La bibliothèque de L'Encinématheque

Jack CARSON (1910 / 1963)

Jack Carson

Acteur canadien, né John Elmer Carson, le 27 octobre 1910, à Carman (Manitoba, Canada). Décédé le 2 janvier 1963, à Encino (Californie, Alan Napier).

Installé dès l’enfance à Milwaukee dans le Wisconsin, Jack Carson débuta sur scène dans le rôle d’Hercule que, malgré son allure imposante, les producteurs de cinéma n’eurent jamais l’idée de lui proposer : il est vrai que son air bonasse invitait davantage à la comédie, d’autant qu’avec son ami Dave WillockDave Willock il se fait connaître sur les planches dans un duo chantant et dansant très apprécié. Les deux compères décident de tenter leur chance à Hollywood, avec plus de succès pour Jack qui, devenu vedette de la radio puis du petit écran dans les années 50, n’oubliera pas son alter ego et reformera avec succès le tandem Carson and Willock.

Engagé par la RKO en 1937, il faut voir comme Jack Carson se décarcasse : sur la centaine de titres que compte sa filmographie, il en tourne la moitié en quatre ans ! Il débute chez Fritz Lang mais on ne le voit que trente secondes en pompiste dans «J’ai le droit de vivre» (1937) ; de même, il n’a droit qu’à une réplique chez Hawks dans «L’impossible Monsieur Bébé» (1938). Plus chanceux chez Capra, il joue un journaliste, ami de Jean Arthur, dans «Monsieur Smith au Sénat» (1939). Côté partenaires, on note une nette prédilection (on le comprend !) pour Ginger Rogers qu’il croise dans d’excellentes comédies comme «Pension d’artistes» (1937), «Mariage incognito» (1938) ou «Double chance» (1940), jouant à ses côtés le galant balourd ou le marin en bordée ; assistant de Fred Astaire devenu psy dans «Amanda» (1938), il l’aide même à conquérir la belle mais il aura sa revanche dans «The Groom Wore Spurs» (1951) où, cowboy brut de décoffrage, il finit pourtant par l’épouser.

Malgré une participation marquante à «Femme ou démon» (1939), le western comique de Marlene Dietrich, Jack Carson ronge son frein à la RKO et change de studio après «Joies matrimoniales» (1941) où Hitchcock en fait le complice des virées en célibataire de Robert Montgomery. Dès ses débuts à la Warner, il flirte avec Myrna Loy dans «Folie douce» (1941) ou Jane Wyman dans «Larceny Inc.» (1942) mais rencontre surtout Raoul Walsh qui, dans «The Strawberry Blonde» (1941) et «Gentleman Jim» (1942), lui fait jouer le meilleur pote de James Cagney ou d’Errol Flynn. Capra rendra irrésistible son air ahuri de flic totalement dépassé dans «Arsenic et vieilles dentelles» (1944). Cette période faste se conclut en beauté avec «Le roman de Mildred Pierce» (1945) de Michael Curtiz : Wally Fay, l’associé de Joan Crawford, est un personnage plus complexe que les sempiternels nigauds qu’il affectionnait jusque là. Alors que le studio veut l’imposer en premier rôle comique dans la lignée de Bob HopeBob Hope, la critique n’est pas tendre à son égard, lui reprochant son penchant pour les comédies vraiment légères qui l’associent à Dennis Morgan ou en font le chevalier servant de sa tendre amie Doris Day. De fait, même un fan de Michael Curtiz ne peut s’enthousiasmer pour «Romance à Rio» (1948) ou «Il y a de l’amour dans l’air» (1949)… Jack Carson ne semble pas attacher grande importance aux scénarios qu’il accepte, se disant sans doute qu’il n’est pas donné à tout le monde de pouvoir incarner «Le marchand de bonne humeur» (1950) !

Très actif sur le petit écran dans les années cinquante, il ne tournera plus qu’une douzaine de films, choisis avec davantage de discernement : partenaire de Gary CooperGary Cooper et Lauren Bacall dans «Le roi du tabac» (1950) ou de Judy Holiday dans «Phffft !» (1954), il a la chance de rencontrer George Cukor qui propose une version cynique de son personnage habituel grâce au rôle de Matt Libby, l’attaché de presse sans état d’âme de James Mason et Judy Garland dans «Une étoile est née» (1954). Mécanicien du pilote Robert Stack dans «La ronde de l’aube» (1957), une belle adaptation de Faulkner par Douglas Sirk, il participe à la trépidante comédie de Leo McCarey, «La brune brûlante» (1958), et retrouve la même année Paul NewmanPaul Newman dans «La chatte sur un toit brûlant» (1958) où il se montre excellent en “beauf” cupide affligé d’une épouse idiote et d’une insupportable progéniture. Ce sera son dernier coup d’éclat avant sa mort prématurée, à 52 ans, d’un cancer de l’estomac.

Les photos publicitaires de «The Doughgirls» (1944) où Ann SheridanAnn Sheridan, Alexis SmithAlexis Smith, Eve ArdenEve Arden et Jane Wyman l’entourent chaleureusement semblent présenter Jack Carson comme un homme à femmes; dans la vraie vie, il se maria à quatre reprises : avec Elizabeth Lindy (1938/1939), Kay St. Germain (1941/1950), Lola Albright (1952/1958) – sa partenaire dans «The Good Humor Man» – et Sandra Jolley (1961/1963).

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1937
YOU ONLY LIVE ONCE (J'ai le droit de vivre) [Non crédité]
2
1937
STAGE DOOR (Pension d'artistes)
3
1937
STAND-IN
4
1937
BRINGING UP BABY (L'impossible monsieur Bébé)
5
1938
THIS MARRIAGE BUSINESS, de Christy CABANNE
 
6
1938
VIVACIOUS LADY (Mariage incognito)
7
1938
CAREFREE (Amanda)
8
1939
5th AVENUE GIRL (La fille de la 5ème avenue) [Non crédité]
9
1939
MISTER SMITH GOES TO WASHINGTON (Mr.Smith au sénat)
10
1939
DESTRY RIDES AGAIN (Femme ou démon)
11
1939
THE HONEYMOON's OVER, d'Eugene FORDE
 
12
1940
SHOOTING HIGH, d'Alfred E.GREEN
 
13
1940
LUCKY PARTNERS (Double chance)
14
1941
MR.AND MRS.SMITH (Joies matrimoniales)
15
1941
STRAWBERRY BLONDE
16
1941
LOVE CRAZY (Folie douce)
17
1941
THE BRIDE CAME C.O.D.
18
1942
THE MALE ANIMAL
19
1942
LARCENY, INC
20
1942
WINGS FOR THE EAGLE, de Lloyd BACON
 
21
1942
GENTLEMAN JIM
22
1942
THE HARD WAY (La manière forte)
23
1943
PRINCESS O'ROURKE (La petite exilée)
24
1944
SHINE ON HARVEST MOON (L'amour est une mélodie)
25
1944
THE SHINING FUTURE, de LeRoy PRINZ (Court métrage)
 
26
1944
MAKE YOUR OWN BED
27
1944
THE DOUGHGIRLS
28
1944
ARSENIC AND OLD LACE (Arsenic et vieilles dentelles)
29
1944
HOLLYWOOD CANTEEN
30
1944
ROUGHLY SPEAKING
31
1945
MILDRED PIERCE (Le roman de Mildred Pierce)
32
1946
TWO GUYS FROM MILWAUKEE
33
1946
THE TIME, THE PLACE AND THE GIRL (La fille et le garçon)
34
1947
LOVE AND LEARN, de Frederick de CORDOVA
 
35
1948
APRIL SHOWERS
36
1948
ROMANCE ON THE HIGH SEAS (Romance à Rio)
37
1948
TWO GUYS FROM TEXAS
38
1949
JOHN LOVES MARY (Le sénateur marie sa fille)
39
1949
MY DREAM IS YOURS (Il y a de l'amour dans l'air)
40
1949
IT's A GREAT FEELING (Les travailleurs du chapeau)
41
1950
THE GOOD HUMOR MAN (Le marchand de bonne humeur), de Lloyd BACON
 
42
1950
BRIGHT LEAF (Le roi du tabac)
43
1950
MISTER UNIVERSE, de Joseph LERNER
 
44
1951
THE GROOM WORE SPURS, de Richard WHORF
 
45
1953
DANGEROUS WHEN WET (Traversons la Manche)
46
1953
RED GARTERS (Les jarretières rouges), de George MARSHALL
 
47
1954
A STAR IS BORN (Une étoile est née)
48
1954
PHFFFT!
49
1955
THE BOTTOM OF THE BOTTLE (Le fond de la bouteille)
50
1956
MAGNIFICENT ROUGHNECKS, de Sherman A.ROSE
 
51
1957
THE TARNISHED ANGELS (La ronde de l'aube)
52
1958
CAT ON A HOT TIN ROOF (La chatte sur un toit brûlant)
53
1958
RALLY ROUND THE FLAG, BOYS! (La brune brûlante)
54
1960
THE BRAMBLE BUSH (Le buisson ardent)
Éd. 9.1.4 : 3-10-2019