La bibliothèque de L'Encinématheque

Zarah LEANDER (1907 / 1981)

Zarah Leander

Actrice suédoise, née Sara Stina Hedberg, le 15 mars 1907, à Karlstadt (Suède). Décédée le 23 juin 1981, à Stockholm (Suède).

Zarah Leander – du nom de son premier époux, l'acteur Nils Leander – se lance dans une carrière sur scène à la fin des années 20 et devient rapidement célèbre, grâce à son abattage et à ses dons vocaux. Au cinéma, qui n’est pas, à l’époque sa préoccupation première, elle tient d’abord un petit rôle (déjà chantant) dans «Dantes mysterier» (1930) avant de se retrouver en tête de générique de «Falksa millionären» (1931) et «Aktenskapsleken» (1935).

Dotée d'une voix particulièrement grave pour une femme, Zarah Leander remporte, dans un théâtre viennois, un grand succès grâce à l’opérette «Axel an der himmelstür» (1936). La même année, elle est la vedette du film autrichien «Premiere», dont la réussite laisse présager la suite de son brillant parcours. Le cinéma du IIIème Reich, en quête d'une étoile du calibre de Greta Garbo et Marlene Dietrich, s'intéresse alors à elle. Rapidement, au moyen d'un campagne promotionnelle dispendieuse, les agents de publicité de la U.F.A. construisent une nouvelle star capable de répondre aux attentes du public germanique. Dès lors, celle-là poursuit sa carrière cinématographique en Allemagne où ses deux premiers films, «Zu neuen ufern/Paramatta, bagne de femmes» (1937) et «La Habanera» (1937) – dirigés par Detlef Sierck, le futur Douglas Sirk hollywoodien – la propulsent au premier rang des stars.

Elle confirme son immense popularité avec «Heimat/Magda» (1938), «Der Blauchfu/La belle Hongroises» (1938), «Es war eine rauschende Ballnacht/Pages immortelles» (1939), «Das Lied der Wüste» (1939), «Das Herz der Königin/Marie Stuart» (1940), «Der Weg ins Freie/Le chemin de la liberté» (1941) et «Die grosse Liebe/Un grand amour» (1942). Les chansons qu’elle interprète dans ses films, de sa voix grave et envoûtante, contribuent à sa renommée, tandis que son personnage récurrent de femme forte confrontée aux aléas d'un destin aveugle résonne comme un exemple à suivre pour les épouses allemandes appelées à connaître plus anonymement un sort tout aussi sombre.

Mais, au fur et à mesure que l’Allemagne s’enfonce dans la guerre, l’ambiance devient de plus en plus pesante et l’actrice, qui s’est toujours déclarée apolitique, se voit désormais confrontée aux réalités du conflit. Après le tournage de «Damals/Le foyer perdu» (1943), elle juge qu’il est temps pour elle de rentrer en Suède, devenant rapidement une “non-personne” dans l'état national-socialiste.

On lui reprochera pourtant après la guerre fait d’avoir fait les beaux jours du cinéma nazi et il lui faudra attendre quelques années avant qu’elle ne puisse retravailler régulièrement. Durant cette seconde partie de carrière, qui ne se terminera qu’à la fin des années 70, elle se consacre d’avantage aux concerts, aux opérettes et aux disques et c’est principalement en Allemagne et en Autriche, où elle jouit d’un culte particulier, qu’elle est bien sûr la plus active.

Elle fait encore cependant quelques incursions au Septième Art. C’est ainsi qu’elle fait son retour dans les studios allemands avec «Gabriela» (1950), qui se retrouve troisième au classement des recettes de l’année. Suivent ensuite «Cuba Cabana» (1952) et «Ave Maria» (1953).

Par après, elle intervient comme chanteuse dans «Bei Dir was es immer so schön» (1954), tient la vedette de «Der blaue Nachtfalter/Le phalène bleu» (1959) et figure au générique de la co-production italo-franco-allemande «Comment j’ai appris à aimer les femmes» (1966). Elle est outre l’interprète du téléfilm «Das blaue vom himmel» (1964).

Selon certaines sources, Zarah Leander aurait, durant sa période de gloire sous le troisième Reich, fourni des renseignements aux services secrets soviétiques, à l’occasion de ses retours dans son pays natal. Mais il semble qu’il subsiste encore certaines zones d’ombre à ce sujet.

Marlène Pilaete

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11931DANTES MYSTERIER , de Paul MERZBACH 
21931FALSKA MILLIONÄREN , de Paul MERZBACH 
31935ÄKTENSKAPSLEKEN , de Ragnar HYLTEN-CAVALLIUS 
41937PREMIERE , de Géza von BOLVARY 
51937ZU NEUEN UFERN (Paramatta, bagne de femmes)
61937LA HABANERA
71938HEIMAT (Magda)
81938DER BLAUFUCHS (La belle Hongroise)
91939ES WAR EINE RAUSCHENDE BALLNACHT (Pages immortelles)
101939DAS LIED DER WÜSTE
111940DAS HERZ DER KONIGIN (Marie Stuart)
121941DER WEG INS FREIE (Le chemin de la liberté)
131942DIE GROSSE LIEBE (Un grand amour)
141943DAMALS (Le foyer perdu)
151950GABRIELA
161952CUBA CABANA
171953AVE MARIA , de Alfred BRAUN 
181954BEI DIR WAR ES IMMER SO SCHÖN
191959DER BLAUE NACHTFALTER (Le phalène bleu) , de Wolfgang SCHLEIF 
201966COME IMPARAI AD AMARE LE DONNE (Comment j'ai appris à aimer les femmes) , de Luciano SALCE 
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 8-5-2016