La bibliothèque de L'Encinématheque

Eric BLORE (1887 / 1959)

Eric Blore

Acteur anglais, né le 23 décembre 1887, à Londres. Décédé le 2 mars 1959, à Hollywood.

Est-ce sa profession d’agent d’assurances qui a donné à Eric Blore l’onction nécessaire à toutes les figures de laquais stylés et obséquieux qu’il animera à l’écran ? Après deux années consacrées à cette honorable profession, il se lance dans le vaudeville sur les planches londoniennes puis s'engage dans une tournée australienne interrompue par la guerre. Le voici réquisitionné pour animer le Théâtre aux Armées. Démobilisé, il oublie définitivement les polices d’assurances au profit du théâtre. Installé aux Etats-Unis dès 1923, il se fait connaître à Broadway dans de nombreuses pièces et revues menées par Claudette ColbertClaudette Colbert, Jeanette MacdonaldJeanette Macdonald ou Jack BuchananJack Buchanan. La création de «The Gay Divorcee» auprès de Fred Astaire sera déterminante : le succès de la pièce amène, le parlant venu, son adaptation au cinéma et, pour Eric Blore, une carrière de 80 films dont la moitié au moins sera faite de rôles de majordomes un rien précieux, toujours à cheval sur l’étiquette, comme le prouve son affrontement cocasse avec son patron (et fidèle complice de jeu) Edward Everett HortonEdward Everett Horton dans «Top Hat» (1935).

Dès «Carioca» (1933) où il multiplie les courbettes, il devient le fétiche indispensable des succès du duo Astaire-Rogers. Suivront «La joyeuse divorcée» (1934), «Top Hat» (1935), «Sur les ailes de la danse» (1936) et «L’entreprenant Monsieur Petroff» (1937), où les tribulations amoureuses du couple font perdre son self-control à l’estimable Cecil Flintridge qu’il incarne. Pour clore «L’aventure inoubliable» (1943), Fred le rappelle encore une fois pour jouer le valet de Robert BenchleyRobert Benchley. De savoureux débats éthiques avec Franklin Pangborn ou E.E.Horton viennent pimenter ces virevoltantes comédies.

On le retrouve au service de Maurice ChevalierMaurice Chevalier dans «Folies-Bergere» (1935), de Frank MorganFrank Morgan dans «Vivre sa vie» (1935) ou de Robert Montgomery dans «Piccadilly Jim» (1936) : plus qu’un serviteur, il y est souvent le confident de son maître. Mais le métier ne manque pas d’aléas puisque dans «Breakfast for Two» (1937) il reçoit un coquard pour tout salaire et, lorsqu’il se met au service de Leslie Howard dans «L'aventure de minuit» (1937), il doit accepter de porter une moumoute peu seyante. Histoire de changer de look, on l’apercevra vêtu d’un gilet tyrolien dans «Les montagnards sont là» (1938) !

Valet transformé en détective amateur dans «Le chanteur du dessus», il prend la même année du service chez Philo Vance dans «The Casino Murder Case» (1935). Aussi, son apparition dans «The Lone Wolf Strikes» (1939) ne sera pas vraiment une surprise : le voilà reparti pour une série à succès où il campe Jamison, le majordome plein de ressources et de répartie de Warren William puis de Gerald Mohr. Lorsqu’il échappe aux Bayliss, Gordon et autres Potter, patronymes généralement dévolus à la domesticité made in England, il joue rien moins que Cedric Cosmo alias Capitaine Braceridge Hemingway dans «Hitting a New High» (1937). Pour la version américaine de «Michel Strogoff» (1936), il sera Henry Blount, parfait prototype du journaliste anglais selon Jules Verne. La même année, il campe un Ministre des Futilités (!) passablement éméché qui lutine Margaret Sullavan, «La bonne fée» (1935) de William Wyler, patine sur la piste de danse et embrasse les colonnes de marbre ! S’il campe un milliardaire croisant Bob Hope et Bing Crosby dans «En route pour Zanzibar» (1941), c’est en escroc qu’on le retrouve au générique d’une excellente comédie de Preston Sturges, «The Lady Eve/Un cœur pris au piège» (1941) : sous le nom de sir Alfred McGlennan Keith se cache Pearly, un aigrefin qui se fait mousser en racontant les histoires les plus invraisemblables pour épater les nouveaux riches du Connecticut. Lorsqu’il le réquisitionne à nouveau, Sturges l’emploie plus classiquement comme domestique de Joel McCrea pour «Les voyages de Sullivan» (1941) mais ne peut résister au plaisir de ruiner sa livrée en le faisant plonger tout habillé dans une piscine !

N’oublions pas sa participation modeste en libraire dans le «Shanghaï» (1941) de Josef von Sternberg. Les années 40 lui permettent encore de croiser Herbert Marshall, l’envoûté de «The Moon and Six Pence» (1942), ou Paulette Goddard, alis «Kitty» (1945). Médecin du bord, il soigne Doris Day prête à tout pour une «Romance à Rio» (1948), abandonnant pour une fois le rôle de larbin à son pote Franklin Pangborn. C’est sa voix suave que choisirent les studios Disney pour doubler le baron crapaud du dessin animé «The Adventures of Ichabod and Mr.Toad» (1949). Il seconde Groucho Marx dans «La pêche au trésor» (1949) ou Bob Hope dans «Fancy Pants/Propre à rien» (1950), avant de clore sa carrière en génie des mille et une nuits dans «Bowery to Bagdad» (1955).

Eric Blore fut l’époux de Violet Winter puis de la comédienne Clara Mackin, mère de son fils Eric Blore Jr (décédé en 2014). En mars 1959, il rendit son tablier de façon si discrète que The New Yorker annonça sa mort par anticipation. Lorsque le journal fit paraître une rétractation assortie d’un bel éloge, Eric Blore, toujours pointilleux sur les règles élémentaires de savoir-vivre, mourut le jour même d’une crise cardiaque !

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11933FLYING DOWN TO RIO (Carioca)
21934THE GAY DIVORCEE (la joyeuse divorcée)
31935TOP HAT (Le danseur du dessus)
41936THE EX-Mrs.BRADFORD , de Stephen ROBERTS 
51936PICCADILLY JIM , de Robert Z.LEONARD 
61937QUALITY STREET (Pour un baiser)
71937SHALL WE DANCE (L'entreprenant Mr.Petrov)
81937IT's LOVE, I'M AFTER (L'aventure de minuit)
91937BREAKFAST FOR TWO
101937HITTING A NEW HIGH (La femme en cage)
111937SWISS MISS (Les montagnards sont là)
121938A DESPERATE ADVENTURE , de John H.AUER 
131939ISLAND OF THE LOST MEN , de Kurt NEUMANN 
141939MUSIC IN MY HEART (Musique dans mon coeur) , de Joseph SANTLEY 
151939THE LONE WOLF STRIKES , de Sidney SALKOW 
161941THE LADY EVE (Un coeur pris au piège)
171941THE LONE WOLF TAKES A CHANCE , de Sidney SALKOW 
181941SECRETS OF THE LONE WOLF , de Edward DMYTRYK 
191941SULLIVAN's TRAVELS (Les voyages de Sullivan)
201941THE SHANGHAI GESTURE (Shanghaï)
211942THE MOON AND SIXPENCE (L'envoûté)
221943THE SKY's THE LIMIT (L'aventure inoubliable) [ Non crédité ]
231943PASSPORT TO SUEZ , de André De TOTH 
241946THE NOTORIOUS LONE WOLF , de D.Ross LEDERMAN 
251948ROMANCE ON THE HIGH SEAS (Romance à Rio)
261949LOVE HAPPY (La pêche au trésor)
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 8-9-2016