La bibliothèque de L'Encinématheque

Eugene PALLETTE (1889 / 1954)

Eugene Pallette

Acteur américain, né Eugene William Pallette, le 8 juillet 1889, à Winfield (Kansas, U.S.A.). Décédé le 3 septembre 1954, à Los Angeles (Californie, U.S.A.).

Acteur jovial à la bedaine proéminente, il reste pour l’éternité Frère Tuck, le moine braillard et bagarreur, compagnon d’Errol Flynn, dans «Les aventures de Robin des Bois» (1938). On le vit pourtant à ses débuts, encore maigre sinon fluet, dans un nombre incalculable de courts métrages tournés dès 1913 (30 pour la seule année 1914 !). Alors que ses parents avaient été comédiens dans leur jeunesse, c’est à une carrière militaire qu’il se destinait jusqu’à ce que sa route croise une troupe de théâtre itinérante où il apprit son métier.

Lorsqu’il débute à l’écran, il n’a que 24 ans et va se produire dans plus de cent films muets. On l’aperçoit dans deux rôles différents de «Naissance d’une nation» (1915) et en huguenot amoureux dans l'époque française de «Intolérance» (1916), les deux fresques de David Wark Griffith. Il figure dans le premier «Tarzan of the Apes» (1918) campé par Elmo LincolnElmo Lincoln et dans la première version des «Dix commandements» (1923) : à l’époque, sa silhouette lui permet de jouer les traîtres les plus crédibles. Le plus surprenant reste son apparition auprès d’un D’Artagnan nommé Douglas Fairbanks dans «Les trois mousquetaires» (1921) : on l’attend en Porthos mais c’est le suave Aramis (un peu grassouillet tout de même !) qu’il interprète. Dès la fin du muet, il a trouvé son ventre de croisière et peut sans problème rencontrer Laurel & HardyLaurel & Hardy dans quelques classiques du burlesque dont le plus mémorable est «La bataille du siècle» (1927) qui distribue généreusement les tartes à la crème.

Aux débuts du parlant, Ernst Lubitsch l’embarque dans sa «Parade d’amour» (1929) et Joseph von Sternberg lui fait prendre le «Shanghai Express» (1932) en compagnie de Marlene Dietrich et d’Anna May Wong. «The Playboy of Paris» (1930), ce n’est pas lui de toute évidence, mais il a la carrure adéquate pour camper le shériff débonnaire de «Steamboat Round the Bend» (1935) de John Ford. Il faut dire que la voix caverneuse de Pallette convient particulièrement bien aux colosses hébétés ou aux policiers balourds. C’est ainsi que dans «The Half Naked Truth» (1932) de Gregory La Cava, Lee TracyLee Tracy n’hésite pas à le faire passer pour un eunuque enturbanné au service d’une fausse princesse avant de l’envoyer parader à Manhattan en nudiste barbu ! Face aux borborygmes rocailleux du Sergent Ernest Heath, l’excellent William Powell n’aura guère de mal à briller dans quatre aventures embrouillées de Philo Vance, de «The Canary Murder Case» (1929) à «The Kennel Murder Case» (1933). Le savoureux «Topper» (1937) redonnera à Pallette le même type de rôle en détective dépassé par les facéties de Constance Bennett et Cary Grant, un fameux «Couple invisible» de joyeux fantômes.

Si Frank Capra s’amuse à tirer un effet comique de ses 130 kilos dans «Monsieur Smith au sénat» (1939) où il a toutes les peines du monde à s’extraire d’une cabine téléphonique, «Le signe de Zorro» (1940) est une variante sur un thème connu : après le chapelain de «Robin des Bois», Eugene rajoute quelques touches de couleur à sa palette (!) ecclésiastique pour une nouvelle réussite en Frère Felipe face cette fois à Tyrone Power. Entre temps, René Clair trouve en lui la parfaite incarnation de l’ignorance crasse et de la bêtise satisfaite du capitalisme américain triomphant dans «Fantôme à vendre» (1936). Gregory La Cava dans «Mon homme Godfrey» (1936) le montre à son tour en milliardaire excentrique dominé par une épouse entichée d’un encombrant gigolo (Mischa AuerMischa Auer). Désireux de vivre en paix, l’oncle James de «Premier amour» (1939) affiche un calme impérial tant que son insupportable famille est de sortie : le spectateur attend avec d’autant plus d’impatience l’inévitable éruption de colère ! Chez Preston Sturges, le "roi de la cervoise" qui tempête sans parvenir à se faire servir par ses domestiques fond (façon de parler !) devant Barbara Stanwyck, «The Lady Eve» (1941). De retour chez Lubitsch, il participe à un petit-déjeuner d’anthologie : certes «Le ciel peut attendre» (1943), mais face à la tonitruante Marjorie Main, Eugene doit baisser d’un ton car son épouse réduit à néant son envie légitime de lire tranquillement ses comics préférés le dimanche matin !

Shériff pour «L’étang tragique» (1941) de Jean Renoir ou chauffeur de Charles Boyer dans «Six destins» (1942), Eugene Pallette tourne volontiers avec les cinéastes étrangers réfugiés à Hollywood pendant la guerre mais le personnage sympathique de l’écran le devient beaucoup moins dans la réalité. Contaminé par la propagande nazie, il affiche des idées extrémistes et racistes : sur le tournage de «In the Meantime, Darling» (1944), il refuse de s’asseoir près d’un acteur noir (Clarence MuseClarence Muse), déclenchant la juste colère d’Otto Preminger et son licenciement par le studio. Convaincu de l’imminence d’un nouveau conflit mondial, il se retire dans son ranch de l’Oregon transformé en bunker. La maladie l’obligera à rejoindre Hollywood où il mourra d’un cancer en 1954 sans avoir reparu à l’écran.

Sur un plan privé, Eugene Pallette fut l'époux successif de l'actrice Phyllis Gordon et de Marjorie Cagnacci.

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
 
-- Longs métrages, sauf indication contraire
 
 
2
1916
INTOLERANCE [Ep."L'époque française"]
3
1921
THE THREE MUSKETEERS (Les trois mousquetaires)
4
1929
THE VIRGINIAN
5
1930
SLIGHTLY SCARLET/L'ENIGMATIQUE MONSIEUR PARKES [Version américaine]
6
1930
THE BENSON MURDER CASE, de Frank TUTTLE
 
7
1930
THE SEA GOD, de George ABBOTT
 
8
1930
LE PETIT CAFE/PLAYBOY OF PARIS [Version américaine]
9
1930
SEA LEGS, de Victor HEERMAN
 
10
1931
IT PAYS TO ADVERTISE
11
1931
DUDE RANCH, de Frank TUTTLE
 
12
1932
SHANGHAI EXPRESS
13
1932
WILD GIRL
14
1932
THE HALF NAKED TRUTH
15
1933
STORM AT DAYBREAK, de Richard BOLESLAWSKI
 
16
1933
THE KENNEL MURDER CASE (La triple énigme)
17
1934
THE DRAGON MURDER CASE
18
1934
CARAVAN / CARAVANE [Version américaine]
19
1935
BORDERTOWN (Ville frontière)
20
1935
STEAMBOAT ROUND THE BEND
21
1936
THE GHOST GOES WEST (Fantôme à vendre)
22
1936
MY MAN GODFREY (Mon homme Godfrey)
23
1936
STOWAWAY (Tchin-Tchin)
24
1937
SHE HAD TO EAT, de Malcolm St.CLAIR
 
25
1937
TOPPER (Le couple invisible)
26
1937
100 MEN AND A GIRL (Deanna et ses boys)
27
1938
THE ADVENTURES OF ROBIN HOOD (Les aventures de Robin des Bois)
28
1938
THERE GOES MY HEART (La pauvre millionnaire), de Norman Z.McLEOD
 
29
1939
MISTER SMITH GOES TO WASHINGTON (Mr.Smith au sénat)
30
1939
FIRST LOVE (Premier amour)
31
1940
YOUNG TOM EDISON (Le jeune Thomas Edison)
32
1940
IT's A DATE (La douce illusion)
33
1940
SANDY IS A LADY
34
1940
HE STAYED FOR BREAKFAST
35
1940
THE MARK OF ZORRO (Le signe de Zorro)
36
1941
THE LADY EVE (Un coeur pris au piège)
37
1941
THE BRIDE CAME C.O.D.
38
1941
WORLD PREMIERE
39
1941
APPOINTMENT FOR LOVE (Rendez-vous d'amour)
40
1942
TALES OF MANHATTAN (Six destins)
41
1942
THE BIG STREET (La poupée brisée)
42
1943
HEAVEN CAN WAIT (Le ciel peut attendre)
43
1943
THE GANG's ALL HERE (Banana Split)
44
1944
IN THE MEANTIME, DARLING
45
1945
THE CHEATERS
Éd. 9.1.4 : 16-9-2019