La bibliothèque de L'Encinématheque

Blanchette BRUNOY (1915 / 2005)

Blanchette Brunoy

Actrice française, née Blanchette Billaud, le 5 octobre 1915, à Paris (Seine, France). Décédée le 4 avril 2005, à Manosque (Alpes de Haute Provence, France).

Fille d'un médecin de campagne installé dans les Vosges, Blanchette Brunoy est aussi la filleule du célèbre écrivain Georges Duhamel. C'est d'ailleurs auprès de lui que, pendant ses jeunes années, la future actrice passa régulièrement des vacances à Pontoise et grâce à sa fréquentation qu'elle découvrit le monde du théâtre. Elle entra ainsi au Conservatoire de Paris, dans la classe d'André BrunotAndré Brunot, avant de faire ses débuts sur les planches dans «Nationale 6». Son interprétation de l'héroïne de Colette dans «Claudine à l'école» la fit connaître du grand public.

Son travail cinématographique débuta en 1936 par de petits rôles («Un mauvais garçon» avec Danielle DarrieuxDanielle Darrieux et Henri GaratHenri Garat, «Vous n'avez rien à déclarer ?» avec RaimuRaimu). Dès 1937, avec «La chaste Suzanne», elle commença à gravir les premiers degrés de la notoriété. Si sa filmographie recèle un grand nombre de titres aujourd'hui oubliés, Blanchette tourna tout de même des choses très intéressantes, car nous la retrouvons aux génériques de films comme «La bête humaine» de Jean Renoir (1938) et «Au bonheur des dames» d'André Cayatte (1943), deux adaptations de célèbres romans d'Émile Zola.

Les années quarante marquent l'apogée de sa carrière. Son doux visage de jeune fille innocente agrémenta des oeuvres telles que «Le voyageur sans bagages» de Jean Anouilh (1943), «La Marie du port» de Marcel Carné (1949) avec Jean GabinJean Gabin, et surtout «Goupi-Mains Rouges» de Jacques Becker (1943) dans lequel elle incarne la jolie «Goupi-Muguet». Muguet : le nom lui seyait à merveille puisque le regretté journaliste belge Jo Van Cottom nous la décrivit comme "printanière et lumineuse" (son prénom allait si bien avec son teint !) ; bref, la gentillesse incarnée, "un Prix Orange à vie", une réputation que l'intéressée réfutait avec véhémence. On vante également sa contribution à la version de «La maternelle» réalisée par Henri Diamant Berger (1948), hélas très difficile à voir aujourd'hui.

Les années cinquante la plongèrent dans l'embarras, le terrain étant alors plus favorable aux blondes provocatrices, comme Martine CarolMartine Carol ou Brigitte BardotBrigitte Bardot. Si «Coiffeur pour dames» (1952) lui permit encore de nous livrer une composition intéressante, elle n'apparut plus en vedette que dans quelques mélodrames un peu lourds aux titres suffisamment implicites pour qu'il ne soit pas nécessaire d'y aller voir de plus près : «Une enfant dans la tourmente» (1951), «Le secret d'une mère» (1952), «Le petit Jacques», «Tourments» (1953)…

Au tournant des “sixties“, après quelques seconds rôles dans des films restés célèbres («Le baron de l'écluse» en 1959, «Bébert et l'omnibus» en 1963,…), Blanchette Brunoy fit partie de la distribution du film inachevé de Henri-Georges Clouzot, «L'enfer» (1964). Puis ce fut le grand trou cinématographiques, tant redouté des comédiens, qui dura une vingtaine d'années, malgré d'intéressantes apparitions au petit écran («Les Eygletière» en 1978, «la vie des autres : le bel de l'aigle» en 1980,…). Jusqu'à ce qu'en 1984, à l'âge des mamies accortes, le réalisateur Édouard Molinaro ne se souvienne d'elle pour un rôle dans «L'amour en douce», le tournage qui provoqua la rencontre de Daniel AuteuilDaniel Auteuil et Emmanuelle BéartEmmanuelle Béart. Deux autres apparitions tout aussi heureuses pour notre vedette devaient en découler, «Roulez jeunesse !» de Jacques Fansten et «… Comme elle respire» de Pierre Salvadori.

Blanchette Brunoy fut l'épouse du comédien Robert Hommet, décédé en 1958. Elle-même devait nous quitter le dimanche 4 avril 2005, dans la plus grande discrétion. Il est vrai que Jean-Paul II, ayant eu la même idée funeste deux jours auparavant, occupait la une de l'actualité nécrologique du moment.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1936
UN MAUVAIS GARÇON [Non créditée]
2
1936
LA PEAU D'UN AUTRE
3
1937
LA CHASTE SUZANNE/THE GIRL IN THE TAXI
4
1937
CLAUDINE À L'ÉCOLE
5
1939
QUARTIER LATIN
6
1940
ELLES ÉTAIENT DOUZE FEMMES
7
1940
24 HEURES DE PERM', Sorti en 1945
8
1940
L'EMPREINTE DU DIEU
9
1941
LE BRISEUR DE CHAÎNES/MAMOURET
10
1941
DERNIERE AVENTURE
11
1942
LE CAMION BLANC
12
1942
LES CADETS DE L'OCÉAN, Sorti en 1945
13
1943
GOUPI MAINS ROUGES
14
1943
AU BONHEUR DES DAMES
15
1945
RABOLIOT
16
1946
LE CAFÉ DU CADRAN
17
1946
LA TAVERNE DU POISSON COURONNÉ
18
1947
LE MANNEQUIN ASSASSINÉ
19
1948
LA MATERNELLE
20
1949
VIENT DE PARAÎTRE
21
1949
LA MARIE DU PORT
22
1951
LE PASSAGE DE VENUS
23
1951
UNE ENFANT DANS LA TOURMENTE
24
1952
COIFFEUR POUR DAMES
25
1952
LE SECRET D'UNE MÈRE
26
1953
LE PETIT JACQUES
27
1953
TOURMENTS
28
1959
LE BARON DE L'ÉCLUSE
29
1960
IL SUFFIT D'AIMER
30
1963
LES VEINARDS [Sk."Le gros lot"]
31
1963
BÉBERT ET L'OMNIBUS
32
1984
L'AMOUR EN DOUCE
33
1997
...COMME ELLE RESPIRE
Éd. 9.1.4 : 24-9-2019