La bibliothèque de L'Encinématheque

Jean BROCHARD (1893 / 1972)

Jean Brochard

Acteur français, né Jean-Louis Brochard, le 12 mars 1893, à Nantes. Décédé à Nantes le 17 juin 1972.

Avec son air bonhomme, son bedon, sa moustache et sa bouffarde, Jean Brochard semblait l’incarnation parfaite du français moyen et c’est bien le rôle qu’il tiendra tout au long de trois décennies de carrière et près de 120 films. Après le Conservatoire de Nantes, il entame en province un parcours théâtral interrompu par la guerre (il sera grièvement blessé au Chemin des Dames). Dans les années 20, on le retrouve sur les scènes parisiennes mais le cinéma ne le découvre qu’en 1932 (il a déjà 39 ans). De simples apparitions en silhouettes amusantes, il gagne un début de notoriété grâce aux aventures, aujourd’hui oubliées, de «L’inspecteur Grey» (1936) dont il sera le faire-valoir comique dans trois films, ce qui lui permet de figurer ensuite chez Marcel Lherbier, Jacques Feyder ou Abel Gance.

C’est dans les années 40 qu’il s’impose comme un pilier du cinéma national en grande partie grâce à Christian-JaqueChristian-Jaque qui l’emploie à sept reprises, avec une prédilection pour les rôles de bourgeois lâches et veules. “Impayable” Loiseau dans «Boule de Suif» (1945), il combine drôlerie et bassesse avec un talent évident, que l’on retrouve dans «Un revenant» (1946) : industriel pusillanime et magouilleur, effrayé par le retour de Jouvet, il dispense à son fils (François PérierFrançois Périer) des cours d’hypocrisie bourgeoise… Auparavant, il était particulièrement antipathique en pédophile dans «L’enfer des anges» (1939) et en meurtrier dans «L’assassinat du père Noël» (1941). Sur une note plus amène, il joue l’aubergiste Lillas Pastia de «Carmen» (1943) et, dans «Voyage sans espoir» (1943), un policier aux trousses de Paul BernardPaul Bernard.

De fait, on peut dire que la police lui réussit assez bien : agent, inspecteur, commissaire, il en aura grimpé tous les échelons, jusqu’au commissaire divisionnaire de «Raffles sur la ville» (1957). Auprès de Fernandel dans «L’acrobate» (1940), on le retrouve, complètement dépassé par l’amnésie volontaire de cet hurluberlu. C’était déjà son emploi, le bégaiement en sus, dans «Raphaël le tatoué» (1937). Mention spéciale à ses excellentes prestations d’inspecteur perspicace dans «L’homme de Londres» (1943) et surtout «Le rideau rouge» (1952) où il découvre l’univers du théâtre avec une fausse naïveté qui fait merveille. D’autres uniformes semblent lui réussir, celui de gendarme dans «Monsieur Taxi» (1952) ou de curé de l’Ile de Sein dans «Dieu a besoin des hommes» (1950).

Parmi les personnages inquiétants qu’il se plut à interpréter, on remarque Dandurand, l’assassin de «Cécile est morte» (1943), démasqué par Maigret (Albert Préjean) et le redoutable Marche-à-Terre dans «Les chouans» (1946). Chez Clouzot, il a toute sa place dans la galerie des corrompus épinglés par «Le corbeau» (1943) : économe de l’hôpital, il se sert impunément dans la caisse et exerce un chantage sur son supérieur hiérarchique… Le docteur Parpalaid de «Knock» (1950) est moins fautif mais tout aussi médiocre, comme Duveyrier, le nouveau propriétaire de l’immeuble de «Pot-Bouille» (1957), cocu affublé d’un ridicule lorgnon.

Heureusement, il campe aussi des personnages plus aimables, comme le résistant héroïque de «Jéricho» (1945), Piéchut, le maire de «Clochemerle» (1948), l’ouvrier blessé par balle dans «Sous le ciel de Paris» (1950) ou Plantiveau, l’homme à tout faire de la pension sordide tenue par Paul MeurissePaul Meurisse et Véra ClouzotVéra Clouzot dans «Les diaboliques» (1954). Dans «Les espions» (1957), Clouzot lui propose même une promotion : le voilà, fugitivement, directeur d’école. Divine surprise dans l’horizon un peu terne de sa filmographie des années 50, son incursion inattendue chez Fellini dans «Les vitelloni» (1953) où il campe un père plus italien que nature, le temps de corriger à coups de ceinturon son don juan de fils (Franco Fabrizi) !

En 1960, après deux dramatiques de prestige signées Stellio Lorenzi, la maladie l’oblige à se retirer à "L’Entracte", ainsi qu’il avait joliment baptisé sa maison de Saint-Jean-de-Boiseau, en Loire-Atlantique. Il y reçut, tardivement, la légion d’honneur mais les spectateurs lui avaient depuis longtemps attribué d’office la palme du meilleur second rôle !

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11936VOUS N'AVEZ RIEN A DECLARER?
21937RAMUNTCHO
31938LA PISTE DU SUD
41939L'ENFER DES ANGES , Sorti en 1941
51940L'ACROBATE
61941CAPRICES
71941L'ASSASSINAT DU PERE NOËL
81942LE JOURNAL TOMBE A CINQ HEURES
91943CECILE EST MORTE
101943LA COLLECTION MENARD
111943LE CORBEAU
121943LE VOYAGEUR SANS BAGAGE
131943LES ROQUEVILLARD
141943VOYAGE SANS ESPOIR
151945BOULE DE SUIF
161945JERICHO
171946UN REVENANT
181948BARRY
191948CINQ TULIPES ROUGES
201949RENDEZ-VOUS AVEC LA CHANCE
211949RETOUR A LA VIE [ Sk."Le retour de Jean" ]
221950DIEU A BESOIN DES HOMMES
231950KNOCK
241951TAPAGE NOCTURNE
251952LE RIDEAU ROUGE
261952MONSIEUR TAXI
271953CAPITAINE PANTOUFLE
281953I VITELLONI (Les inutiles)
291954LES DIABOLIQUES
301955L'IMPOSSIBLE MONSIEUR PIPELET
311955LA MÔME PIGALLE
321955TREIZE A TABLE
331956JE REVIENDRAI A KANDARA
341957LES ESPIONS
351957LES VIOLENTS
361957POT-BOUILLE
371957RAFLES SUR LA VILLE
381958LA LOI C'EST LA LOI
391959EIN ENGEL AUF ERDEN (Mademoiselle Ange)
401959LA BÊTE A L'AFFÛT
411959LE CHEMIN DES ECOLIERS
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 6-7-2016