La bibliothèque de L'Encinématheque

Paul PRÉBOIST (1927 / 1997)

Paul Préboist

Acteur français, né le 21 février 1927, à Marseille (Bouches-du-Rhône, France). Décédé le 4 mars 1997, à Paris (Île-de-France, France).

Venu au monde dans le quartier populaire marseillais de la Rose, Paul Préboist conservera éternellement cet accent méridional qui rajoutera un charme si particulier à la façon qu'il avait de raconter ses histoires simplettes. Suivant les traces de son père, il devient apprenti-jockey à son adolescence et dispute des courses hippiques dès l'âge de 16 ans, activité dont il conservera une passion pour les animaux, au point d'en faire le centre de toute une série d'imitations farfelues. Il exerce par ailleurs quelques petits boulots, comme étalonnier ou cascadeur équestre, avant d'être engagé comme interprète linguistique dans la compagnie où exerçait sa mère, anglaise d'origine.

À 19 ans, après envoir envisagé la prêtrise, il se retrouve guichetier à la Sécurité Sociale, dans une agence située à proximité d'un music-hall où Bourvil, à l'aube d'une grande carrière, vient se produire. C'est à cet événement que le jeune Paul estime devoir sa vocation. Bientôt, il imite Fernandel dans ses numéros chantés avant de s'installer à Paris où il s'inscrit à l'école de la Rue Blanche. Son physique particulier lui permet même de décrocher quelques figurations à la Comédie Française, où il est remarqué par Paul Claudel qui le fait engager pour sa pièce, «Le soulier de satin». Doté naturellement d'un tempérament comique, il fait rire tout son entourage et captive l'attention du public, malgré la brièveté de ses apparitions.

Paul Préboist fait ses premières armes au cinéma, dès la fin des années quarante, par des figurations plus ou moins avérées. On le verra souvent en compagnie de son frère, Jacques PréboistJacques Préboist, auquel il ressemble beaucoup et dont on lui attribue certaines de ses apparitions. Jacques BeckerJacques Becker («Les aventures d'Arsène Lupin», 1956), Gene KellyGene Kelly («La route heureuse», tourné en France la même année), Jean Giono («Crésus» en 1960) et André Hunebelle («Le capitan», 1960) lui (re)mettent le pied à l'étrier.

Archétype du français moyen, le chapeau, le béret ou le képi vissé sur la tête, il promène sa bonhommie heureuse et son large sourire dans quelques unes des plus célèbres farces des années soixante : «Tartarin de Tarascon» (1962), «Quand passent les faisans» (1965), «Le fou du labo 4» (1967), «La honte de la famille» (1969), etc.

Compagnon de route de Louis de Funès, rencontré bien avant qu'il ne connaisse la gloire, il y gagnera, le moment venu, de devenir le faire-valoir atittré du pître le plus célèbre du cinéma français : «Le grand restaurant» (1966), «Oscar» (1967), «Hibernatus» et «L'homme orchestre» (1969), «Sur un arbre perché» (1970), «Jo» (1971), etc. Qui ne se souvient de cette scène inénarrable où, palefrenier, il tente de distraire le maréchal des logis Cruchot, fraîchement retraité, en lui racontant l'histoire du Petit Chaperon Rouge («Le gendarme en balade», 1970) ?

Si la carrière de Paul Préboist est jalonnée de nanars que seule sa présence parvient parfois à sauver de l'oubli («L'heptaméron» en 1973, «Mon curé chez les nudistes» en 1982), de grands réalisateurs auront fait appel à lui, comme Philippe de Broca («Cartouche» en 1962, etc), Henri Verneuil («Week-end à Zuydcoote», 1964), Gérard Oury («La grande vadrouille», 1966), Édourd Molinaro («Mon oncle Benjamin» en 1969), et plus régulièrement Georges Lautner («Laisse aller, c'est une valse» en 1970, «Quelques messieurs trop tranquilles» en 1973, etc). Jean YanneJean Yanne lui-même le fait entrer dans sa famille satirique : «Tout le monde il est beau…» en 1972, «Moi y'en a vouloir des sous» en 1973, «Liberté, égalité, choucroute» en 1984.

Si rares furent les occasions pour l'acteur facétieux de se produire dans des oeuvres “sérieuses” («Le vieil homme et l'enfant» de Claude Berri en 1966, «Le bateau sur l'herbe» de Gérard Brach en 1970), c'est pourtant dans l'univers de Claude LelouchClaude Lelouch qu'il finira son honorable carrière "d'imbécile radieux", comme il aimait à se définir : «À nous deux» (1979), «Les uns et les autres» (1980), «Il y a des jours et des lunes» (1990), «La belle histoire» (1991, son dernier film).

Artiste à tout faire, Paul Préboist s'est exprimé sur les scènes des cabarets (jeune avocat répliquant à sa mère à propos du symbolisme de la balance, "Elle penche ? C'est la justice, maman…"), les pistes de cirque et les plateaux de télévision («Les enquêtes de l'inspecteur Leclerc» dans les années soixante, «L'avare» en 1978, «Tante Blandine» en 1983,… et bien sûr les shows de Patrick Sébastien). Il avait le talent de rendre son public hilare en racontant des histoires banales qu'il est impossible de répéter sans se prendre un four monumental !

Prenant prétexte d'un cancer, La Carmarde s'est approprié pour elle seule ce grand amuseur devant l'Éternel, au risque de mourir de rire. Bien fait pour elle !

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1954
CADET ROUSSELLE
2
1956
LES AVENTURES D'ARSÈNE LUPIN
3
1956
THE HAPPY ROAD (La route joyeuse)
4
1960
LE MOUTON
5
1960
CRÉSUS
6
1960
LE CAPITAN
7
1960
COCAGNE
8
1961
LE MIRACLE DES LOUPS
9
1961
LES NOUVEAUX ARISTOCRATES
10
1961
TOUT L'OR DU MONDE
11
1962
CARTOUCHE
12
1962
TARTARIN DE TARASCON
13
1964
WEEK-END A ZUYDCOOTE
14
1965
QUAND PASSENT LES FAISANS
15
1965
LES TRIBULATIONS D'UN CHINOIS EN CHINE
16
1966
LA GRANDE VADROUILLE
17
1966
SALE TEMPS POUR LES MOUCHES/COMMISSAIRE SAN ANTONIO
18
1966
LE GRAND RESTAURANT
19
1966
LE VIEIL HOMME ET L'ENFANT
20
1966
UN IDIOT À PARIS
21
1967
FLEUR D'OSEILLE
22
1967
LE FOU DU LABO 4
23
1968
BERU ET CES DAMES
24
1969
LA HONTE DE LA FAMILLE
25
1969
HIBERNATUS
26
1969
MON ONCLE BENJAMIN
27
1969
L'HOMME ORCHESTRE
28
1970
LE DISTRAIT
29
1970
LE GENDARME EN BALADE
30
1970
LE BATEAU SUR L'HERBE
31
1970
SUR UN ARBRE PERCHÉ
32
1970
LAISSE ALLER… C'EST UNE VALSE
33
1971
DOUCEMENT LES BASSES
34
1971
LA FOLIE DES GRANDEURS
35
1971
JO
36
1971
LES MALHEURS D'ALFRED
37
1971
LE VIAGER
38
1972
LE TRÈFLE À CINQ FEUILLES
39
1972
TOUT LE MONDE IL EST BEAU, TOUT LE MONDE IL EST GENTIL
40
1972
LES FOUS DU STADE
41
1972
LES JOYEUX LURONS
42
1973
QUELQUES MESSIEURS TROP TRANQUILLES
43
1973
MOI Y'EN A VOULOIR DES SOUS
44
1973
L'HEPTAMERON/AH! SI MON MOINE VOULAIT.../JOYEUX COMPERES
45
1973
LES VACANCIERS
46
1973
O.K. PATRON
47
1973
LES QUATRE CHARLOTS MOUSQUETAIRES & À NOUS QUATRE CARDINAL!
48
1974
LES CHINOIS À PARIS
49
1974
Y'A UN OS DANS LA MOULINETTE
50
1975
LA GRANDE RÉCRÉ / LES PIRATES DE LA BUTTE
51
1979
À NOUS DEUX
52
1980
UNE MERVEILLEUSE JOURNEE
53
1981
SIGNÉ FURAX
54
1980
LES UNS ET LES AUTRES
55
1982
LES MISERABLES
56
1982
DEUX HEURES MOINS LE QUART AVANT JESUS-CHRIST
57
1982
MON CURE CHEZ LES NUDISTES
58
1983
L'ÉMIR PRÉFÈRE LES BLONDES
59
1983
LES PLANQUES DU REGIMENT
60
1984
LES FAUSSES CONFIDENCES
61
1984
LIBERTE, EGALITE, CHOUCROUTE
62
1985
LE FACTEUR DE SAINT-TROPEZ
63
1991
LA BELLE HISTOIRE
Éd. 9.1.4 : 9-9-2019