La bibliothèque de L'Encinématheque

Juliette BINOCHE (1964)

Juliette Binoche

Actrice française, née le 9 mars 1964, à Paris (Seine/Hauts-de-Seine, France).

Née dans un milieu artistique, d'un père sculpteur et metteur en scène, et d'une mère professeur de français et animatrice d'un atelier d'art dramatique, Juliette Binoche grandit dans un univers créatif où sa sensibilité ne tarda pas à s'épanouir. À 2 ans, assistant à une représentation de «Roméo et Juliette», elle a la surprise de voir apparaître son père sur scène, qu'elle ne tarde pas à interpeller !

Généralement mauvaise élève à l'école, elle n'est pas encore adolescente lorsqu'elle participe aux ateliers de sa mère, tour à tour assistante, éclairagiste, costumière, actrice… et même “acteur” ! C'est après avoir mis en scène «Le roi se meurt» d'Ionesco dans le cadre d'une représentation scolaire qu'elle ressent les premiers appels de sa vocation. Baccalauréat en poche, elle s'inscrit au cours de Jean-Pierre Martineau (conservatoire du Xème arrondissement), avant d'intégrer la classe de Véra Gregh au Conservatoire National d'Art Dramatique.

Après deux années de galère à courir les castings, rejetée notamment par Maurice Pialat («À nos amours») et Robin Davis («Hors-la-loi»), elle est enfin remarquée par Jean-Luc GodardJean‑Luc Godard qui la choisit sur photographie pour un rôle secondaire de «Je vous salue Marie» (1984). Mais c'est «Rendez-vous» d'André Téchiné (1985) qui la dévoile sous toutes les coutures (l'affiche est restée célèbre) aux yeux du public et lui permet de décrocher, très jeune, sa première nomination pour le César de la meilleure actrice. Ainsi élevée sous d'heureuses baguettes, Juliette Binoche va balancer, toujours avantageusement, entre le cinéma d'auteur et des oeuvres plus facilement abordables.

En 1986, elle croise les chemins artistique et personnel du jeune réalisateur Léos Carax sur le plateau de «Mauvais sang». Leur vie n'est plus commune mais leurs aspirations toujours aussi partagées lorsqu'ils se retrouvent, 5 ans plus tard, pour «Les amants du Pont Neuf», grosse production dont le tournage subit plusieurs interruptions et au cours duquel elle-même faillit périr noyée.

C'est encore grâce à une photographie que Krzysztof Kieslowki, un temps dubitatif, retient Juliette pour le premier volet de sa trilogie tricolore, «Trois couleurs: bleu» (1993), lui offrant le rôle dramatique, silencieux et plein de retenue d'une jeune femme qui se réveille à l'hôpital pour apprendre la mort de son époux et de leur enfant au cours de l'accident de la circulation dont elle-même a été victime, une performance honorée par un César (1994). Parmi les oeuvres commerciales où s'affiche l'actrice, «Fatale» de Louis Malle (1992) ou «Le hussard sur le toit» de Jean-Paul Rappeneau sont loin de faire mauvaise figure. En 1996 pourtant, elle connaît sa plus grande déception professionnelle en étant renvoyée du plateau de «Lucie Aubrac» pour divergence de conception du personnage principal avec son metteur en scène, Claude Berri

Très tôt, Juliette Binoche, autrefois jeune fille au pair en Angleterre, expatria son talent aux quatre coins du monde cinématoraphique. Dès 1987, elle mesure «L'insoutenable légèreté de l'être» sous le regard des caméras de Philip Kaufman. On la voit bientôt courir sur les «Hauts de Hurlevent». Bien sûr, c'est l'obtention de l'oscar (1997) du meilleur second rôle féminin pour sa composition dans «Le patient anglais» (1996) qui lui vaut une renommée internationale. Le très britannique John Boorman («In my Country», 2000), l'Israëlien Amos Gitai («Désengagement», 2003), l'Autrichien Michael Haneke («Caché», 2005), le Taïwanais Hsou Hsiao-Hsien («Le voyage du ballon rouge», 2007) ou encore l'iranien Abbas Kiarostami («Copie conforme», 2010, prix d'interpretation féminine au Festival de Cannes), sauront utiliser cette vocation à l'universalité artistique. Mais si elle exporte son jeu, l'actrice refusera toujours de s'engager dans un star-système à la sauce américaine et fera de la France la source régulière de ses regénérations physiques et intellectuelles.

En 1986, dans un article de presse, elle forma le voeu de pouvoir incarner un jour Camille Claudel. Il lui faudra attendre près de 30 ans pour que Bruno Dumont lui permette de réaliser son rêve («Camille Claudel 1915», 2012).

De sa jeunesse, Juliette Binoche a conservé le goût du dessin et de la peinture; ses oeuvres, portraits imaginaires des personnages interprétés à l'écran ou réels des metteurs en scène auxquels elle a accordé sa confiance, peuvent être admirées dans de trop rares expositions. De sa liaison avec le plongeur professionnel André Hallé, elle est mère d'un petiit garçon, Raphaël (1993), tandis que l'acteur Benoît Magimel, son partenaire dans «Les enfants du siècle» (1999), lui a fait le cadeau de la petite Hana (1999).

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie (presque) complète

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1984
JE VOUS SALUE, MARIE
2
1984
LES NANAS
3
1984
LA VIE DE FAMILLE
4
1984
ADIEU BLAIREAU
5
1985
RENDEZ-VOUS
6
1986
MON BEAU-FRERE A TUE MA SOEUR
7
1986
MAUVAIS SANG
8
1987
THE UNBEARABLE LIGHTNESS OF BEING (L'insoutenable légèreté de l'être)
9
1988
UN TOUR DE MANEGE
10
1991
LES AMANTS DU PONT-NEUF
11
1992
WUTHERING HEIGHTS (Les hauts de Hurlevent), de Peter KOSMINSKY
 
12
1992
DAMAGE (Fatale)
13
1993
TROIS COULEURS: BLEU
14
1995
LE HUSSARD SUR LE TOIT
15
1996
UN DIVAN A NEW YORK/A COUCH IN NEW YORK
16
1996
THE ENGLISH PATIENT (Le patient anglais)
17
1997
ALICE ET MARTIN
18
1999
LES ENFANTS DU SIECLE
19
1999
LA VEUVE DE SAINT-PIERRE
20
2000
CODE INCONNU: RECIT INCOMPLET DE DIVERS VOYAGES
21
2000
CHOCOLAT (Le chocolat)
22
2002
DECALAGE HORAIRE
23
2003
COUNTRY OF MY SKULL (In My Country), de John BOORMAN
 
24
2005
CACHÉ
25
2005
BEE SEASON (Les mots retrouvés), de David SIEGEL, Scott McGEHEE
 
26
2005
MARY, d'Abel FERRARA
 
27
2006
PARIS, JE T'AIME [Sk."Place des victoires"]
28
2006
QUELQUES JOURS EN SEPTEMBRE, de Santiago AMIGORENA
 
29
2006
BREAKING AND ENTERING (Par effraction), d'Anthony MINGHELLA
 
30
2007
LE VOYAGE DU BALLON ROUGE, de Hou HSIO-HSIEN
 
31
2007
DESENGAGEMENT, d'Amos GITAI
 
32
2007
DAN IN REAL LIFE (Coup de foudre à Rhode Island), de Peter HEDGES
 
33
2007
PARIS, de Cédric KLAPISCH
 
34
2008
L'HEURE D'ÉTÉ, d'Olivier ASSAYAS
 
35
2010
COPIE CONFORME, d'Abbas KIAROSTAMI
 
36
2010
THE SON OF NO ONE (Un flic pour cible), de Dito MONTIEL
 
37
2011
ELLES, de Malgorzata SZUMOWSKA
 
38
2011
LA VIE D'UNE AUTRE
39
2012
COSMOPOLIS, de David CRONENBERG
 
40
2012
A COEUR OUVERT, de Marion LAINE
 
41
2012
CAMILLE CLAUDEL 1915
42
2013
TUSEN GANGER GOD NALT (Mille fois bonne nuit), d'Erik POPPE
 
43
2013
WORDS AND PICTURES (Lessons in Love), de Fred SCHEPISI
 
44
2014
GODZILLA, de Gareth EDWARDS
 
45
2014
SILS MARIA, d'Olivier ASSAYAS
 
46
2014
NADIE QUIERE LA NOCHE (Personne n'attend la nuit), d'Isabel COIXET
 
47
2015
THE 33, de Patricia RIGGEN
 
48
2015
L'ATTESA (L'attente), de Piero MESSINA
 
49
2016
MA LOUTE, de Bruno DUMONT
 
50
2016
POLINA, DANSER SA VIE, de Valérie MÜLLER, Angelin PRELJOCAJ
 
51
2017
GHOST IN THE SHELL, de Rupert SANDERS
 
52
2017
TELLE MÈRE, TELLE FILLE, de Noémie SAGLIO
 
53
2017
UN BEAU SOLEIL INTÉRIEUR
Éd. 9.1.4 : 15-9-2019