La bibliothèque de L'Encinématheque

Ann MILLER (1923 / 2004)

Ann Miller

Actrice américaine, née Johnnie Lucille Collier, le 12 avril 1923, à Austin (Texas, U.S.A.). Décédée le 22 janvier 2004, à Los Angeles (Californie, U.S.A.).

C'est parce que son père, avocat, voulait un garçon que la future Ann Miller, un quart de sang Chérokee dans les veines, se voit affublée d'un prénom masculin. En 1932, au divorce de ses parents, l'enfant suit sa mère en Californie, où elle prend (pour raison de santé : elle souffrait de rachisitsme) des cours de claquettes. Douée pour cette discipline, elle ne tarde pas à se bâtir une petite renommée locale.

Vers 1935, remarquée par Lucille BallLucille Ball, l'adolescente fait, à l'écran, de petites apparitions non créditées («Miss Carrott», etc). En 1937, elle partage avec Ginger Rogers un numéro de danse dans le film «Pension d'artistes». C'est à cette occasion que les producteurs de la RKO décide de la “vieillir” de quatre années, afin qu'elle ait l'âge légal pour signer un contrat de travail.

En 1938, elle est “prêtée” à la Columbia pour participer au film de Frank Capra, «Vous ne l'emporterez pas avec vous» qui, lui, remporta l'oscar du meilleur film. La même année, on la voit aux côtés des Marx Brothers dans «Panique à l'hôtel». Déçue par l'insuccès de ce dernier film, en bisbille avec ses patrons, la jeune danseuse participe alors aux revues de Broadway «George White' Scandals of 1939» et «George White' Scandals of 1940».

Prêtée à Républic Pictures («Melody Ranch» en 1940,…) ou à la Columbia Pictures («Carolina Blues» en 1944,…), Ann signe un nouveau contrat pour Metro-Goldwyn-Mayer, la compagnie productrice des grandes comédies musicales hollywoodiennes. Bien lui en prend, car ses deux premiers films pour la firme du lion ne sont autres que «Parade du printemps» avec Fred Astaire (elle recupère le rôle réservé à Cyd CharisseCyd Charisse, malade, respectant l'exigence que lui impose son partenaire de porter des talons plats !) et «Un jour à New York» en compagnie de Gene Kelly. Que demander de plus ? Ainsi, jusqu'à la fin de l'essentiel de sa carrière cinématographique, la jeune femme agite ses longues jambes dans une petite dizaine de films musicaux : «Carnaval au Texas» (1951), «Les rois de la couture» (1952), «Embrasse-moi, chérie» (1953), «Au fond de mon cœur» (1954), «La fille de l'amiral» (1955), etc. Mais elle garde de cette époque une certaine amertume : "At MGM, I always played the second feminine lead ; I was never the star in films / À la MGM, je jouais toujours la seconde vedette féminine. Je n'étais jamais la star".

De 1969 à 1970, reprenant “on Broadway” le rôle principal de «Mame», elle remporte un succès considérable, tandis que sa performance, aux côtés de Mickey RooneyMickey Rooney, dans «Sugar Babies» la fait acclamer pendant 9 années (1979/1987) – dont les trois premières à Broadway – sur toutes les grandes scènes d'Amérique et d'ailleurs. En 2000, elle réapparait à l'écran dans le film de David Lynch, «Mulholland Drive».

Sa vie sentimentale, plutôt agitée, prend un caractère public en 1945 lorsqu'elle refuse la proposition de mariage de Louis B. Mayer. Pour échapper aux assiduités du puissant mogul (qui fit, pour elle, une tentative de suicide), elle épouse rapidement son “boy-friend”, Reese Milner, un jeune magnat de l'acier. Le couple se sépare après une fausse couche d'Ann, à la suite d'une chute dans un escalier, elle même consécutive à une rixe avec son mari frappeur. Pas refroidie pour autant, la jeune femme se remariera, très brièvement toutefois, à deux reprises : avec l'acteur William Moss (1958/1961) et Arthur Cameron (1961/1962). Signalons enfin l'intérêt croissant qu'elle porta sur le tard à des affaires plus ou moins “mystiques”. Croyant à la métempsychose, elle se prétendit même la réincarnation de la reine égyptienne Hathshepsut : allez prouver le contraire !

Depuis longtemps atteinte d'un cancer, comme sa maman à laquelle elle fut très attachée, Ann Miller décéda le 22 janvier 2004. Si ses jambes avaient été moins longues, l'histoire de la comédie musicale américaine n"aurait sûrement pas été la même !

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1934
ANNE OF GREEN GABLES [Non créditée]
2
1937
THE LIFE OF THE PARTY
3
1937
STAGE DOOR (Pension d'artistes)
4
1938
RADIO CITY REVELS
5
1938
YOU CAN'T TAKE IT WITH YOU (Vous ne l'emporterez pas avec vous)
6
1938
ROOM SERVICE (Panique à l'hôtel)
7
1940
TOO MANY GIRLS
8
1940
HIT PARADE OF 1941 / ROMANCE AND RHYTHM
9
1940
MELODY RANCH
10
1941
TIME OUT FOR RHYTHM
11
1941
GO WEST, YOUNG LADY
12
1943
REVEILLE WITH BEVERLY
13
1943
WHAT's BUZZIN' COUSIN?
14
1944
HEY, ROOKIE
15
1944
JAM SESSION
16
1944
CAROLINA BLUES
17
1945
EADIE WAS A LADY
18
1945
EVE KNEW HER APPLES
19
1946
THE THRILL OF BRAZIL (Rio, rythme d'amour)
20
1948
THE KISSING BANDIT (Le brigand amoureux)
21
1948
EASTER PARADE (Parade du printemps)
22
1949
ON THE TOWN (Un jour à New York)
23
1950
WATCH THE BIRDIE (Amour et caméra)
24
1951
TEXAS CARNIVAL (Carnaval au Texas)
25
1951
TWO TICKETS TO BROADWAY (Les coulisses de Broadway)
26
1952
LOVELY TO LOOK AT (Les rois de la couture)
27
1952
SMALL TOWN GIRL (Le joyeux prisonnier)
28
1953
KISS ME KATE (Embrasse-moi, chérie)
29
1954
DEEP IN MY HEART (Au fond de mon coeur)
30
1955
HIT THE DECK (La fille de l'amiral)
31
1956
THE OPPOSITE SEX
32
1956
THE GREAT AMERICAN PASSTIME
33
1994
THAT's ENTERTAINMENT! III, de Bud FRIEDGEN, Michael SHERIDAN (Documentaire musical) [Présentation et images d'archives]
 
34
2000
MULHOLLAND DRIVE
Éd. 9.1.4 : 9-7-2019