La bibliothèque de L'Encinématheque

Paul CRAUCHET (1920 / 2012)

Paul Crauchet

Acteur français, né le 14 juillet 1920, à Béziers (Hérault, France). Décédé le 19 décembre 2012, à Nans-les-pins (Var, France).

Après avoir débuté dans la vie professionnelle comme radio-télégraphiste, Paul Crauchet monte à Paris et devient l’élève de Charles DullinCharles Dullin pendant trois ans. Il fréquente ensuite le Conservatoire de Renée Maubel à Montmartre.

En 1949, il part en tournée en compagnie de Jean RichardJean Richard, faisant ainsi son apprentissage de comédien face à un public hétérogène. Il intègre ensuite la troupe Grenier-Hussenot, où il rencontre des gens comme Yves RobertYves Robert et Rosy VarteRosy Varte. Il rejoint enfin le Théâtre National Populaire de Jean VilarJean Vilar, s'assurant définitivement une solide formation dramatique.

En 1950, il fait sa première apparition au cinéma dans «Maître après Dieu» de Louis Daquin. En 1959, on le retrouve dans «Le signe du Lion», premier long métrage achevé d’Éric Rohmer.

Nous nous souvenons tous de sa présence dans la version originale de «La guerre des boutons» d’Yves Robert (1961) où il campe l’un des pères des chenapans, aux côtés de Robert Rollis et Jacques Dufilho. Dans «Les grandes gueules» de Robert Enrico (1965), il personnifie Pélissier, l'un des détenus embauchés par BourvilBourvil. Assagi, dès l'année suivante, il revêt la soutane du curé de Notre Dame dans «Paris brûle-t-il ?», l'oeuvre commémoratrice de René Clément.

Paul Crauchet aura tourné avec les grands réalisateurs que sont Jacques Deray («Flic Story» en 1975, mais surtout «Un papillon sur l'épaule» en 1977, qui lui offre l'un de ses plus beaux rôles), Jean-Pierre Mocky («Le témoin», 1978), Robert Enrico dont il fut l'un des acteurs fétiches («Les aventuriers» en 1966, «Tante Zita» en 1967, etc), Alain Resnais («La guerre est finie», 1966), Jean-Pierre Melville («L'armée des ombres» en 1969, «Un flic» en 1972),…

Il se montre sobre mais particulièrement émouvant dans «Dernier domicile connu» (1969), où il incarne le vieux monsieur qui s'est lié d’une amitié pure avec la petite fille d’un témoin recherché par l'inspecteur Lino VenturaLino Ventura et sa jeune collaboratrice, Marlène Jobert. Plus tard, Yves Robert l’intègrera au casting des souvenirs d’enfance de Marcel Pagnol, en faisant le braconnier malin Mond des Parpaillouns de «La gloire de mon père» et «Le château de ma mère» (1990).

Plus grave, on l'aura aperçu en époux soumis de Simone SignoretSimone Signoret dans «Les granges brûlées» (1973) où, silencieux et tendu, il en vient à soupçonner un de ses fils dans une histoire de meurtre, face au juge d'instruction Alain Delon. Il accède lui-même à la fonction de commissaire de police pour tenter d'élucider le mystère, toujours en suspens, de «L'affaire Dominici», face à un Jean Gabin plus coriace que jamais. C'est avec beaucoup de peine qu'on le retrouvera fatigué dans ses dernières apparitions à l'écran, («Le fils de l'épicier», «Enfin veuve…»).

À la télévision, il aura tenu des emplois importants dans de nombreuses séries («Les facéties du sapeur Camembert» en 1965, «Commissaire Moulin» en 1976, «Émile Zola ou la conscience humaine» en 1978, «Le pain de fougère» en 1981, etc) et des téléfilms («Le jardinier» en 1973, «Colline» en 1980, «L'agenda» en 1984, etc). Nous nous souviendrons surtout de son incarnation si émouvante d’un papa juif, retrouvant son garçonnet chez Pierre DorisPierre Doris dans «La maison des bois» de Maurice Pialat (1970).

Le comédien s’était retiré dans le Var depuis les années 70, occupant à Rocbaron la maison qu’il avait construite pierre par pierre. Proche de la nature, il faisait cuire son pain à l’ancienne et aimait à s’occuper de ses ruches. Marié, Paul Crauchet était père d'un garçon. C'est là qu'il ressentit des troubles respiratoires nécessitant une hospitalisation dans la proche localité de Nans-les-pins, dont il ne devait pas revenir.

Donatienne

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1959
LE SIGNE DU LION
2
1961
LA GUERRE DES BOUTONS
3
1965
LES GRANDES GUEULES
4
1966
LA GUERRE EST FINIE
5
1966
PARIS BRÛLE-T-IL?
6
1966
LES AVENTURIERS
7
1967
ESTOUFFADE A LA CARAÏBE
8
1967
TANTE ZITA
9
1968
HO!
10
1968
LA PISCINE
11
1969
L'ARMÉE DES OMBRES
12
1969
DERNIER DOMICILE CONNU
13
1970
LE CERCLE ROUGE
14
1970
LES MARIÉS DE L'AN II
15
1971
BOF! ANATOMIE D'UN LIVREUR
16
1971
SANS MOBILE APPARENT
17
1972
UN FLIC
18
1973
L'AFFAIRE DOMINICI
19
1973
LES GRANGES BRULEES
20
1974
PAS SI MÉCHANT QUE ÇA
21
1975
AU-DELÀ DE LA PEUR
22
1975
FLIC STORY
23
1977
UN PAPILLON SUR L'EPAULE
24
1978
LE TÉMOIN
25
1979
FÉLICITÉ
26
1984
LISTE NOIRE
27
1990
LA GLOIRE DE MON PERE
28
1990
LE CHÂTEAU DE MA MÈRE
29
1990
LA PUTAIN DU ROI
30
2007
LE FILS DE L'EPICIER, d'Eric GUIRADO
 
31
2007
ENFIN VEUVE
Éd. 9.1.4 : 26-6-2019