La bibliothèque de L'Encinématheque

Sig RUMAN (1884 / 1967)

Sig Ruman

Acteur allemand, né Siegfried Albon Rumann, le 11 octobre 1884, à Hambourg (Allemagne). Décédé le 14 février 1967, à Julian (Californie).

Dans son pays natal, où il entame sa carrière théâtrale, on le connaît sous son véritable patronyme mais, lorsqu’il s’installe aux Etats-Unis en 1923, on le rencontre successivement sous les noms de Siegfried Rumann, Sig Rumann et finalement Sig Ruman, version courte et plus facile à retenir, surtout pour un public américain peu friand des langues étrangères. C’est pourtant en allemand qu’il se produit d’abord à New York avant de tenter sa chance à Broadway avec l’appui de son ami, le dramaturge George S. Kaufman. Le succès de «Grand Hôtel» en 1930 va le mener au cinéma. Un rôle de trafiquant (français !) au fort accent germanique dans «Marie-Galante» (1934), celui d'un paysan polonais dans «Soir de noce» (1934) et du Baron von Gerhardt dans «Le monde en marche» (1934) lui font prendre son envol. Le directeur de la Fox voit alors en lui le digne successeur de Lon ChaneyLon Chaney et d’Emil JanningsEmil Jannings, tant est grande sa capacité à se transformer d’un rôle à l’autre. Sig Ruman ne connaîtra pas la prestigieuse carrière de ces deux monstres sacrés mais, en trente ans de cinéma, il marquera de son empreinte nombre d’oeuvres mémorables.

Incarnation classique du paradoxe des acteurs allemands émigrés aux Etats-Unis dans les années 30, il va se spécialiser dans la caricature teutonne made in Hollywood. Sa grande carrure, ses sourcils fournis, la barbe et l’œil noirs, tout en lui contribue à développer cette image inquiétante qu’il saura pourtant mâtiner d’humour, surtout après son stage intensif d’un jour et deux nuits avec les Marx BrothersMarx Brothers ! Hermann Gottlieb, le directeur de théâtre d’«Une nuit à l’opéra» (1935), comme le Dr.Leopold X. Steinberg d‘«Un jour aux courses» (1937) seront les bêtes noires idéales de Groucho. Après-guerre, l’infernal trio se souvient de ce bon Sig pour «Une nuit à Casablanca» (1946) où il campe Heinrich Stubel, clin d'oeil au personnage de Conrad Veidt dans le film mythique de Michael Curtiz. A l’instar d’Emil Eggelhoffer, le psychiatre de «La joyeuse suicidée» (1937), ou du Dr.Julius Gustav Krogmann dans «Les aveux d’un espion nazi» (1939), les consonances allemandes seront au rendez-vous tout au long de sa filmographie, à deux ou trois exceptions près comme le Sergent Pellerin, grand-père d'Annabella dans «Suez» (1938).

Il campera aussi quelques apparatchiks égarés dans la foulée de «Ninotchka» (1939) d’Ernst Lubitsch : il faut dire que le rôle de Michael Simonavich Iranoff, commissaire soviétique menant joyeuse vie à Paris, lui offre une de ses meilleures prestations. Après «Illusions perdues» (1941) – on l’y voit en M.Kafka, un Hongrois jovial – Lubitsch le rappelle pour son inénarrable interprétation de «To Be or Not to Be» (1942) : le redoutable Colonel Erhardt, chef de la Gestapo, s’avère un dangereux crétin qui éclate d’un rire tonitruant lorsqu’il apprend qu’on le surnomme Camp-de-Concentration-Ehrardt ; dans ce rôle, Sig Ruman atteint des sommets de férocité burlesque : c’est à lui que revient la plus célèbre réplique du film : "Il a fait à Shakespeare ce que nous avons fait à la Pologne !". D’office, le voilà enrôlé dans une série de films de propagande comme «The Hitler Gang/Hitler et sa clique» (1944), «Sabotage à Berlin» (1942) ou «They Came to Blow America» (1943) ; on le retrouve même en infâme nazi vaincu par Johnny WeissmullerJohnny Weissmuller dans «Le triomphe de Tarzan» (1943).

Client trop empressé auprès d’une Simone SimonSimone Simon bien farouche dans «L’heure suprême» (1937), criminel de service démasqué par Peter Lorre dans «Thank you, Mr Moto» (1937) ou père violent de Linda DarnellLinda Darnell dans «L’aveu» (1944), il se fait carrément liquider par Dracula (John CarradineJohn Carradine) – sur ordre de Boris KarloffBoris Karloff! – dans «La maison de Frankenstein» (1944). Autant dire que son humanité soudain dévoilée surprend dans «Seuls les anges ont des ailes» (1939) où Howard Hawks en fait le courageux directeur d’une compagnie aérienne. Après-guerre, les héritiers de Lubitsch feront volontiers appel à sa sympathique carcasse. «Scandale à la cour» (1945) d’Otto Preminger lui permet d’ajouter une nouvelle touche russe à sa palette : colonel complotant contre Catherine II, il nous réjouit à la fin du film où il est ramené à l’état de larbin servile de l’excellent Charles Coburn. Toujours pour Preminger, il sera le père sourcilleux de Johanna MatzJohanna Matz dans la version allemande de «La lune était bleue» (1953) : Hardy KrügerHardy Krüger y gagne un coquard ! Auparavant, Billy Wilder en aura fait le gardien du «Stalag 17» (1952), un sergent ironiquement appelé Johann Sebastian… Schulz ; il était déjà irrésistible en vétérinaire fan de Freud dans «La valse de l’empereur» (1948) où il psychanalysait le chien de Joan FontaineJoan Fontaine. Wilder lui offrit une dernière caricature du corps médical dans «La grande combine» (1966).

Bien que malade, Sig Ruman anima encore en fin de carrière quelques silhouettes amusantes, l’occasion tout de même de belles retrouvailles avec Michael Curtiz pour «Noël blanc» (1954), Anthony Mann pour «The Glenn Miller Story/Romance inachevée» (1953) ou John Ford pour «L’aigle vole au soleil» (1957). Un drôle de zigue, rencontré sur le tournage de «C’est pas une vie, Jerry !» (1954) sera son meilleur client : Jerry Lewis lui offrit sa dernière caricature dans «Tiens bon la rampe, Jerry» (1966) mais notre Sig jubile bien davantage dans «Le zinzin d’Hollywood» (1961) en Baron Elston Carteblanche, parodie manifeste des cinéastes tyranniques (bottes et cravache incluses) qu’il eut l’occasion de croiser tout au long de sa belle carrière.

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
 ----Sous le nom de Siegfried Rumann
11934THE WORLD MOVES ON (Le monde en marche)
21934MARIE GALANTE
31935THE FARMER TAKES A WIFE (La jolie batelière)
41935A NIGHT AT THE OPERA (Une nuit à l'opéra)
 ----Sous le nom de Sig Ruman(n)
51936THE PRINCESS COMES ACROSS
61937THE GREAT HOSPITAL MYSTERY , de James TINLING 
71937A DAY AT THE RACES (Un jour aux courses)
81937THINK FAST, MR.MOTO (L'énigmatique M.Moto)
91937NOTHING SACRED (La joyeuse suicidée)
101937THANK YOU, Mr.MOTO (Le serment de M.Moto)
111938PARADISE FOR THREE (Trois hommes dans la neige)
121938SUEZ
131939CONFESSIONS OF A NAZI SPY (Les aveux d'un espion nazi)
141939ONLY ANGELS HAVE WINGS (Seuls les anges ont des ailes)
151939NINOTCHKA
161940Dr.EHRLICH's MAGIC BULLET
171940BITTER SWEET (Chante mon amour)
181940COMRADE X
191941THAT UNCERTAIN FEELING (Illusions perdues)
201941THE WAGONS ROLL AT NIGHT
211942TO BE OR NOT TO BE (Jeux dangereux)
221943TARZAN TRIUMPHS (Le triomphe de Tarzan)
231943THE SONG OF BERNADETTE (Le chant de Bernadette)
241945A ROYAL SCANDAL (Scandale à la cour)
251946A NIGHT IN CASABLANCA (Une nuit à Casablanca)
261946FAITHFUL IN MY FASHION
271948THE EMPEROR WALTZ (La valse de l'empereur)
281949BORDER INCIDENT (Incident de frontière)
291952STALAG 17
301953MA AND PA KETTLE ON VACATION
311953THE GLENN MILLER STORY (Romance inachevée)
321954WHITE CHRISTMAS (Noël blanc) [ Non crédité ]
331961THE ERRAND BOY (Le zinzin d'Hollywood)
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 5-7-2016