La bibliothèque de L'Encinématheque

Yves VINCENT (1921 / 2016)

Yves Vincent

Acteur français, né le 5 août 1921, à Thônes (Haute-Savoie, France). Décédé le 6 janvier 2016 à Montacher-Villegardin (Yonne, France).

Originaire d'une Haute-Savoie qu'il quitta à l'âge de 3 mois, Yves Vincent passa son enfance et sa jeunesse en Algérie, pays dont il garde, comme beaucoup, un souvenir meurtri. Sportif de très bon niveau, il aligne les longueurs de bassin nautique tout en pratiquant le tennis et l'équitation. En 1939, il est de l'équipe universitaire d'Alger qui remporte la compétition de water polo des Jeux Mondiaux Universitaires dans la principauté monégasque.

Sa mère, Yvonne Delatour, dont l'ambition artistique fut étouffée par des parents professeurs davantage enclin à voir leur fille suivre la même voie, a décidé que l'un de ses deux rejetons (Yves est l'aîné de Pierre) devait accomplir son rêve avorté. Le sort tomba sur le moins jeune : à 13 ans, le voici récitant «Les animaux malades de la peste» à qui voulait bien l'entendre ! À 16 ans, il sort du Conservatoire d'Alger, bien décidé à devenir comédien. La défaite de 1940 ayant conduit à la suppression du service militaire, c'est au chantier de jeunesse du Camp des Chênes, dans les gorges de la Chiffa (Algérie), que le jeune homme sert ce qu'il lui reste de patrie.

Commentateur et comédien dans la troupe de Radio-Algérie, il ne tarde pas à s'imposer au public par sa prestance et son élégance. Comédien de théâtre avant tout, il devait jouer, entre autres, des pièces de Jean-Paul Sartre («La P… respectueuse», 1946) et de Jean Cocteau(«L'aigle à deux têtes», 1960). Il connut également de grands succès avec «Un tramway nommé Désir» (1949) de Tennessee Williams en compagnie d'Arletty (et d'un petit pianiste maigrelet qui répondait au nom de Louis de Funès), «La dame aux camélias» avec Edwige Feuillère ou encore «Thé et sympathie» (1957) aux côtés d'Ingrid Bergman.

En 1944, au Caire, il tourna, selon ses dires, un premier film en compagnie de sa mère, «Monsieur Arnaud», réalisé par André Vignaux, directeur d'un théâtre algérois, et interprété par Lucienne LemarchandLucienne Lemarchand : "Le sujet du film concernait la reconstruction de la France de l'après-guerre", mais nous n'en savons pas plus, car l'oeuvre semble ne pas avoir été répertoriée. Plus officielle est sa présence dans «La foire aux chimères» de Pierre Chenal (1946), avec Madeleine SologneMadeleine Sologne sur laquelle il n'hésita pas, artiste de music-hall, à lancer de tranchants couteaux ! Le jeu dû plaire à l'ingénu qui en garde encore aujourd'hui le meilleur des souvenirs.

Son long passage en Afrique lui valut sans doute d'être fréquemment distribué dans des oeuvres aux ambiances orientales à une époque où nos colonies sentaient encore bon le sable chaud : «La renégate» (1947), avec Louise Carletti, «La danseuse de Marrakech» (1949) avec Siren Adjemova, «Capitaine Ardant» (1951) avec Renée Saint-Cyr, «Grand gala» (1952) avec Ludmilla Tchérina.

S'il n'accrocha pas de grands titres à son tableau d'honneur cinématographique, il eut le privilège de côtoyer Brigitte Bardot lorsqu'elle n'était pas encore inaccessible («Babette s'en va-t-en guerre», 1959) et l'honneur de servir Alain Resnais bien avant que cela ne soit à la mode («Muriel ou le temps d'un retour», 1963).

Le temps bouleverse les choses et lorsqu'il retrouve Louis de Funès, sur la fin des “sixties”, le rapport des valeurs financières n'est plus en sa faveur. Néanmoins, le contraste entre sa haute stature bourgeoise («Hibernatus» en 1969) ou militaire («Le gendarme se marie» en 1968, «Le gendarme en balade» en 1970) et la fragilité nerveuse du comique grimacier fonctionne à merveille.

Après quelques compositions dans un registre plus léger, chez Max Pécas ou Roger Vadim par exemple, entrecoupées d'une apparition dans une oeuvre post-soixante huitarde chez Pascal Aubier, («Valparaiso, Valparaiso», 1970), Yves Vincent tourna son dernier film sous la direction de Georges Lautner, «La maison assassinée» (1987).

Très connu des téléspectateurs, il se fit également remarquer dans deux nombreux téléfilms ou feuilletons télévisés. Outre les opus d'«Au théâtre ce soir», «Les cinq dernières minutes», «L'inspecteur Leclerc», «Les dossiers de l'écran» ou «Les enquêtes du commissaire Maigret», il incarna le juge Garonne dans 265 épisodes de la série «Tribunal» (1989/1994).

En 1949, Yves Vincent rencontra chez un imprésario une grande blonde aux yeux verts, Jacqueline HuetJacqueline Huet, comédienne postulante avant de devenir la speakerine de la RTF dont certains se souviennent encore. Mariés en 1950, ils eurent une fille, Dominique. Le divorce prononcé, c'est avec l'actrice suisse Nelly BorgeaudNelly Borgeaud que notre homme reforma, de 1955 à 2000, le couple que Resnais devait distribuer dans «Muriel».

Retiré des affaires artistiques, Yves Vincent coula longtemps des jours qu'il qualifiait lui-même d'heureux dans un petit village de Bourgogne. En octobre 2013, il nous fit la surprise de la publication de ses mémoires, «Voulez-vous en sourire avec moi ?», se libérant de quelques confessions croustillantes. Deux ans plus tard, «Des vagues à l'âme» le sacre romancier. Quelques mois après sa mort sort à titre posthume un ultime ouvrage autobiographique, «4, boulevard Laferrière».

Christian Grenier, Yvan Foucart

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1946
LA FOIRE AUX CHIMÈRES
2
1947
LES REQUINS DE GIBRALTAR
3
1947
LA RENÉGATE
4
1948
BAL CUPIDON
5
1949
LA DANSEUSE DE MARRAKECH
6
1949
LA FEMME NUE
7
1950
MÉFIEZ-VOUS DES BLONDES
8
1950
PORTE D'ORIENT
9
1951
CAPITAINE ARDANT
10
1951
TAPAGE NOCTURNE
11
1952
OUVERT CONTRE X…
12
1952
GRAND GALA
13
1952
SPARTACO (Spartacus)
14
1953
MONSIEUR SCRUPULE, GANGSTER
15
1956
PITIÉ POUR LES VAMPS
16
1956
OSS 117 N'EST PAS MORT
17
1957
POLICE JUDICIAIRE
18
1959
BABETTE S'EN VA-T-EN GUERRE
19
1959
Y'EN A MARRE
20
1961
LES NOUVEAUX ARISTOCRATES
21
1961
LA PLANQUE
22
1967
TROPPO PER VIVERE, POCO PER MORIRE (Qui êtes-vous, inspecteur Chandler?)
23
1968
LE GENDARME SE MARIE
24
1969
HIBERNATUS
25
1970
LE GENDARME EN BALADE
26
1974
IMPOSSIBLE… PAS FRANÇAIS
27
1987
LA MAISON ASSASSINEE
Éd. 9.1.4 : 22-7-2019