La bibliothèque de L'Encinématheque

Roger TREVILLE (1902 / 2005)

Roger Tréville

Acteur français, né Roger Troly, le 27 novembre 1902, à Paris. Décédé le 27 septembre 2005, à Beaumont-de-Périgord (Dordogne).

Roger Tréville, fils du comédien-réalisateur Georges TrévilleGeorges Tréville et de la comédienne Fanny Delisle, débute très tôt au cinéma puisqu'à l'âge de six ans, il est déjà le partenaire de sa mère, l'une des vedettes des studios Cines à Rome. Sans avoir suivi le moindre court d'art dramatique, il accompagne les Guitry à Londres pour une série de représentations de pièces classiques françaises. Le service militaire accompli, il entame sa véritable filmographie par quelques bandes muettes.

Au cinéma sonore, nous le trouvons au générique d'une quarantaine de titres dont l'essentiel se situe entre 1930 et 1936. Il apparaît comme jeune premier dans des comédies dont la seule prétention est de distraire. Pour «Mon gosse de père» (1930), il campe le fils inconnu venu des Etats-Unis inculquant à son père les faits et gestes nécessaires pour devenir un parfait gentilhomme et homme d'affaires. Riche et oisif, il accompagne une petite dactylo (Janine Guise), gagnante d'un concours, pour quelques «Nuits de Venise» (1931). «Son Altesse, l'amour» (1931) l'amène à conquérir une barmaid ravissante, la toute belle Annabella. En marquis ruiné, il tente de pousser sa sœur (Germaine AusseyGermaine Aussey) au mariage avec un «Bach millionnaire» (1933). Dans «Minuit, place Pigalle» (1934), il aide le parrain de son épouse (RaimuRaimu) à surmonter ses ennuis financiers. Au terme de cette suite d'oeuvrettes d'avant-guerre, il nous revient en marquis du Vélin, noceur et joyeux drille, soumis à la surveillance bienveillante du «Chasseur de chez Maxim's» dans la version de Maurice Cammage (1939).

Après le second conflit mondial, rangé des jeunes premiers, Roger Tréville démarre une seconde carrière. En 1950, moustache noire, nœud papillon, l'œil sévère, l'arcade sourcilière gauche circonflexe, fonctionnaire courtelinesque au Ministère de l'Enregistrement, il harcèle Bourvil, son sous-fifre, dans «Garou Garou, le passe-muraille». Inspecteur de police dans «Le gantelet vert» (1951), une relique religieuse incrustée de pierres précieuses convoitée par Glenn FordGlenn Ford et George MacreadyGeorge Macready, il n'hésite pas à s'associer au premier nommé. En 1954, diplomate marié, il rencontre lors d'une «Escale à Orly» son ancien amour (Simone Renant), une vedette au succès déclinant. Gene Kelly, producteur, réalisateur et interprète de «La route joyeuse» (1956), une chaussée bien française, lui confie le rôle du proviseur de l'établissement auquel il a confié son fils. La même année, quinquagénaire avancé et néanmoins dragueur invétéré,il fait comprendre à Brigitte BardotBrigitte Bardot jusqu'à quel point «La mariée est trop belle».

Plus heureusement, Claude Autant-Lara en fait un superbe gentleman britannique réconfortant l'infortuné Gérard PhilipeGérard Philipe dans «Le joueur», d'après le roman de Dostoïevsky (1958). Denys de La Patellière lui fixe rendez-vous «Rue des prairies» (1959) où il se présente en amant, marié, âgé, riche et élégant de la toute jeune Marie–José NatMarie-José Nat, laquelle fait preuve d'une fierté altière face à son rigoriste de père (Jean GabinJean Gabin). En 1996, marteau en main, il fait une courte apparition en commissaire priseur dans «Comment voler un million de dollars» (1966), problème qu'Audrey HepburnAudrey Hepburn et Peter O'ToolePeter O'Toole auront à résoudre. Curieusement accoutré dans «Ponce Pilate» (1961), il fait son ultime prestation en général américain dans «Deux billets pour Mexico» (1967), une affaire d'espionnage bien éloignée des meilleures réalisations de Christian-Jaque.

S'adonnant à la post-synchronisation, Roger Tréville produisit ainsi la voix française de Robert MitchumRobert Mitchum, James StewartJames Stewart, Cary GrantCary Grant, Vittorio de SicaVittorio de Sica, etc.

Marié, à dix neuf ans, à l'actrice anglaise Laura Hayward, il convolera en secondes noces avec Rose Lorraine (de son vrai nom Tournoux) le 10 novembre 1965 à la mairie de La Celle Saint-Cloud (Yvelines). Sa voix de baryton lui permit de se produire dans divers cabarets pour des tours de chant et de danse avec Rose. On le vit souvent au "Grand Palais", "Chez Elle", à "l'Etoile", au "Théâtre de la Gaieté-Lyrique", etc. Maîtrisant parfaitement l'anglais, il aborda l'opérette à Londres, notamment avec «Balalaïka» et «The Kiss Call». Curieusement, aucun réalisateur ne songea à faire valoir ses talents de chanteur et de danseur tout au long de son parcours cinématographique. Par contre, quelques pièces de boulevard d'excellente qualité firent régulièrement son bonheur tout autant que le nôtre: «Les vignes du seigneur», «Vient de paraître», «La soif», «La feuille de vigne», «La manière forte» et «La brune que voilà», pour ne citer que les plus célèbres. Egalement auteur, il écrivit notamment «Blouff», une comédie en trois actes, qu'il créa avec son épouse et Georges Jamin.

Retiré dans sa petite propriété du Périgord, toujours alerte malgré l'apparition de problèmes visuels, il s'adonna à ce qui devint sa principale occupation et son délassement : la peinture. Deux ans après le décès de son épouse, il nous quitta peu avant son 103ème anniversaire, ce qui lui conféra longtemps le record de longévité de nos comédiens français.

Yvan Foucart (propos recueillis auprès de Roger Tréville chez lui le 22 juillet 1993)

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11931NUITS DE VENISE
21931SON ALTESSE L'AMOUR [ Version française ]
31931EINER FRAU MUSS MAN ALLES VERZELH' N/DURAND CONTRE DURAND [ Version française ]
41931GRAINS DE BEAUTE
51932DER FRECHDACHS/VOUS SEREZ MA FEMME [ Version française ]
61936LA PETITE DAME DU WAGON-LIT
71936LES MARIS DE MA FEMME
81939LE CHASSEUR DE CHEZ MAXIM's
91950GAROU-GAROU LE PASSE-MURAILLE
101954ESCALE A ORLY
111956THE HAPPY ROAD (La route joyeuse)
121961PONZIO PILATO (Ponce Pilate)
131966HOW TO STEAL A MILLION (Comment voler un million de dollars)
L'Encinémathèque
Ed.7.2.1 : 30-5-2015