La bibliothèque de L'Encinématheque

Sylvia KRISTEL (1952 / 2012)

Sylvia Kristel

Actrice néerlandaise, née le 28 septembre 1952, à Utrecht (Pays-Bas). Décédée dans la nuit du 17 au 18 octobre 2012, à Amsterdam (Pays-Bas).

À 11 ans, Sylvia Kristel est placée dans un pensionnat religieux où elle reçoit une éducation stricte et rigoureuse. Dotée d'un quotient intellectuel que l'on mesure bien vite élevé, elle réussit de brillantes études. Mannequin, elle fait ses premières apparitions cinématographiques, légère et dévêtue, dès 1972, dans quelques productions nationales.

Au terme d'un long travail de détection, elle est choisie pour incarner à l'écran l'héroïne sulfureuse des romans d'Emmanuelle Arsan, «Emmanuelle» (1974). Dans une France à peine libérée de la censure pompidolienne, le film obtient une sortie (presque) sans coupures dans des circuits de premier choix. Son succès, fulgurant, ne se démentira jamais et l'on prétend qu'il fit à ce jour l'objet de plus d'un million de projections en salles ! La jeune actrice voit alors son “portrait” affiché sur les murs de tous les pays – non intégristes – du monde et devient rapidement la personnalité la plus célèbre de l'histoire du cinéma hollandais.

Emmanuelle se devait de “faire des petits” : «Emmanuelle 2, l'anti-vierge» (1975) et «Goodbye Emmanuelle» (1977) surfent sur la mode du genre “érotique chic”. En 1984, lassée du jeu, et peut-être atteinte par la limite d'âge, Sylvia se défait habilement – et aisément – du costume de son personnage par le biais de la chirurgie esthétique, au profit de l'insipide Mya NigrenMya Nigren.

La sensuelle Néerlandaise nous aura entre temps fait profiter de ses charmes dans plusieurs aventures tout aussi polissonnes, comme «La marge» (1976), «L'amant de Lady Chatterley» (1981) ou «Mata Hari» (1981). Nous aurons pu apprécier d'autres facettes de son talent grâce à quelques réalisateurs plus “convenables”, comme Alain Robbe-Grillet («Le jeu avec le feu», 1974), Claude Chabrol («Alice ou la dernière fugue», 1976) ou Francis Girod («René La Canne», 1976). Curieusement, et toujours friand du contre-pied, Roger Vadim en fait «Une femme fidèle» (1976) dans une adaptation non avouée des «Liaisons dangereuses» de Chaderlos de Laclos. En 1979, oserais-je écrire qu'elle “s'envoya en l'air“ avec Alain Delon dans un «Airport 80, Concorde» de petite envergure ? La suite fut moins profitable et, pour l'essentiel, Sylvia Kristel termina sa carrière dans les limbes d'un cinéma batave qui ne profite guère de l'ouverture des frontières européennes.

L'on a dit et écrit que le rôle d'Emmanuelle lui pesa. Pourtant, elle y revint en 1993, dans «Emmanuelle au 7ème ciel» de Francis Leroi. En 2001, elle amusait encore les photographes en posant une nouvelle fois dans le fameux fauteuil d'osier. Elle n'hésite pas davantage à le mettre en couverture de son autobiographie au titre évocateur, «Nue dans l'ombre du fantasme» (2006).

Compagne du réalisateur belge Hugo Claus, père de leur fils Arthur (1975), puis de l'acteur anglais Ian McShane, Sylvia Kristel fut l'épouse de l'homme d'affaires Alan Turner (1982/1983) et du metteur en scène Philippe Blot (1986/1991) qui, après l'avoir dirigée dans une triplette de films, la spolia d'une bonne partie de ses biens. Enfin, elle partagea quelques années de sa vie avec le producteur belge Freddy de Vree, décédé en 2004. Réfugiée dans les arts plastiques qui lui valurent de tardives satisfactions, elle acheva son existence, rongée par un cancer, dans la bonne vieille ville d'Amsterdam.

Symbole de la libération de la femme pour les uns, de l'asservissement aux désirs masculins pour les autres, elle dispensa autour d'elle probablement davantage de plaisirs que de souffrances. Combien d'entre nous pourront en dire autant au moment d'espérer la rejoindre en Paradis ?

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1972
NIET VOOR DE POESEN (Les chattes se mouillent), de Foons RADEMAKERS
 
2
1973
FRANK EN EVA (Scènes de la vie amoureuse d'un couple), de Pim de la PARRA
 
3
1973
NAAKT OVER DE SCHUTTING, de Franz WEISZ
 
4
1974
EMMANUELLE
5
1974
UN LINCEUL N'A PAS DE POCHES
6
1974
LE JEU AVEC LE FEU
7
1975
ES WAR NICHT DIE NACHTIGALL/DER LIEBERSCHULER (Julia et les hommes)
8
1975
EMMANUELLE 2, L'ANTIVIERGE
9
1976
UNE FEMME FIDÈLE
10
1976
LA MARGE
11
1976
ALICE OU LA DERNIERE FUGUE
12
1976
RENÉ LA CANNE
13
1977
GOODBYE EMMANUELLE
14
1978
PASTORALE 1943, de Wim VERSTAPPEN
 
15
1978
LETTI SELVAGGI (Les monstresses) [Sk."L'Arabe","La jeune épouse"]
16
1979
BEHIND THE IRON MASK/THE 5th MUSKETEER (Le cinquième mousquetaire), tourné en 1977
17
1979
AIRPORT 80 CONCORDE
18
1980
UN AMOR IN PRIMERA CLASSE (L'amour en première classe)
19
1981
L'AMANT DE LADY CHATTERLEY
20
1981
PRIVATE LESSONS (Leçons très particulières)
21
1983
PRIVATE SCHOOL (École privée pour filles)
22
1984
EMMANUELLE 4
23
1984
MATA-HARI
24
1985
RED HEAT (Chaleur rouge)
25
1988
DRACULA's WIDOW, de Christopher COPPOLA
 
26
1993
EMMANUELLE AU 7ème CIEL, de Francis LEROI
 
27
1997
GASTON's WAR
28
2000
LIJMEN / HET BEEN, de Robbe De HERT
 
29
2010
TWO SUNNY DAYS, d'Ognjen SVILICIC
 
Éd. 9.1.4 : 26-5-2019