La bibliothèque de L'Encinématheque

Noah BEERY Jr (1913 / 1994)

Noah Beery Jr

Acteur américain, né le 10 août 1913, à New York City (New York, U.S.A.). Décédé le 1er novembre 1994, à Tehachapi (Californie, U.S.A.).

En bon fils à papa, Noah Lindsey Beery reprit au cinéma le nom de son père, Noah Beery (1882-1846), dont le rôle le plus célèbre reste celui du sergent Gonzales, l'adversaire de Douglas Fairbanks dans «Le signe de Zorro» (1920) où le petit Noah, âgé de sept ans, faisait déjà une apparition. Pour le physique, “Junior” pencherait plutôt vers son oncle, l'immense Wallace Beery, qui lui mit le pied à l'étrier en l'invitant à rejoindre en 1930 le pénitencier de «Big House», déjà bien rempli.

A ses débuts, Noah Beery Jr a l'allure encore athlétique qui lui permet de faire illusion en Indien dans «Fighting With Kit Carson» (1933) et même en Tarzan du pauvre dans «The Call of the Savage» (1935), un serial dont il tient le premier rôle. Il participe d'ailleurs à de nombreux films à épisodes, tels «Heroes of the West» (1932), «Tailspin Tommy» (1934), «Ace Drummond» (1936) ou «Overland Mail» (1942). Tête d'affiche de séries “B”, il roucoule auprès d'éphémères starlettes comme Sally Darling dans «Five Bad Men» (1935) ou Martha O'Driscoll, sa partenaire de «Week-End Pass», «Hi, Beautiful» et «Allergic To Love», trois titres sortis en 1944. Boxeur promis à un bel avenir, il craque pour une pin-up sans réfléchir au titre du film qui proclame pourtant : «Some Blondes Are Dangerous» (1937) !

Gâchette d'appoint pour cow-boys célèbres comme Tom Mix dans «The Rustler's Roundup» (1933) ou Roy Rogers dans «The Carson City Kid» (1940), il se fait le bon pote du jeune John Wayne dans «The Three Musketeers» (1933) – curieuse transposition orientalisante du roman de Dumas - et «The Trail Beyond» (1934) où les deux compères passent le plus clair de leur temps à piquer une tête dans la baille ! «Stormy» (1935) et «Forbidden Valley» (1938) l'associent à des chevaux sauvages, «The Mighty Treve» (1936) à un chien. À défaut de comique troupier, il s'essaie au comique “vacher” dans «Calaboose» (1943) où il porte son propre surnom, Pidge, un personnage qu'il reprend dans «Prairie Chickens» (1943).

Avec le temps, les traits de Noah Jr rappellent de plus en plus la trogne de tonton Wallace : à lui, dès lors, les rôles de brutes au cœur tendre ou de sympathiques compañeros mexicains ou métis. Toutefois les cinéastes prestigieux ne se bousculent pas dans sa filmographie. Howard Hawks sera l'exception de taille : certes il coupe son rôle au montage de «Viva Villa !» (1934) mais il lui témoigne sa fidélité en l'intégrant au générique de trois grands classiques. C'est Noah qui ouvre «Seuls les anges ont des ailes» (1939) où il drague Jean Arthur mais la romance vire au drame puisqu'obéissant à son boss (Cary Grant), il monte dans son avion et s'écrase tragiquement ; ami d'enfance de Gary Cooper dans «Sergent York» (1941), il prend le parti de Montgomery Clift contre John Wayne dans «La Rivière Rouge» (1948) qui restera son film préféré. Avec sa participation à l'adaptation du roman de Steinbeck, «Des souris et des hommes» (1939), ce sont les titres de gloire de sa prolifique carrière.

Désireux de diversifier ses interprétations, il adopte le look inattendu d'un professeur à lunettes, séduit par Bonita Granville, dans «The Beautiful Cheat» (1945) et s'essaie au fantastique parodique d'Erle C. Kenton dans «The Cat Creeps» (1946) et même à la science-fiction en passant «24 heures chez les Martiens» (1950). Toutefois il revient toujours à son univers familier : il joue Ben Dalton dans «The Daltons Ride Again» (1945) puis Bob Dalton face à Audie Murphy dans «À feu et à sang» (1951). Les westerns des années 50 assoient définitivement son statut de solide acteur de complément et c'est ainsi qu'il sera le partenaire de Joseph Cotten dans «Two Flags West» (1950), Ronald Reagan dans «The Last Outpost» (1950), Jeff Chandler «À l'assaut de Fort Clark» (1953) ou Robert Wagner dans «Le dernier Cheyenne» (1955). Il semble alors hériter des rôles de sergent truculent précédemment dévolus à Victor McLaglen. Il joue deux classiques à l'ombre de Glenn Ford : cowboy débonnaire amateur de violon dans «L'homme de nulle part» (1956) de Delmer Daves, il joue l'acolyte d'un Broderick Crawford mal embouché dans «La première balle tue» (1956). Randolph Scott, son vieux copain de «Gung Ho !» (1943) et «The Doolins of Oklahoma» (1949), l'appelle pour une dernière chevauchée dans «Decision at Sundown» (1957) de Budd Boetticher, un western original dont il tient l'un des rôles essentiels, l'ami fidèle qui meurt à l'avant-dernière bobine.

La suite de sa carrière se fera sur le petit écran avec une prédilection attendue pour le western auprès de nouvelles pousses comme Clint Eastwood dans «Rawhide» (1959), Steve McQueen dans «Au nom de la loi» (1961) ou James Arness dans «Gunsmoke» (1964), sans parler de sa participation à «Hondo» (1967), «Bonanza» (1968) ou «Le Virginien» (1970). Au cinéma, père en colère contre un pasteur fanatique, il témoigne brièvement lors du «Procès de singe» (1959) de Stanley Kramer et se fend d'un dernier rôle de sergent dans «La brigade des cowboys» (1968) où ses jeunes recrues se nomment James Caan et Harrison Ford. «Sans foi ni loi» (1966), ce vieux filou de Dan Duryea le dégomme après l'avoir soûlé, de quoi vous dégoûter du grand écran… Il sera encore le père de Michael J. Pollard dans «L'ultime randonnée» (1970) et le partenaire de Lee Marvin dans «Du sang dans la poussière» (1974). À cette époque, il connaît un regain de popularité à la télévision où il joue le père de James Garner dans la série «The Rockford Files» (1974- 1980).

Après un épisode de «Magnum» (1981), une dernière  «Arabesque» (1985) au bras d'Angela Lansbury et un petit tour sur le paquebot de luxe de «La croisière s'amuse» (1986), Noah Beery se décide à ranger ses Colts, sans doute afin de conjurer le sort promis par le titre de l'un de ses derniers films qui suggérait de se rendre… «Au Paradis à coups de révolver» (1968) !

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1932
HEROES OF THE WEST, de Ray TAYLOR (Serial 12 épisodes)
 
2
1932
JUNGLE MYSTERY, de Ray TAYLOR
 
3
1933
THE RUSTLERS' ROUNDUP
4
1933
FIGHTING WITH KIT CARSON, d'Armand SCHAEFER, Colbert CLARK (Serial 12 épisodes)
 
5
1934
THE TRAIL BEYOND
6
1934
TAILSPIN TOMMY, de Louis FRIEDLANDER/Lew LANDERS (Serial 12 épisodes)
 
7
1935
FIVE BAD MEN, de Clifford SMITH
 
8
1935
THE CALL OF THE SAVAGE, de Louis FRIEDLANDER/Lew LANDERS
 
9
1935
STORMY, de Louis FRIEDLANDER/Lew LANDERS
 
10
1936
PAROLE! (Sur parole), de Louis FRIEDLANDER/Lew LANDERS
 
11
1936
ACE DRUMMOND, de Ford L.BEEBE, Clifford SMITH (Serial 13 épisodes)
 
12
1936
THE MIGHTY TREVE (Le gardien fidèle), de Lewis D.COLLINS
 
13
1937
THE ROAD BACK (Après)
14
1937
TROUBLE AT MIDNIGHT, de Ford L.BEEBE
 
15
1937
SOME BLONDES ARE DANGEROUS, de Milton CARRUTH
 
16
1938
FORBIDDEN VALLEY
17
1938
THE STRANGE CASE OF Dr.MEADE, de Lewis D.COLLINS
 
18
1939
ONLY ANGELS HAVE WINGS (Seuls les anges ont des ailes)
19
1940
THE LIGHT OF WESTERN STARS
20
1940
THE CARSON CITY KID
21
1941
RIDERS OF DEATH VALLEY (Les justiciers du désert), de Ford L.BEEBE, Ray TAYLOR
 
22
1941
SERGEANT YORK (Sergent York)
23
1941
ALL-AMERICAN CO-ED, de LeRoy PRINZ
 
24
1941
HAY FOOT, de Fred GUIOL
 
25
1942
OVERLAND MAIL, Serial 15 épisodes
26
1942
'NEATH BROOKLYN BRIDGE, de Wallace FOX
 
27
1943
CALABOOSE
28
1943
PRAIRIE CHICKENS, de Hal ROACH Jr
 
29
1943
FRONTIER BADMEN
30
1943
CORVETTE K-225
31
1943
'GUNG HO!': THE STORY OF CARLSON's MAKIN ISLAND RAIDERS (Gung Ho), de Ray ENRIGHT
 
32
1944
WEEK-END PASS, de Jean YARBROUGH
 
33
1944
ALLERGIC TO LOVE, d'Edward C.LILLEY
 
34
1944
HI, BEAUTIFUL
35
1944
UNDER WESTERN SKIES, de Jean YARBROUGH
 
36
1945
THE BEAUTIFUL CHEAT
37
1945
THE DALTONS RIDE AGAIN (Les quatre bandits de Coffeyville)
38
1946
THE CAT CREEPS, d'Erle C.KENTON
 
39
1948
RED RIVER (La Rivière Rouge)
40
1949
THE DOOLINS OF OKLAHOMA (Face au châtiment), de Gordon DOUGLAS
 
41
1950
ROCKETSHIP X-M (Vingt-quatre heures chez les Martiens), de Kurt NEUMANN
 
42
1950
TWO FLAGS WEST
43
1951
THE TEXAS RANGERS, de Phil KARLSON
 
44
1952
WAGONS WEST, de Ford L.BEEBE
 
45
1952
TROPIC ZONE (Sous les tropiques), de Lewis R.FOSTER
 
46
1953
WAR ARROW (A l'assaut de Fort Clark)
47
1954
THE YELLOW TOMAHAWK (La hache sanglante)
48
1954
THE BLACK DAKOTAS
49
1954
WHITE FEATHER (La plume blanche)
50
1956
JUBAL (L'homme de nulle part)
51
1957
DECISION AT SUNDOWN
52
1966
INCIDENT AT PHANTOM HILL (Sans foi ni loi)
53
1968
JOURNEY TO SHILOH (La brigade des cow-boys)
54
1968
HEAVEN WITH A GUN (Au Paradis à coups de revolver)
55
1970
LITTLE FAUSS AND BIG HALSY (L'ultime randonnée)
Éd.9.1.4 : 12-4-2019