La bibliothèque de L'Encinématheque

James Robertson JUSTICE (1907 / 1975)

James Robertson Justice

Acteur britannique, né James Norval Harald Robertson Justice, le 15 juin 1907, à Londres (Angleterre). Décédé le 2 juillet 1975, à Winchester (Angleterre).

Cet acteur à la silhouette si peu britannique promena ses rondeurs sympathiques et sa barbe fleurie dans bon nombre de films pendant trois décennies. Il avait la manie de raconter à son sujet les histoires les plus incroyables, prétendant avoir vu le jour dans une distillerie écossaire, rejoint les brigades internationales dans la lutte contre le general Franco et même avoir pointé son arme sur le front d'Hitler !

Plus banalement venu au monde dans la capitale anglaise, James Robertson Justice était le fils d'un géologue d'origine écossaise, souvent en vadrouille de par le monde pour des raisons que l'on devine aisément professionnelles. Après des études primaires à Marlborough, il entre à l'Université de Londres qu'il doit quitter abruptement pour des motifs obscurs. Ayant suivi une formation de géologue à Bonn (Allemagne), il rentre au pays natal en 1927.

On le retrouve bientôt journaliste à l'agence londonienne de Reuter avant qu'il n'émigre au Canada, devenant successivement placeur d'assurances, professeur d'anglais, bûcheron et même chercheur d'or ! Sportif à ses heures, il s'essaye au hockey sur glace et à la conduite de voitures de course. Particulièrement instable, le voici policier en Sarre pour le compte de la Société des Nations, puis volontaire de réserve dans la Royal Navy.

Après une visite au Player's Club de Londres où il a l'opportunité de jouer la doublure technique du président Leonard Sachs, Il est recommandé pour figurer dans un premier film, «For Those in Peril» (1944) avant que Peter UstinovPeter Ustinov ne lui mette définitivement le pied à l'étrier («Vice Versa», 1948). C'est le temps des premières compositions “intelligentes” et on peut remarquer sa face exceptionnellement imberbe et étonamment juvénile dans «L'aventure sans retour» de Charles Crichton (1948).

En 1949, sa performance dans «Whisky à gogo» d'Alexander Mackendrick fait de lui un acteur à part entière qui va promener sa bonhommie et sa joie de vivre dans plus bon nombre de comédies britanniques. Bien sûr, les cinéphiles se souviennent de son incarnation du chirurgien Lancelot Spratt, supérieur hiérarchique du non moins célèbre Simon Sparrow (Dirk Bogarde) qu'il encadra à maintes reprises : «Doctor in the House» (1954), «Doctor at Sea» (1955), «Doctor at Large» (1957), etc. La série se termina en 1970 avec «Doctor in Trouble», mais le Sparrow s'était envolé.

J.R.J. internationalisa sa carrière, côtoyant notamment Gregory Peck à plusieurs occasions : «Capitaine sans peur», tourné en Europe (1951), «David et Bethsabée» (1952), «Moby Dick» (1956), «Les canons de Navarone» (1961). S'il foula les plateaux français («Le repos du guerrier» en 1962, «A coeur joie» en 1967, tous deux avec Brigitte BardotBrigitte Bardot) et allemands («La peau d'un espion» en 1967) sans laisser de grands souvenirs, plus remarquées furent ces interprétations du Prince de Galles dans «Mayerling» (1968) et de Lord Scrumptious dans «Chitty Chitty Bang Bang» (1968).

"Collectionneur" d'oiseaux de proie, amateur de femmes, gros mangeur et buveur devant l'Eternel qui ne devait pas tarder à se rappeler à son bon souvenir, J.R.J. brûla son existence par les deux bouts. Epoux dès 1941 d'une jeune infirmière, Dillys Hayden, il fut le père d'un fils, James, qui se noya à l'âge de 4 ans dans le moulin familial du Hampshire. Ses diverses aventures sentimentales le conduisirent inévitablement au divorce (1958). Compagnon depuis 1965 de l'actrice allemande Irene von MeyendorffIrene von Meyendorff, il l'épousa trois jours avant sa mort, survenue à l'issue d'une longue suite de troubles cardiaques.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11947AGAINST THE WIND (Les guerriers dans l'ombre)
21948SCOTT OF THE ANTARTIC (L'aventure sans retour)
31949WHISKY GALORE! (Whisky à gogo)
41951CAPTAIN HORATIO HORNBLOWER (Capitaine sans peur)
51951DAVID AND BATHSHEBA (David et Bethsabée)
61951ANNE OF THE INDIES (La flibustière des Antilles)
71952THE STORY OF ROBIN HOOD AND HIS MERRIE MEN (Robin des Bois et ses joyeux compagnons)
81952THE VOICE OF MERRILL
91954DOCTOR IN THE HOUSE (Toubib or not toubib)
101955DOCTOR AT SEA (Rendez-vous à Rio)
111955AN ALLIGATOR NAMED DAISY (Un alligator nommé Daisy)
121956MOBY DICK
131956THE IRON PETTICOAT (Whisky, vodka et jupon de fer)
141956CHECKPOINT (A tombeau ouvert)
151957DOCTOR AT LARGE (Toubib en liberté)
161957THE LIVING IDOL
171957CAMPBELL's KINGDOM (La vallée de l'or noir)
181957SEVEN THUNDERS (Les sept tonnerres , de Hugo FREGONESE 
191957THERESE ETIENNE
201960DOCTOR IN LOVE
211961VERY IMPORTANT PERSON
221961MURDER SHE SAID (Le train de 16h50)
231961THE GUNS OF NAVARONE (Les canons de Navarone)
241962GUNS OF DARKNESS (Sept heures avant la frontière)
251962THE FAST LADY (La merveilleuse Anglaise)
261963DOCTOR IN DISTRESS
271966DOCTOR IN CLOVER
281966LANGE BEINE-LANGE FINGER
291968MAYERLING
301968CHITTY CHITTY BANG BANG
311969ZETA ONE , de Michael CORT 
321970DOCTOR IN TROUBLE
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 23-8-2016