La bibliothèque de L'Encinématheque

Frank MORGAN (1890 / 1949)

Frank Morgan

Acteur américain, né Frank Phillip Wuppermann, le 1er juin 1890, à New York CIty (New York, U.S.A.). Décédé le 18 septembre 1949, à Beverly Hills, Los Angeles (Californie, U.S.A.).

Dernier né d’une famille nombreuse, il fréquente très tôt le monde du spectacle, d’autant que son grand frère, Ralph MorganRalph Morgan (1883-1956), est déjà de la partie. Ensemble, les frères Wuppermann, devenus Morgan, montent un numéro de music-hall qui attire l’attention. Frank débute au cinéma en 1916 et tourne une vingtaine de films au temps du muet mais on n’a pas gardé souvenir du jeune homme qu’il était alors aux côtés des stars du moment : il n’a que vingt-cinq lorsqu’il tourne «Raffles» (1917) avec John BarrymoreJohn Barrymore et à peine plus de la trentaine dans «Manhandled» (1924) avec Gloria Swanson. Dès le début du parlant, on ne verra que lui et seule une crise cardiaque aura raison de son enthousiasme. En remerciement de quinze ans de bons et loyaux services, la Metro-Goldwyn-Mayer, son studio d’élection, bâtit sur son nom un film musical, «The Great Morgan» (1946), qui dit assez la reconnaissance du public pour ce savoureux interprète.

Son personnage se met très vite en place : bon bourgeois à la cinquantaine florissante, il lutine les ingénues et assure le contrepoint comique des amours du couple vedette ; il le fait si bien que sa présence est la seule bonne raison aujourd’hui de revoir les musicals sucrés du duo Jeanette Macdonald/Nelson Eddy comme «La fugue de Mariette» (1935) et «Amants» (1938). Courtiser de trop jeunes femmes est toutefois une activité à risques comme il en fait l’expérience dans «The Half-Naked Truth» (1932) où Lee Tracy le fait chanter et surtout dans «La bonne fée» (1935) où il écope d‘un coquard en faisant le joli cœur auprès de Margaret Sullavan. Dans «Rosalie» (1937), devenu souverain d’un état imaginaire, il ne perd pas pour autant son habitude de faire de l’œil aux donzelles qui passent, au grand dam d’une épouse revêche campée comme il se doit par Edna May OliverEdna May Oliver. Les charmes de Jean HarlowJean Harlow, Hedy LamarrHedy Lamarr ou Lana TurnerLana Turner ne le laissent pas de glace, d’autant qu’elles furent à plusieurs reprises ses partenaires. Dans «Port of the Seven Seas» (1938) adapté de Pagnol, il reprend le rôle de Panisse qui voudrait bien épouser la petite Fanny (Maureen O'SullivanMaureen O'Sullivan) devenue Madelon dans cette mouture peu orthodoxe ! Avec l’âge, il se veut plus raisonnable et roucoule auprès de partenaires plus mûres : Billie BurkeBillie Burke dans «The Wild Man of Borneo» (1940) ou Spring ByingtonSpring Byington dans «The Vanishing Virginian» (1941) fondent à leur tour devant son inépuisable faconde ; même l’austère Agnes Moorehead se laisse aller sur l’escarpolette de «Belle jeunesse» (1948).

Dans «Le magicien d’Oz» (1939), il se multiplie à plaisir : illusionniste de pacotille, il conseille Judy Garland en Professeur Marvel avant de se transformer en portier tout de vert vêtu et en cocher aux superbes moustaches puis, totalement imberbe, le voilà dans le rôle-titre ! Pour beaucoup de spectateurs, ce film reste le plus fameux de sa carrière mais on peut lui préférer nettement deux autres interprétations. Dans «La tempête qui tue» (1940) de Frank Borzage, il joue un professeur adulé de ses étudiants, chassé de l’université par le nazisme triomphant. Très sobre pour une fois (dans tous les sens du mot !), il émeut dans sa dernière scène où on le découvre dans un camp de concentration, les cheveux blanchis, portant quasiment l’auréole du martyr. Un film de Lubitsch lui garantit à lui seul l’immortalité pour la somme inépuisable de bonheur dispensée aux cinéphiles : c’est lui qui joue M.Matuschek, le patron de la petite boutique au coin de la rue, «Rendez-vous» (1940), toujours sur le point d’exploser mais finalement bienveillant puisqu’il saura reconnaître le mérite de son fidèle employé Kralik (James Stewart) ; abandonné par son épouse volage, il se retrouve seul le soir de Noël, recherchant désespérément un compagnon de réveillon dans une scène aussi drôle que touchante…

À l’occasion, il tient la vedette, par exemple dans «The Ghost Comes Home» (1940) où son épouse contraint le faux-revenant à jouer les vieilles filles barbichues… Juge corrompu à la retraite "… mais buveur en activité", il retrouve sa dignité en dénonçant les magouilles d’un gendre qui ne joue pas vraiment «Franc-jeu» (1941). Il a plus de chance dans «A Stranger in Town» (1943) où, magistrat de la Cour Suprême, il s’ingénie pendant ses congés à chasser les politiciens véreux d’une petite ville. S’il passe du côté des escrocs dans «Yolanda et le voleur» (1945) de Minnelli, il a l’excuse d’y retrouver son complice Fred Astaire et ce sympathique tandem ne peut qu’obtenir le pardon final. Partenaire de Clark Gable à cinq reprises – entre autres, dans l’excellent «La fièvre du pétrole» (1940 – on le vit plusieurs fois auprès de William Powell dont il est le rival puis le producteur dans «Le grand Ziegfeld» (1936) ; il tient le même emploi auprès de Fred Astaire dans «Broadway qui danse» (1939). Plus inattendu, c’est en Louis XIII qu’il paraît auprès de Gene KellyGene Kelly dans «Les trois mousquetaires» (1948).

Nommé une première fois à l’oscar pour «Les amours de Cellini» (1934), il récidive avec «Tortilla Flat» (1942) où il campe un vieil excentrique entouré de chiens et vouant un culte à François d’Assise. Il ne gagne pas le précieux trophée mais la radio le rend encore plus populaire lorsqu’il anime, dans les années 40, un programme régulier, «The Fabulous Doctor Tweedy». Il devait interpréter un Buffalo Bill vieillissant dans «Annie la reine du cirque» (1950) lorsqu’il mourut à 59 ans. Frank Morgan avait épousé en 1914 Alma Muller (1895-1970) qui lui donna un fils.

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1924
MANHANDLED (Tricheuse), d'Allan DWAN
 
2
1930
LAUGHTER, de Harry d'ABBADIE d'ARRAST
 
3
1930
FAST AND LOOSE
4
1932
THE HALF NAKED TRUTH
5
1932
HALLELUJAH I'M A BUM, de Lewis MILESTONE
 
6
1933
REUNION IN VIENNA (Une soirée à Vienne)
7
1933
THE KISS BEFORE THE MIRROR (Le baiser devant le miroir), de James WHALE
 
8
1933
WHEN LADIES MEET (Mais une femme troubla la fête), de Harry BEAUMONT
 
9
1933
BROADWAY TO HOLLYWOOD, de Willard MACK, Jules WHITE
 
10
1933
BOMBSHELL (Mademoiselle Volcan)
11
1934
THE AFFAIRS OF CELLINI (Les amours de Cellini)
12
1934
A LOST LADY
13
1934
THERE'S ALWAYS TOMORROW
14
1934
BY YOUR LEAVE, de Lloyd CORRIGAN
 
15
1935
THE GOOD FAIRY (La bonne fée)
16
1935
ENCHANTED APRIL
17
1935
NAUGHTY MARIETTA (La fugue de Mariette)
18
1935
I LIVE MY LIFE (Vivre sa vie)
19
1935
THE PERFECT GENTLEMAN
20
1936
THE GREAT ZIEGFELD (Le grand Ziegfeld)
21
1936
TROUBLE FOR TWO (A vos ordres madame), de J.Walter RUBEN
 
22
1936
THE DANCING PIRATE
23
1936
DIMPLES (Fossettes)
24
1937
SARATOGA
25
1937
ROSALIE
26
1938
PARADISE FOR THREE (Trois hommes dans la neige)
27
1938
PORT OF SEVEN SEAS
28
1938
THE CROWD ROARS (La foule en délire), de Richard THORPE
 
29
1938
SWEETHEARTS (Amants)
30
1939
BROADWAY SERENADE (Emporte mon coeur), de Robert Z.LEONARD
 
31
1939
THE WIZARD OF OZ (Le magicien d'Oz)
32
1939
THE SHOP AROUND THE CORNER (Rendez-vous)
33
1939
BROADWAY MELODY OF 1940 (Broadway qui danse)
34
1940
THE MORTAL STORM (La tempête qui tue)
35
1940
BOOM TOWN (La fièvre du pétrole)
36
1940
HULLABALOO
37
1940
KEEPING COMPANY, de S.Sylvan SIMON
 
38
1940
THE WILD MAN OF BORNEO
39
1941
WASHINGTON MELODRAMA
40
1941
HONKY TONK (Franc-jeu)
41
1941
THE VANISHING VIRGINIAN
42
1942
TORTILLA FLAT
43
1942
WHITE CARGO (Tondelayo)
44
1943
THE HUMAN COMEDY (Et la vie continue)
45
1943
A STRANGER IN TOWN, de Roy ROWLAND
 
46
1943
THOUSANDS CHEER (La parade aux étoiles)
47
1944
THE WHITE CLIFFS OF DOVER (Les blanches falaises de Douvres)
48
1944
CASANOVA BROWN (Casanova le petit)
49
1945
YOLANDA AND THE THIEF (Yolanda et le voleur)
50
1946
COURAGE OF LASSIE (Le courage de Lassie)
51
1946
THE COCKEYED MIRACLE, de S.Sylvan SIMON
 
52
1946
LADY LUCK, d'Edwin L.MARIN
 
53
1946
GREEN DOLPHIN STREET (Le pays du dauphin vert)
54
1948
SUMMER HOLIDAY (Belle jeunesse)
55
1948
THE THREE MUSKETEERS (Les trois mousquetaires)
56
1949
THE STRATTON STORY (Un homme change son destin)
57
1949
THE GREAT SINNER (Passion fatale)
58
1949
ANY NUMBER CAN PLAY (Faites vos jeux)
59
1950
KEY TO THE CITY (La clef sous la porte)
Éd. 9.1.4 : 11-9-2019