La bibliothèque de L'Encinématheque

Kay WALSH (1911 / 2005)

Kay Walsh

Actrice britannique, née le 15 novembre 1911, à Chelsea, Londres (Angleterre). Décédée le 16 avril 2005, à Chelsea, Londres (Angleterre).

Élevée avec sa soeur Peggy par leur grand-mère, à Pimlico (un quartier londonien bien connu des amateurs de films britanniques), Kay Walsh, traverse son enfance sous de modestes conditions sociales. À l'adolescence, elle ressent quelques aspirations pour la danse et fréquente très souvent les salles obscures du voisinage. Se construisant peu à peu un excellent bagage culturel, elle étudie les langues anciennes, excelle dans l'art du mime et finit par intégrer un petit cercle d'amis ayant un pied dans le théâtre ou le cinéma. C'est ainsi qu'elle parvient à se montrer une première fois à l'écran («How's Chances ?», 1934).

En 1936, sur une piste de danse, elle côtoie l'épouse du producteur Basil Dean et signe bientôt un contrat avec la Ealing Film Studio. Mais cette année est surtout marquée par sa rencontre avec un jeune monteur plein d'ambition, David LeanDavid Lean. Parallèlement, sa carrière progresse d'année en année et elle est notamment la partenaire du populaire comique George Formby dans «Keep Fit» (1937) et «Comme sur des roulettes» (1938). À la fin des années 30, elle devient une vedette et elle est l'interprète de, entre autres, «The Mind of Mr Reeder» (1939), «The Missing People» (1939), «All at Sea» (1939), «The Second Mr Bush» (1940). De manière plus anonyme, on lui doit également l'écriture des dialogues additionnels du «Pygmalion» d'Anthony Asquith (1938).

De 1940 à 1949, elle est l'épouse de David Lean et ralentit son activité. On ne la voit alors que dans cinq films, dont trois mis en scène par son mari : «Ceux qui servent en mer» (1942, co-réalisé avec Noel Coward), «Heureux mortels» (1944) et «Oliver Twist» (1948, une composition d'entraîneuse sur un tournage dont elle garda un mauvais souvenir). Les deux autres sont «The October Man» de Roy Ward Baker (1947) et «Vice Versa» de Peter Ustinov (1948). L'actrice seconde aussi son époux dans son travail : ainsi, lorsqu'il adapte le roman de Charles Dickens, «Les grandes espérances» (1946), c'est elle qui en écrit la scène finale ; on lui doit également la scène d'ouverture d' «Oliver Twist» (1948).

Après son divorce au terme d'une vie commune assez agitée, Kay Walsh recommence à tourner régulièrement. Jusqu'au début des années 70, elle tiendra ainsi premiers et seconds rôles dans une trentaine de films. Essentiellement britannique, elle s'offre une timide incursion dans l'univers du cinéma américain en apparaissant au même générique que Marlene DietrichMarlene Dietrich dans «Le grand alibi» (1950), réalisé pour la Warner Bros par son compatriote Alfred HitchcockAlfred Hitchcock de passage au pays natal. C'est dans les mêmes conditions qu'elle côtoiera le grand John Wayne lors de l'étape londonienne de son «Plus grand cirque du monde» (1964).

Son apparition en barmaid, aux côtés d'Alec Guinness, dans «De la bouche du cheval» (1958) demeurera son rôle préféré et lui vaudra la seule reconnaissance officielle de sa carrière cinématographique (NBR Award et nomination au BATFA).

Rare au petit écran, elle servira néanmoins HItchock en apparaissant dans un épisode de la série télévisé «Alfred Hitchcock Presents : I Spy» (1961), dirigée par Norman Lloyd. néanmoins Hitchcock. Sur le tard, elle participera à des productions atypiques, comme «He Who Rides a Tiger» (1965), «Pacte avec le diable» (1966), «Connecting Rooms» (1969) et «Dieu est mon droit» (1972). «La nuit de l'évasion» de Delbert Mann (1981), production de la section anglaise des Studios Walt Disney, constitue sa dernière contribution au septième art. Désormais, l'actrice consacrera son temps à assouvir ses passions pour le jardinage, la cuisinie fine et la rénovation de vieilles demeures.

En 1949, Kay Walsh épousa en secondes noces le Dr. Elliott Jacques, psychanaliste initiateur de la théorie de "la crise de l'entre deux âges". Le couple adopta une fille, Gemma (1956), avant de divorcer peu après.

Christian Grenier, sur un texte original de Marlène Pilaete

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1934
SMITH's WIVES, de H.Manning HAYNES
 
2
1937
KEEP FIT, d'Anthony KIMMINS
 
3
1937
I SEE ICE (Comme sur des roulettes), d'Anthony KIMMINS
 
4
1942
IN WHICH WE SERVE (Ceux qui servent en mer)
5
1944
THIS HAPPY BREED (Heureux mortels)
6
1948
VICE VERSA
7
1948
OLIVER TWIST (Olivier Twist)
8
1950
STAGE FRIGHT (Le grand alibi)
9
1950
LAST HOLIDAY (Vacances sur ordonnance)
10
1950
THE MAGNET (L'aimant), de Charles FREND
 
11
1951
THE MAGIC BOX (La boite magique)
12
1952
ENCORE [Sk. "Winter Cruise"]
13
1954
LEASE OF LIFE, de Charles FREND
 
14
1955
CAST A DARK SHADOW (L'assassin s'était trompé)
15
1958
THE HORSE's MOUTH (De la bouche du cheval)
16
1960
TUNES OF GLORY (Les fanfares de la gloire)
17
1961
GREYFRIARS BOBBY, THE TRUE STORY OF A DOG
18
1964
CIRCUS WORLD (Le plus grand cirque du monde)
19
1966
THE WITCHES (Pacte avec le diable)
20
1972
THE RULING CLASS (Dieu et mon droit), de Peter MEDAK
 
Éd. 9.1.4 : 18-9-2019