT (1882 / 1965)

Margaret Dumont

Actrice américaine, née Daisy Juliette Baker, le 20 octobre 1882 à New York. Décédée le 6 mars 1965 à Hollywood.

Est-ce d’avoir été élevée par son parrain, l’écrivain Joel Chandler Harris, auteur des «Contes de l’oncle Remus» ? Toujours est-il que Margaret Dumont sembla garder éternellement une naïveté sans bornes qui lui permettait de rester de marbre face aux saillies les plus saugrenues de Groucho MarxGroucho Marx, son partenaire privilégié. Elle avait entamé très jeune, sous le pseudonyme de Daisy Dumont, une carrière de chanteuse et comédienne, à l’opéra puis au music-hall. A Philadelphie – où elle débute dans «La belle et la bête» –, à Atlantic City et même au Casino de Paris, on loue sa "… beauté sculpturale". En 1910, elle renonce à sa carrière pour épouser un milliardaire, John Moller Jr. Veuve en 1918, elle décide de renouer avec son métier malgré l’avis contraire de sa belle-famille : Daisy devient Margaret et ne tarde pas à se faire un nom sur les planches. En 1925, le producteur de «The Cocoanuts» ne voit qu’elle pour jouer Mrs.Potter, veuve richissime courtisée pour sa fortune par un allumé de première nommé Groucho Marx. Le triomphe de la pièce annonce celui d’«Animal Crackers» ; trois ans plus tard, ne reculant devant aucun sacrifice, Margaret y affronte aussi Harpo MarxHarpo Marx dans un match de catch burlesque sans perdre pour autant son self-control !

Sur la lancée, Margaret fait ses vrais débuts au cinéma en compagnie des Marx BrothersMarx Brothers. Certes, elle avait paru en 1917 dans une adaptation de Dickens, «A Tale of Two Cities» mais ce n’était qu’un faux départ. «Noix de coco» (1929) sera suivi de «Animal Crackers/L’explorateur en folie» (1930), «Soupe au canard» (1933), «Une nuit à l’opéra» (1935), «Un jour aux courses» (1937) et «Un jour au cirque» (1939). Qu’elle s’y nomme Mrs.Rittenhouse, Mrs.Gloria Teasdale, Mrs.Claypool ou Mrs.Upjohn, son rôle sera pratiquement toujours le même, celui d’une femme riche et coincée en butte aux déclarations d’amour de Groucho, agrémentées de sarcasmes qu’elle subit avec vaillance. Au final de «Soupe au canard», lorsqu’elle se lance avec emphase dans un hymne patriotique, elle se fait bombarder de fruits par les quatre frères Marx ! De même, c’est elle qui ouvre la cabine archi-bondée d’«Une nuit à l’opéra» au risque d’être submergée par un raz-de-marée humain. Interrogé sur sa partenaire de prédilection, Groucho déclara qu’il avait toujours eu un grand plaisir à jouer avec elle : "C’était une femme remarquable, identique à la scène et à la ville. Elle prenait tout au pied de la lettre, me demandant sans cesse : 'Julius, pourquoi rient-ils ?'" Lorsqu’elle tourna «Un jour aux courses», Margaret Dumont était convaincue de jouer "… enfin un rôle sérieux". Son mérite, même involontaire, fut récompensé cette année-là par un prix du meilleur second rôle féminin, une critique allant même jusqu’à réclamer qu’on lui remette une médaille pour sa bravoure !

«Les Marx Brothers au grand magasin» (1941) semblait la septième et dernière station de son chemin de croix mais d’autres comiques allaient prendre le relais. Dans «Passez muscade» (1941), son apparition en matrone flanquée d’un doberman suffit à faire fuir W.C. FieldsW.C. Fields qui se précipite dans le vide plutôt que de l’embrasser ! Il la retrouve pourtant le temps d’un sketch de «Six destins» (1942) où, sous le nom de Mrs.Langahankie, elle préside une délirante conférence antialcoolique. Dans «Maîtres de ballets» (1943), l’un des derniers Laurel et HardyLaurel et Hardy, elle ne joue pas vraiment avec le fameux duo (même s’ils se cachent sous son lit !) mais reprend son rôle traditionnel de mère collet monté irritée contre un mari qui ronfle la nuit et boit en douce. On la retrouve face à Red SkeltonRed Skelton dans «Le bal des sirènes» (1944), Danny KayeDanny Kaye dans «Un fou s’en va-t-en guerre» (1944), Abbott et CostelloAbbott et Costello dans «Deux nigauds vendeurs» (1946) et Jack Benny dans «The Horn Blows at Midnight» (1945) où elle campe une Castafiore nommée Madame Traviata… Comme par inadvertance, Margaret parut aussi fugitivement dans «Reckless/Imprudente jeunesse» (1935) avec Jean HarlowJean Harlow, «Chronique mondaine» (1935) avec Clark GableClark Gable et surtout «Femmes» de George Cukor (1939) mais, pour l’essentiel, les producteurs la cantonneront dans son rôle de repoussoir comique. Les années 50 seront pauvres en rôles intéressants et on ne pourra vraiment l’apprécier que dans son dernier film, «Madame croque-maris» (1963), où elle campe la mère abusive de Shirley MacLaineShirley MacLaine, atteinte par la folie des grandeurs.

Quelques jours avant sa disparition, celle qui se définissait elle-même comme la "grande naïve d’Hollywood" retrouvait Groucho dans un show télévisé pour une reprise de leurs répliques cultes d’«Animal Crackers» : trente-cinq ans étaient passés mais Margaret ne semblait toujours pas comprendre pourquoi "ils riaient" … A moins que, meilleure comédienne que l’on ne pense, elle n’ait dupé son monde toute sa vie !

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11929THE COCOANUTS (Noix de coco)
21930ANIMAL CRACKERS (L'explorateur en folie)
31931THE GIRL HABIT , de Edward F.CLINE 
41933DUCK SOUP (La soupe au canard)
51935RENDEZVOUS [ Non créditée ]
61935A NIGHT AT THE OPERA (Une nuit à l'opéra)
71937A DAY AT THE RACES (Un jour aux courses)
81938DRAMATIC SCHOOL (Coup de théâtre)
91939AT THE CIRCUS (Un jour au cirque)
101941THE BIG STORE (Les Marx Brothers au grand magasin)
111941NEVER GIVE A SUCKER AN EVEN BREAK (Passez muscade)
121942TALES OF MANHATTAN (Six destins) [ Episode restauré ]
131943THE DANCING MASTERS (Maîtres de ballet)
141945THE HORN BLOWS AT MIDNIGHT
151945SUNSET IN EL DORADO
161952STOP, YOU'RE KILLING ME (Le bal des mauvais garçons)
171964WHAT A WAY TO GO (Madame croque-maris)
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 7-6-2016