La bibliothèque de L'Encinématheque

Margaret SULLAVAN (1909 / 1960)

Margaret Sullavan

Actrice américaine, née Margaret Brooke Sullavan, le 16 mai 1909, à Norfolk (Virginie). Décédée le 1er janvier 1960, à New Haven (Connecticut).

Margaret Sullavan était la fille d'un riche courtier. "Petite et mignonne avec des cheveux couleur de miel, un beau corps, une voix de gorge et une manière de rire en rejetant la tête en arrière" : ainsi nous la dessina Henry FondaHenry Fonda. C'est au club théâtral des University Players de Boston qu'elle rencontra celui-ci, venu reprendre un rôle abandonné par un comédien ayant sans doute trouvé mieux ailleurs. Hors scène, ce fut plus sérieux puisqu' ils tombèrent amoureux l'un de l'autre, au grand désarroi des parents de Margaret qui l'enjoignirent de rentrer chez elle. Finalement, le théâtre semblant être la vocation de leur fille adorée, père et mère finirent par s'incliner et Margaret de se précipiter vers Broadway. Elle y fut acceptée comme doublure puis, la pugnacité aidant, acquit moult encouragements de la part des critiques. Sa carrière devait commencer. Le bonheur aussi, cette même année, au jour de Noël 1931, lorsque Margaret, radieuse, et Henry, ébloui, s'unirent par les liens sacrés du mariage. Enfin, façon de parler, puisque leur divorce devait être prononcé quatre mois plus tard !

Le nom de Margaret Sullavan apparait bientôt aux frontons des théâtres et, très vite, les studios hollywoodiens l'appellent pour lui ouvrir les premières portes du cinéma sonore. Son premier film la place déjà tout en haut du générique, pour«Une nuit seulement» (1933), le temps de concevoir un enfant dont elle retrouvera plus tard le père, en pleine difficultés financières. A nouveau enceinte pour«Little Man, What Now?/Et demain ?» (1934), elle forme avec Douglass Montgomery un couple germanique bien malheureux dans l'atmosphère balbutiante de la république de Weimar. Plus joyeux,«La bonne fée» (William Wyler, 1935) la promène dans une succession d'imbroglios inattendus. Retour au mélodrame avec«So Red the Rose» (1935) qui la plonge en pleine guerre de Sécession, en butte à de multiples déchirements familiaux.«Next Time We Love» (1935) marque la naissance du couple cinématographique récurrent qu'elle formera avec James Stewart.

Au printemps 1936, le producteur Walter Wanger lui propose«The Moon's Our Home», une comédie filmée autour du lac Tahoe, avec Henry Fonda comme partenaire. Cette rencontre prudente faillit bien donner dans le romanesque car la belle envisageait déjà la séparation d'avec son second mari, le réalisateur William Wyler. Mais Margaret et Henry, se souvenant sans doute de la brièveté de leur première aventure,décidèrent d'en rester là. Ce fut donc avec Leland Hayward, puissant agent et producteur, que notre actrice consomma ses troisièmes noces.

En 1937, son amie Joan CrawfordJoan Crawford, empêchée, abandonne à Margaret le rôle qu'elle devait tenir dans«Trois camarades» de Frank Borzage. Meurtris par la guerre, les héros du titre se disputent l'héroïne qui devait terminer sa vie dans un sanatorium. Ce mélodrame valu à notre vedette une nomination à l'Oscar, hélas non concrétisée par le gain de la précieuse statuette. Son chagrin fut toutefois adouci par l'obtention du prix de la meilleure actrice décerné par le Cercle des Critiques de Films de New York. Surprenant enchaînement, nous la retrouvâmes en danseuse de revue, un«Ange impur» (1937) faisant les yeux doux à un James Stewart parfaitement naïf, comme à son habitude. L'ensorceleuse, ce n'est pas elle, mais son amie Joan Crawford, devenue sa rivale le temps d'une«Shining Hour» (Frank Borzage, 1938). Peu après, elle a de nouveau«Rendez-vous/The Shop Around the Corner» (1940), avec James Stewart, auteur anonyme de belles lettres porteuses de tous ces mots que l'on n'ose pas toujours prononcer sous les yeux d'une belle dame.

La guerre ravage l'Europe et nul n'ignore dans La Mecque du cinéma que les Etats-Unis ne pourront rester éternellement étrangers au conflit. Hollywood affûte ses thèmes de propagande, comme«La tempête qui tue» (Frank Borzage, 1940), sous laquelle Margaret n'hésite pas à se mouiller en fille d'un professeur juif opposé au régime hitlérien. Dans le même registre,«Ainsi finit notre nuit» (1941) constate-t-elle avec son mari, fuyant le régime nazi.«Back Street» et«Rendez-vous d'amour» (1941) lui donnent pour époux notre compatriote Charles Boyer dans deux histoires sentimentales plutôt banales. Plus intéressant,«Cry 'Havoc'» (1943) en fait une courageuse infirmière en chef dans un hôpital de Bataan encerclé par les troupes japonaises. Si, pour son dernier film,«La flamme qui s'éteint/No Sad Songs For Me» (1950) est celle de son personnage qui, atteint d'une maladie incurable, cède généreusement la place à la jeune assistante de son mari, elle devait tout autant être celle de l'actrice : Margaret, qui mourait dans son premier film, mourut également dans son dernier. Les mots "The End" furent définitifs, tout comme sa quatrième union avec Kenneth Wagg, un banquier britannique. L'actrice s'engagea encore dans quelques tournées théâtrales qu'elle appréciait davantage, comme de «Janus» (1955/56) de Carolyn Green, avec Claude DauphinClaude Dauphin.

Lors du jour de l'an 1960, la consternation fut grande d'apprendre que Margaret Sullavan, star de la scène et de l'écran, fut retrouvée morte dans une chambre d'hôtel. On parla d'un suicide par overdose de barbituriques, consécutif à une dépression due à une déficience auditive. Certains de ses amis firent d'autres commentaires au sujet de tournées qui l'auraient déçue… Mélodrame, quand tu nous tiens : Bridget, sa seconde fille, âgée de 21 ans, succomba neuf mois plus tard à une overdose, William, son fils, se suicida le 9 mars 2008 d'une balle en plein cœur. Quant à Brooke, l'aînée, actrice-auteur de «Haywire», elle relate dans ses mémoires d'enfance les problèmes familiaux qu'elle traversa, ponctués par les dépressions successives de sa mère et de sa sœur. «What Do You Think About It ?».

Yvan Foucart

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie

Interprétations
LgAnTitre  
11933ONLY YESTERDAY (Une nuit seulement)
21934LITTLE MAN, WHAT NOW? (Et demain?)
31935THE GOOD FAIRY (La bonne fée)
41935SO RED THE ROSE
51935NEXT TIME WE LOVE
61936THE MOON's OUR HOME
71938THREE COMRADES (Trois camarades)
81938THE SHOPWORN ANGEL (L'ange impur)
91938THE SHINING HOUR (L'ensorceleuse)
101939THE SHOP AROUND THE CORNER (Rendez-vous)
111940THE MORTAL STORM
121940SO ENDS OUR NIGHT (Ainsi finit notre nuit)
131941BACK STREET
141941APPOINTMENT FOR LOVE (Rendez-vous avec l'amour)
151943CRY 'HAVOC'
161950NO SAD SONGS FOR ME (La flamme qui s'éteint)
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 9-9-2016