La bibliothèque de L'Encinématheque

Felix BRESSART (1892 / 1949)

Felix Bressart

Acteur allemand, né le 12 mars 1892, à Eydtkuhnen/Chernyshevsky (Prusse orientale/Russie). Décédé le 17 mars 1949, à Los Angeles (Californie, U.S.A.).

Issu d’une famille de commerçants, Felix Bressart étudie l’art dramatique auprès de Maria Moissi à Berlin avant de faire ses débuts en 1914 à Würzburg. Son tempérament comique original s’impose après-guerre à Hanovre ou Dresde. Le grand Max ReinhardtMax Reinhardt l'engage à Vienne en 1925 puis c'est à Berlin que sa silhouette longiligne devient populaire dans les vaudevilles militaires et les cabarets. En 1928, il tourne son premier film avec la star du muet Henny PortenHenny Porten. En moins de cinq ans, on repère son air malicieux et ses moustaches dans une trentaine d’œuvres signées Richard Oswald, Anatol Litvak ou Robert Siodmak (en 1930, pour un court-métrage burlesque intitulé «La tragédie du sous-locataire» dont il est le héros). Il côtoie les vedettes de la U.F.A. comme Lilian Harvey («Le chemin du paradis» en 1930, «Nie wieder Liebe» en 1931) ou encore Lil DagoverLil Dagover («Das Alte Lied» en 1930) ou Renate Müller («Die Privatesekretärin», 1931), jouant auprès d’elles les seconds rôles fantaisistes. C'est d'ailleurs une pédiode faste puisqu'il seconde Anny Ondra dans «Anny Chauffeur» (1930) et obtient un gros succès personnel en brillant premier rôle de «Der Herr Bürovorsteher» (1931) ou «Der Schrecken der Garnison» (1931). La critique souligne son naturel à l'écran dans ces rôles d’hommes timides, réservés et maladroits qui lui ressemblent. Sa renommée ne franchit pourtant pas le Rhin et, très vite, ses rêves de gloire tournent court : la peste brune se répand en Allemagne et Felix Bressart, d’origine juive, doit fuir la dictature nazie. Réfugié un temps en Suisse puis en Autriche, il tourne même dans la version française d'un film germano-français aux côtés de Fernand GraveyFernand Gravey et Lucien BarouxLucien Baroux «C’était un musicien» (1933), où il joue le baron Vandernyff.

En 1938, accompagné de Frieda Lehner, son épouse, il émigre aux États-Unis où il retrouve une importante colonie allemande et autrichienne, en particulier Joe Pasternak devenu producteur. Grâce à lui, il paraît en professeur de musique dans son premier film américain, «Three Smart Girls Grow Up» (1939), un succès de Deanna Durbin. La même année, il retrouve Wilhelm Thiele pour «Bridal Suite» (1939) avec AnnabellaAnnabella, mais surtout son ami Ernst LubitschErnst Lubitsch le choisit pour incarner Buljanoff, l’un des trois commissaires soviétiques faisant la bombe à Paris jusqu’à l’arrivée de l’austère Garbo alias «Ninotchka» (1939). Ce rôle reste l’un de ses plus célèbres avec celui de Greenberg dans «Jeux dangereux» (1942) : comédien réduit à porter des hallebardes alors qu’il rêve du «Marchand de Venise», il ronge son frein en répétant le monologue de Shylock jusqu’au jour où il peut enfin le déclamer, sauvant la troupe des nazis par la même occasion. Il est encore meilleur dans «Rendez-vous» (1939) où il joue Pirovitch, petit employé timoré, qui conseille sagement son ami Kralik (James StewartJames Stewart) mais se rue aux abris lorsque M.Matuschek, son patron (Frank MorganFrank Morgan), veut lui demander un avis personnel : tout Bressart est là, plein d'humour et de subtilité.

Une complicité entre immigrés d’Europe Centrale l’unit un temps à la belle Hedy Lamarr puisqu’il joue son père dans «Camarade X» (1940) de King Vidor, son meilleur ami dans «La danseuse des Folies Ziegfeld» (1941) et la retrouve de nouveau au générique de «Crossroads» (1942). Partenaire occasionnel de Shirley Temple («Kathleen» en 1941), Sonja HenieSonja Henie ou Jeanette MacdonaldJeanette Macdonald, Felix Bressart fut le prototype du serviteur fidèle de l’écran, personnage qu’il campe d’ailleurs auprès de Robert Taylor dans «Escape» (1940). Assistant de Spencer Tracy dans «La vie de Thomas Edison» (1940), il peut sans problème se confronter aux plus grandes stars comme Clark Gable dans «Camarade X», Joan CrawfordJoan Crawford dans «Un espion a disparu» (1943) ou Humphrey BogartHumphrey Bogart dans «Rendez-vous à minuit» (1940) – il y campe le Grand Boldini, troquant ses traditionnelles besicles contre un lorgnon lorgnant sur ZaSu Pitts… Avec «La septième croix» (1944) adapté d’Anna Seghers, il offre une participation marquante à la dénonciation du nazisme.

Curieusement, Felix Bressart avait entrepris pendant la première guerre mondiale un cursus médical qui le mènera au doctorat : à Hollywood, il prit le pli de donner régulièrement des conseils thérapeutiques avisés à ses collègues de travail ! Ce qui explique, sans doute, que, dès «Les oubliés» (1941), on le distribua volontiers dans les rôles de médecin ou de savant farfelu, coupé de la réalité : il fut ainsi le professeur Ginza dans «Sans amour» (1945), le professeur Morris Avrum de «Le faux pas» (1949) et surtout le professeur Gerkikoff de «Si bémol et fa dièse» (1948) de Howard Hawks. Il venait d’entamer le tournage de «Ma bonne amie Irma» (1949) où il jouait le professeur Kropotkin, lorsqu’il mourut prématurément de la leucémie. Hans ConriedHans Conried reprendra son rôle mais, dans quelques plans d’ensemble, c’est bien la silhouette malingre de Felix Bressart que l'on aperçoit, nous laissant le regret que des producteurs trop frileux n'aient eu l'audace de lui proposer les rôles de premier plan qu'il méritait.

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1930
DER SOHN DER WEISSEN BERGE/DAS GEHEIMNIS VON ZERMATT/LES CHEVALIERS DE LA MONTAGNE [Version allemande]
2
1930
DIE DREI VON DER TANKSTELLE / LE CHEMIN DU PARADIS [Version allemande]
3
1930
EINE FREUDIN SO GOLDIG WIE DU (Anny chauffeur), de Carl LAMAC
 
4
1931
DIE PRIVATSEKRETÄRIN / DACTYLO [Version allemande]
5
1931
DER SCHRECKEN DER GARNISON, de Carl BOESE
 
6
1931
NIE WIEDER LIEBE / CALAIS-DOUVRES [Version allemande]
7
1931
KAMERADSCHAFT (La tragédie de la mine)
8
1931
DER HERR BÜROVORSTEHER, de Hans BEHRENDT
 
9
1939
THREE SMART GIRLS GROW UP
10
1939
BRIDAL SUITE
11
1939
NINOTCHKA
12
1939
SWANEE RIVER, de Sidney LANFIELD
 
13
1939
THE SHOP AROUND THE CORNER (Rendez-vous)
14
1940
IT ALL CAME TRUE (Rendez-vous à minuit)
15
1940
EDISON, THE MAN (la vie de Thomas Edison)
16
1940
THIRD FINGER, LEFT HAND (Le mari imaginaire)
17
1940
ESCAPE, de Mervyn LeROY
 
18
1940
BITTER SWEET (Chante mon amour)
19
1940
COMRADE X
20
1941
ZIEGFELD GIRL (La danseuse des Folies Ziegfeld)
21
1941
BLOSSOMS IN THE DUST (Les oubliés)
22
1941
MARRIED BACHELOR, d'Edward BUZZELL
 
23
1941
KATHLEEN
24
1942
TO BE OR NOT TO BE (Jeux dangereux)
25
1942
CROSSROADS
26
1943
ABOVE SUSPICION (Un espion a disparu)
27
1944
BLONDE FEVER
28
1945
WITHOUT LOVE (Sans amour)
29
1946
DING DONG WILLIAMS, de William BERKE
 
30
1946
I'VE ALWAYS LOVED YOU (Je vous ai toujours aimé), de Frank BORZAGE
 
31
1948
A SONG IS BORN (Si bémol et fa dièse)
32
1948
PORTRAIT OF JENNIE (Le portrait de Jennie)
33
1949
TAKE ONE FALSE STEP (Le faux pas)
Éd. 9.1.4 : 2-10-2019