La bibliothèque de L'Encinématheque

Tina PICA (1884 / 1968)

Tina Pica

Actrice italienne, née Concetta Annunciata Pica, le 31 mars 1884, à Naples (Campanie, Italie). Décédée le 16 août 1968, à Naples (Campanie, Italie).

Son père, Giuseppe Pica, était un comédien napolitain réputé. La petite Concetta Annunciata – que tout le monde appelle Tina – suivra très tôt son exemple et partagera l’affiche avec ses célèbres concitoyens,EduardoEduardo De Filippo, PeppinoPeppino De Filippo et TitinaTitina De Filippo De Filippo. Sa voix rauque – ce que son goût du tabac ne fera qu’accentuer – l’orientera parfois vers les rôles masculins puisqu’elle succède à son père dans le personnage de Tartaglia et joue le rôle-titre de «Hamlet» ! Si le cinéma lui propose deux comédies dès 1916, sa faconde naturelle ne pouvait s’épanouir au temps du muet. Dans les années 30, elle apparaît auprès des frères De Filippo dans «Il cappello a tre punte» de Mario Camerini (1934) et dans la première comédie de l’inénarrable Totò, «Fermo con le mani !» (1937). Mais c’est à soixante ans passés qu’elle se consacrera vraiment au septième art, grâce au succès de films signés Luigi Comencini («De nouveaux hommes sont nés» en 1948), Luigi Zampa («Les coupables» en 1952) et surtout Eduardo De Filippo (toujours lui !) qui lui redonne à l’écran son rôle de servante de «Filumena Marturano» (1951), l’une de ses pièces les plus célèbres, et en fait son épouse acariâtre dans «Mari et femme» (1952).

Lorsqu’elle ne joue pas les célibataires desséchées, elle est veuve comme s’il paraissait impossible d’envisager qu’un homme puisse la supporter plus de cinq minutes. Dans «Le signe de Vénus» de Dino Risi (1954), elle se vante d’ailleurs auprès de ses nièces de n’avoir jamais été embrassée et chasse tout le monde de sa cuisine en réclamant le droit de crier et chanter à toute heure du jour et de la nuit ! Phénomène inattendu pour une comédienne de cet âge, Tina Pica connaîtra la consécration internationale grâce à «Pain, amour et fantaisie» (1953) et ses suites, dirigées par Luigi Comencini ou Dino Risi, où elle incarne Caramella, la servante impertinente d’un Vittorio de Sica tenaillé par le démon de midi. «Pain, amour et jalousie» (1954) lui vaudra d’ailleurs le Ruban d’Argent du meilleur second rôle féminin.

En Italie, sa popularité est telle qu’elle accède aux premiers rôles à 70 ans : tante d’Amérique en 1956 («Arriva la zia d’America»), elle sera en 1957 «L’impossible Isabelle». Redoutable grand-mère armée d’une pétoire, elle dirige sa famille avec poigne et terrorise Peppino de Filippo. Dans ce film et sa suite, «La nipote Sabella» (1958), elle perturbe à plaisir les amours d’un jeune couple (Renato SalvatoriRenato Salvatori et Sylva KoscinaSylva Koscina) allant jusqu’à se cacher dans le coffre de la voiture qui conduit les deux tourtereaux en voyage de noces ! La même année, elle se lance – à 74 ans ! – sur les pistes enneigées («La zia d’America va a sciare») et se transforme en Miss Marple transalpine dans «Fantômes et voleurs» et «Mia nonna poliziotto». Elle s’adonne au tennis dans «La duchessa di Santa Lucia» (1959) et à la moto dans «Fantasmi e ladri» (1958, op.cit.). Dans une tentative laborieuse de western comique, elle hérite du poste de son mari, vieux soldat chargé d’administrer une bourgade du Far West, et devient «La sceriffa» (1959). Consécration suprême, son nom apparaît dans le titre d’un film en 1959 : «La Pica sul Pacifico». Malheureusement, lorsqu’elle tient la vedette, elle n’aura pas la chance d’être dirigée par Dino Risi ou Mario Monicelli mais, à cinq reprises, par le bien modeste Roberto Bianchi Montero. Ces scénarios improbables lui donneront malgré tout l’occasion de croiser la génération montante de l’humour italien, Ugo TognazziUgo Tognazzi en tête.

Mieux vaut se souvenir de ses prestations auprès d’Alberto Sordi dans «Un héros de notre temps» (1955) ou de Vittorio de Sica, son vieux complice, qui, après «L’or de Naples» (1954), lui confiera son dernier rôle dans «Hier, aujourd’hui et demain» (1963) où elle remet sur le droit chemin son petit-fils séminariste troublé par les charmes de Sophia Loren. Contrairement à ses personnages les plus célèbres, Tina Pica fut mariée près de 40 ans à Vincenzo Scarano, avec qui elle écrivit deux pièces de théâtre et partagea le goût du poker et de la cuisine napolitaine. Elle mourut dans sa ville natale à l’âge de 84 ans mais c’est à Rome qu’une rue porte son nom : l’histoire ne dit pas si elle n’est habitée que par des vieilles filles péremptoires et des aïeules revêches…

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1937
FERMO CON LE MANI
2
1951
FILUMENA MARTURANO, d'Eduardo de FILIPPO
 
3
1952
MARITO E MOGLIE, d'Eduardo de FILIPPO
 
4
1952
ERGASTOLO (Bagne à vie)
5
1952
LA CITTÀ CANORA
6
1953
PANE, AMORE E FANTASIA (Pain, amour et fantaisie)
7
1954
GRAZIELLA
8
1954
PANE, AMORE E GELOSIA (Pain, amour et jalousie)
9
1954
NAPOLI È SEMPRE NAPOLI
10
1954
IL SEGNO DI VENERE (Le signe de Vénus)
11
1954
LE VACANZE DEL SOR CLEMENTE [Images d'archive]
12
1955
UN EROE DEI NOSTRI TEMPI (Un héros de notre temps)
13
1955
LE SIGNORINE DELLO 04 (Ces demoiselles du téléphone)
14
1955
BUONANOTTE… AVVOCATO!
15
1955
IO PIACCIO ou LA VIA DEL SUCCESSO CON LE DONNE
16
1955
PANE, AMORE E... (Pain, amour, ainsi soit-il)
17
1955
UN PO' DI CIELO
18
1955
DESTINAZIONE PIOVAROLO
19
1956
CI SPOSEREMO A CAPRI
20
1957
LA NONNA SABELLA (L'impossible Isabelle)
21
1958
NON SONO PIÙ GUAGLIONE
22
1958
MIA NONNA POLIZZIOTTO, de STENO
 
23
1958
LA NIPOTE SABELLA
24
1958
IO, MAMMETA E TU
25
1959
LA SCERIFFA
26
1959
LA PICA SUL PACIFICO
27
1959
LA DUCHESSA DI SANTA LUCIA, de Roberto BIANCHI MONTERO
 
28
1963
IERI, OGGI, DOMANI (Hier, aujourd'hui et demain) [Sk."Mara"]
Éd. 9.1.4 : 12-7-2019