La bibliothèque de L'Encinématheque

Georges STAQUET (1932 / 2011)

Georges Staquet

Acteur français, né Jules Lehingue, le 15 septembre 1932, à Bruille-lez-Marchiennes (Nord, France). Décédé le 3 janvier 2011, à Paris (Île-de-France, France).

Georges Staquet fait partie de ces acteurs dont tout le monde connaît le visage, sans forcément retrouver le nom. En fait, il porte, à la scène comme à l’écran, le nom de jeune fille de sa maman.

C’est un “ch’ti”. "Youlek" (surnom affectueux que lui donnaient ses collègues aînés polonais) commence à travailler très jeune au fond de la mine, en remplissant les wagonnets de charbon. Il est mineur tout comme l’était son père qui menait les chevaux tirant ces mêmes wagonnets. Pour se divertir de ce dur labeur, il apprend à jouer de la clarinette et en fait profiter le public du dimanche. Il lui arrive aussi de pousser la chansonnette. De même, il joue des petits rôles dans les troupes théâtrales d'amateurs.

Un jour, il descend sur la capitale avec une de ces troupes d'amateurs et à la chance de faire la connaissance de Pierre Prévert. Cette rencontre en entraîne d'autres et c’est ainsi qu’il noue des liens complices avec MouloudjiMouloudji et Georges Brassens. La joie de chanter les réunit, mais c’est pourtant un tout autre avenir qui lui est réservé. En atttendant, pour gagner sa vie, il travaille dans les chaufferies des hôpitaux parisiens.

Sa carrière artistique se dessine alors qu’il a déjà 30 ans. Il est accepté dans la troupe du TNP, dirigée par Jean VilarJean Vilar, et fait ses débuts à l’Odéon. Il se trouve inévitablement au Festival d’Avignon. Certes, il ne tient pas les premiers rôles mais sa personnalité est facilement repérable et il est convaincant. Il lui faut des rôles virils, de fortes têtes éventuellement; la romance, le théâtre de boulevard, ce n’est pas vraiment sa tasse de thé.

En même temps, il aborde naturellement le cinéma. Une quarantaine de longs métrages environ seront à mettre à son actif au terme de son existence. C'est Jean-Luc GodardJean-Luc Godard qui lui offre ses premiers rôles importants : «Bande à part» (1964), «Pierrot le Fou» (1965) et «Week-End» (1967). «Paris-Brûle-t-il» (1966) nous le présente en capitaine Drone, forte tête à laquelle le Maréchal Leclerc (superbe Claude Rich), confie l'ordre de foncer sur la capitale.

La décennie suivante lui sera (cinématographiquement) favorable. Dès 1970, il apparaît dans «Le mur de l’atlantique» (1970) où, avec Roland LesaffreRoland Lesaffre, il joue un résistant de parade. Yves BoissetYves Boisset, alors dans sa grande époque, l'utilise pour «L'attentat» (1972), «R.A.S.» (1973) et «La femme flic» (1980). Nous nous souvenons également de sa prestation dans «La zizanie» (1978) où il campe un syndicaliste.

Plus tard, iI est le père du «Maitre d’école» (1981), alias ColucheColuche, dans le film éponyme de Claude Berri. Il retrouvera ce dernier dans «Germinal» (1993). Dans «I comme Icare» (1979), il est le concierge de l’immeuble depuis lequel les assassins du président d’une république imaginaire ont tiré. Le voici inspecteur de police dans «Rouge baiser» (1985), puis curé dans ce momument de Bertrand Tavernier, «La vie et rien d’autre» (1989).

Ne dédaignant pas le théâtre («La Baye» en 1967,…), ce fut toutefois pour le petit écran qu'il réserva le plus grande nombre de compositions («Café du Square» en 1969, «Le dernier train» en 1979, «Le pain de fougère» en 1981,…).

Plus récemment, on aura pu le reconnaître sous les traits de Nénesse le jardinier dans «Quelqu’un de bien» (2002) de Patrick Timsit. Ce devait être son dernier film. Il nous a quitté à 78 ans, sans doute pressé de rejoindre sa chère compagne et muse Tania, partie un an avant lui.

Donatienne

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1964
BANDE À PART
2
1965
PIERROT LE FOU
3
1966
PARIS BRÛLE-T-IL?
4
1967
WEEK-END
5
1970
LE MUR DE L'ATLANTIQUE
6
1971
LE TUEUR
7
1972
L'ATTENTAT
8
1972
SANS SOMMATION
9
1973
R.A.S.
10
1973
LA BONNE ANNÉE
11
1978
LA ZIZANIE
12
1979
LA GUERRE DES POLICES
13
1979
I… COMME ICARE
14
1981
LE MAÎTRE D'ÉCOLE
15
1985
ROUGE BAISER
16
1989
LA VIE ET RIEN D'AUTRE
17
1993
GERMINAL
18
2002
QUELQU'UN DE BIEN
Éd. 9.1.4 : 28-5-2019