La bibliothèque de L'Encinématheque

Ralph BELLAMY (1904 / 1991)

Ralph Bellamy

Acteur américain, né Ralph Rexford Bellamy, le 17 juin 1904, à Chicago (Illinois.). Décédé le 29 novembre 1991, à Santa Monica (Californie).

Comédien sympathique et doué, Ralph Bellamy ne connaîtra pas au cinéma la prestigieuse carrière qu’il méritait, d’autant que lorsque l’on porta à l’écran ses plus grands succès sur les planches comme «State of the Union» (1945) et «Detective Story» (1949), les producteurs préfèreront le remplacer par des vedettes jugées plus rentables.

Chassé de l’école à 17 ans, il intègre une troupe itinérante et fonde très vite sa propre compagnie, les "Ralph Bellamy Players". Dès ses débuts à Broadway dans «Town Boy», Hollywood le repère et lui propose un contrat. En 1931, il apparaît en gangster aux côtés de Wallace BeeryWallace Beery et du jeune Clark GableClark Gable dans «The secret six». En 1932, trois grands cinéastes le réclament : John Ford pour «Air Mail/Tête brûlée», Raoul Walsh pour «Wild Girl» et Frank Capra pour «Forbidden». Le voilà lancé : il ne quittera plus l’écran pendant une quinzaine d’années, alternant les séries B où il tient volontiers la vedette et les seconds rôles dans des films plus prestigieux auprès de Spencer Tracy ou James Cagney. Au nombre de ses partenaires féminines, il compte à cinq reprises Fay Wray, trois fois Irene Dunne, deux fois Barbara Stanwyck et Carole Lombard, sans parler de Katharine Hepburn, Ida Lupino ou Ginger Rogers : un beau palmarès !

Charpente solide et sourire cordial, il inspire confiance en médecin dévoué à sa tâche dans «Once to Every Woman» (1934) ou «The Healer» (1935), mais il peut être aussi convaincant dans «Picture Snatcher» (1933) en journaliste alcoolique à la tête d’une feuille à scandale, retrouvant sa dignité grâce au repris de justice qu’il a engagé (James Cagney). S’il épouse la belle Fay WrayFay Wray dans «Woman in the Dark» (1934), son rôle fétiche reste celui de l’amoureux éconduit par l’héroïne qui lui préfère la vedette masculine. L’affaire s’enclenche lorsqu’Anna Sten choisit Gary Cooper pour sa «Nuit de noces» (1935) ; dans la foulée, Carole Lombard lui préfère Fred MacMurrayFred MacMurray dans «Jeux de mains» (1935) : Ralph, beau joueur, éclate de rire ! Ginger Rogers l’abandonne le jour du mariage pour convoler avec Fred AstaireFred Astaire à la fin d’«Amanda» (1938) ; quant à Cary Grant, non content de lui souffler «La dame du vendredi» (1940), il trouve que ce grand naïf ressemble drôlement à … Ralph Bellamy ! «Brother Orchid» (1940) fait exception puisque le cow boy sympathique et balourd qu’il interprète avec finesse gagne le cœur d’Ann Sothern alors que son rival Edward G.RobinsonEdward G.Robinson choisit le couvent ! Brave gars de l’Oklahoma débarquant à New York, il tombe sous le charme d’Irene Dunne dans «Cette sacrée vérité» (1937) : le film, qui lui rapporte une nomination à l’oscar, avait commencé sous les meilleurs auspices puisque, dès les premières prises, son interprétation déclencha l’hilarité du génial Leo Mac Carey. Il sera tout aussi drôle en détective myope dans «Trade Winds/La femme aux cigarettes blondes» (1938).

Fréquemment recruté pour les rôles de policier tout au long des années 30, il mène l’enquête sur «Le loup-garou» (1941) pour les Studios Universal juste après avoir campé avec classe et humour le détective Ellery Queen dans une série de quatre films. Face à Errol Flynn dans «Footsteps in the Dark» (1941), il campe un personnage ambigu qui le change des comédies légères dont il commence à se lasser. Simple faire-valoir de jeunes premières sucrées comme Jane Powell dans «Delightfully dangerous» (1945) ou Deanna Durbin dans «Lady on a Train/Deanna mène l’enquête» (1945), il craque devant tant d’insignifiance et retourne à Broadway. En vingt ans, il ne tournera que deux films : après avoir été l'avocat de Gary Cooper dans «Condamné au silence» (1955) de Preminger, il reprend à l’écran son plus grand succès théâtral, «Sunrise at Campobello» (1960), où il incarne magistralement Franklin Roosevelt, composition qui lui avait valu un Tony Award en 1958.

Vedette du petit écran dès les années 50, on le retrouve en magnat du pétrole dans «Les professionnels» (1966) de Richard Brooks et en médecin diabolique dans «Rosemary’s Baby» (1968) de Polanski. Avec son complice Don Ameche, il forme un réjouissant duo de cyniques traders dans «Un fauteuil pour deux» (1983), savoureuse comédie de John Landis qui propose aux deux vétérans une apparition clin d’œil dans «Un prince à New York» (1988). Lorsqu’il tourne son dernier film, il n’a plus l’âge de prétendre à la main de l’héroïne mais il n’en seconde pas moins avec malice le duo Richard Gere-Julia Roberts dans «Pretty woman» (1990), version new look de la comédie américaine où il avait si souvent brillé.

En ce qui concerne “The Private Affairs of Bellamy”, il se maria à quatre reprises : à Alice Delbridge (1927/1930), Catherine Willard (1931/1945), Ethel Smith (1945/1947) et Alice Murphy (1949/1991). En 1987, il obtint un oscar d’honneur pour son activité militante au sein de la Screen Actors Guild.

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11931THE MAGNIFICENT LIE
21931SURRENDER , de William K.HOWARD 
31932FORBIDDEN (Amour défendu)
41932YOUNG AMERICA , de Frank BORZAGE 
51932THE WOMAN IN ROOM 13
61932WILD GIRL
71932AIR MAIL (Tête brûlée)
81932SECOND HAND WIFE , de Hamilton McFADDEN 
91933BELOW THE SEA (Le trésor des mers) , de Alfred S.ROGELL 
101933PICTURE SNATCHER (Un danger public)
111933THE NARROW CORNER
121933BEFORE MIDNIGHT , de Lambert HILLYER 
131934SPITFIRE (Mademoiselle Hicks)
141934THIS MAN IS MINE
151934THE CRIME OF HELEN STANLEY (un drame à Hollywood) , de D.Ross LEDERMAN 
161935THE WEDDING NIGHT (Soir de noces)
171935EIGHT BELLS
181935THE HEALER/LITTLE PAL , de Reginald BARKER 
191935NAVY WIFE , de Allan DWAN 
201935HANDS ACROSS THE TABLE (Jeux de mains)
211936ROAMING LADY (A la poursuite d'un coeur) , de Albert S.ROGELL 
221936THE FINAL HOUR , de D.Ross LEDERMAN 
231936STRAIGHT FROM THE SHOULDER , de Stuart HEISLER 
241936THE MAN WHO LIVED TWICE (L'homme qui vécut deux fois) , de Harry LACHMAN 
251936WILD BRIAN KENT , de Howard BRETHERTON 
261936COUNTERFEIT LADY (la femme au diamant)
271937LET's GET MARRIED
281937IT CAN'T LAST FOREVER
291937THE AWFUL TRUTH (Cette sacrée vérité)
301938THE CRIME OF Dr.HALLET , de S.Sylvan SIMON 
311938FOOLS FOR SCANDAL
321938BOY MEETS GIRL (Le vantard)
331938CAREFREE (Amanda)
341938TRADE WINDS (La femme aux cigarettes blondes)
351939LET US LIVE (Laissez-nous vivre!)
361939BLIND ALLEY (L'étrange rêve) 
371939COAST GUARD (Garde-côtes)
381940HIS GIRL FRIDAY (La dame du vendredi)
391940BROTHER ORCHID
401940DANCE, GIRL, DANCE
411940ELLERY QUEEN MASTER DETECTIVE , de Kurt NEUMANN 
421941ELLERY QUEEN's PENTHOUSE MYSTERY , de James P.HOGAN 
431941AFFECTIONATELY YOURS , de Lloyd BACON 
441941DIVE BOMBER (Bombardiers en piqué)
451941THE WOLF MAN (Le loup-garou)
461942GHOST OF FRANKENSTEIN (Le spectre de Frankenstein)
471942LADY IN A JAM
481944GUEST IN THE HOUSE
491945DELIGHTFULLY DANGEROUS (Délicieusement dangereuse)
501945LADY ON A TRAIN (Deanna mène l'enquête)
511955THE COURT-MARTIAL OF BILLY MITCHELL (Condamné au silence)
521960SUNRISE AT CAMPOBELLO
531966THE PROFESSIONALS (Les professionnels)
541968ROSEMARY's BABY (Le bébé de Rosemary)
551983TRADING PLACES (Un fauteuil pour deux)
561987DISORDERLIES , de Michael SCHULTZ 
571988THE GOOD MOTHER (Le prix de la passion)
581990PRETTY WOMAN
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 20-8-2016