La bibliothèque de L'Encinématheque

Carla Del POGGIO (1925 / 2010)

Carla Del Poggio

Actrice italienne nationalité, née Maia Luisa Attanasio, le 2 décembre 1925, à Naples (Italie). Décédée le 14 octobre 2010, à Rome (Italie).

Fille d'un colonel de l'armée italienne, Carla Del Poggio, étudie les langues étrangères et la danse moderne, discipline dans laquelle elle envisage un temps de tracer son chemin. Remarquée par Vittorio de SicaVittorio de Sica alors qu’elle étudie au "Centro Sperimentale di Cinematografia"», elle débute à l’écran dans «Maddalena, zero in condotta» (1940), qui en fait une star.

Durant les premières années de sa carrière, elle est une des plus populaires et des plus délicieuses adolescentes du cinéma italien et est l’interprète de, entre autres, «La scuola dei timidi» (1941), «Un garibaldino al convento» (1942), «Signorinette» (1942), «C’è sempre un ma !» (1942), «Tre ragazze cercano marito» (1943), …

Elle épouse en 1945 le réalisateur Alberto LattuadaAlberto Lattuada qui lui fait incarner une jeune fille tombée dans la prostitution dans «Il bandito» (1946). Ce rôle fort et dramatique marque une nouvelle étape dans le parcours cinématographique de Carla Del Poggio et lui ouvre de nouveaux horizons. Elle fait dans la foulée une apparition sur les planches dans «Il buon ragazzo» de Kenneth Horne (1946/1947), avant de rejoindre Giulietta MasinaGiulietta Masina dans une adaptation scénique du roman d'Alberto Moravia, «Gli indifferenti».

Par la suite, elle tourne encore sous la direction de son époux «Senza pieta» (1948), «Il mulino del Po» (1948) et «Luci del varieta» (1950), ce dernier avec comme co-réalisateur Federico FelliniFederico Fellini. Parmi ses autres films, on peut citer, entre autres, «Gioventu perduta» (1947), «Caccia tragica» (1948), «Core ‘ngrato» (1951), «Roma ore 11» (1952). Elle figure en outre au générique de trois co-productions franco-italiennes, «Les loups chassent la nuit» (1952), «Les révoltés de Lomanach» (1954) et «Le secret d’Hélène Marimon» (1953).

Carla Del Poggio fait ses adieux au cinéma avec «I girovaghi» (1956), tourné pendant sa grossesse, afin de se consacrer davantage de temps aux deux enfants que lui donnera son mari. La télévision italienne utilisera encore son talent à quelques reprises («Due dozzine di rose scarlatte» en 1956, «David Copperfield» en 1965, etc) avant qu’elle n’abandonne complètement le métier d’actrice.

Signalons qu'elle connut la rare particularité de voir ses parents, Ugo Attanasio et Maria Pia Attanasio, la suivre tardivement dans une (courte) carrière cinématographique !

Marlène Pilaete, Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11940MADDALENA...ZERO IN CONDOTTA (Madeleine, zéro de conduite)
21942UN GARIBALDINO AL CONVENTO (Un garibaldien au couvent)
31942VIOLETTE NEI CAPELLI
41946IL BANDITO (Le bandit)
51947CACCIA TRAGICA (Chasse tragique)
61947GIOVENTU PERDUTA (Jeunesse perdue)
71948SENZA PIETA (Sans pitié)
81948IL MULINO DEL PO (Le moulin du Pô)
91950IL SENTIERO DELL'ODIO , de Sergio GRIECO 
101950LUCI DEL VARIETA (Les feux du music-hall)
111951LES LOUPS CHASSENT LA NUIT
121951ROMA, ORE 11 (Onze heures sonnaient)
131953COSE DA PAZZI
141953LES REVOLTES DE LOMANACH
L'Encinémathèque
Ed.7.2.1 : 24-5-2015