La bibliothèque de L'Encinématheque

Laura ANTONELLI (1941 / 2015)

Laura Antonelli

Actrice italienne, née Laura Antonaz, le 28 novembre 1941, à Pola (Italie, aujourd'huie Croatie).

Installée dans la péninsule d'Istrie, la famille Antonaz dut subir les aléas de l'histoire. Rattaché à l'Italie après la première guerre mondiale, le territoire est annexé à la Yougoslavie à l'avènement de Tito. Dès lors, c'est dans des camps de réfugiés que la future actrice passe les plus difficiles années de son enfance. En 1948, les Antonaz peuvent enfin rejoindre l'Italie, passant de Venise et Milan à Gênes avant de se fixer à Naples.

Laura et son frère Claude, devenus Antonelli, poursuivent brillament leurs études au "liceo scientifico" de la ville. Le garçon deviendra enseignant à l'Université de Montréal (Canada), tandis que notre future vedette, diplôme en poche, professera un temps l'éducation physique au "lieceo artistico" de Rome. Sa beauté est remarquée par des producteurs de la télévision et la belle enfant participe à des émissions à caractère publicitaire. Parallèlement, elle pose pour des photos-romans, offrant à quelques lecteurs privilégiés la primeur d'admirer sa belle poitrine qu'elle ne tardera pas à dévoiler plus généreusement aux spectateurs des salles obscures.

Car la carrière de Laura Antonelli sera essentiellement tournée vers les productions nationales polissones, voire érotiques, qui déferlent sur le marché du cinéma à l'aube des années 70. Et c'est en blonde que nous pouvons la reconnaître dans quelques-uns de ses premiers films : «Un détective» (1969), «La Vénus en fourrure» (1969), «Un nommé Sledge» (1970).

Le cinéma français s'intéresse bientôt à cette beauté transalpine et, à la faveur de la co-production franco italienne «Les mariés de l'an II» (1970), la pousse dans les bras de Jean-Paul Belmondo. Les deux acteurs se retrouveront en 1972 sur le plateau du «Docteur Popaul» de Claude Chabrol, entamant une liaison longue de plusieurs années qui entrâinera le divorce de la dame, épouse depuis 1965 de l'éditeur-producteur Enrico Piacentini.

En 1971, avec «Il merlo maschio/Ma femme est un violon» de Pasquale Festa Campanile, Laura Antonelli entre dans l'univers des grands réalisateurs italiens qui vont contribuer à lui donner une image de marque dans l'érotisme chic, voire intellectuel. Salvatore Samperi («Malizia» en 1973, «Péché véniel» en 1974), Dino Risi («Sexe fou» en 1973), Luigi Comencini («Mon Dieu, comment suis-je tombée si bas ?» en 1974) et enfin Luchino Visconti («L'innocent» en 1976) vont lui offrir la respectabilité qui lui manque et faire d'un objet de décoration une véritable actrice dont le talent ne se cache pas essentiellement sous les robes.

En 1981, la voici «Casta e pura» à nouveau sous la direction de Salvatore Samperi. C'est dans cette direction qu'elle semble se diriger et ses prestations dans «Passion d'amour» d'Ettore Scola (1981) ou «Tranches de vie» de François Leterrier (1985) lui permettent de s'exprimer dans un autre registre. La voici même qui aborde Molière, revu et corrigé par Alberto Sordi, en Toinette du «Malade imaginaire» (1979) puis en Frosine de «L'avare» (1989).

Las, la télévision de Berlusconi érode bientôt le bel édifice du grand cinéma italien, avant même que le drame ne vienne clouer l'existence de Laura. En 1991, après avoir subi les foudres de la justice italienne, pour une affaire de drogue, elle subit, en prévision du tournage de «Malizia 2000», des injections destinée à atténuer les premiers outrages saturniens. Mais une réaction allergique fera que le remède aura des conséquences irréparables qui s'avèreront bien plus inesthétiques que le mal originel.

Depuis, Laura Antonelli vécut carrément recluse, à l'abri des regards voyeurs, dans une petite ville italienne, au large de Rome. Le 22 juin 2015, elle fut retrouvée morte dans sa villa de Ladispoli, les causes du décès n'ayant pas été révélées.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11967LE SPIE VENGONO DAL SEMIFREDDO/Dr.GOLDFOOT AND THE GIRL BOMBS
21969UN DETECTIVE/MACCHIE DI BELLETO (Exécutions)
31969L'ARCANGELO
41969VENUS IM PELZ (La Vénus en fourrure)
51970A MAN CALLED SLEDGE (Un homme nommé Sledge)
61970INCONTRO D'AMORE-BALI , de Ugo LIBERATORE 
71970LES MARIES DE L'AN II
81971IL MERLO MASCHIO (Ma femme est un violon)
91971SANS MOBILE APPARENT
101971ALL' ONOREVOLE PIACCIONO LE DONNE (M.le député plaît aux femmes/Obsédé malgré lui)
111972DOCTEUR POPAUL
121972SIMONA/HISTOIRE DE L'OEIL
131973MALIZIA (Malicia)
141973SESSOMATTO (Sexe fou)
151974PECCATO VENIALE (Péché véniel)
161974MIO DIO, COME SONO CADUTA IN BASSO! (Mon Dieu, comment suis-je tombée si bas?)
171975DIVINA CREATURA (Divine créature)
181976L'INNOCENTE (L'innocent)
191977MOGLIAMANTE (La maîtresse légitime)
201978LETTI SELVAGGI (Les monstresses) [ Sk."Un après-midi ennuyeux", "La femme d'affaires" ]
211979IL MALATO IMMAGINARIO (Le malade imaginaire)
221980MI FACCIO LA BARCA , de Sergio CORBUCCI 
231981CASTA E PURA , de Salvatore SAMPERI 
241981PASSIONE D'AMORE (Passion d'amour)
251981PORCA VACCA
261981IL TURNO
271982VIUUULENTEMENTE MIA
281985LA GABBIA (L'enchaîné)
291986LA VENEXIANA (La Vénitienne)
301986GRANDI MAGAZZINI
311987RIMINI RIMINI , Téléfilm distribué en salles dans certains pays
321987ROBA DA RICCHI , de Sergio CORBUCCI 
331989L'AVARO (L'avare)
341991MALIZIA 2000 , de Salvatore SAMPERI 
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 5-8-2016