La bibliothèque de L'Encinématheque

Philippe MAREUIL (1926 / 2016)

Philippe Mareuil

Acteur français, né Philippe Jean Eigens-Chenck, le 19 octobre 1926, à Dreux (Eure et Loire, France).

Philippe Mareuil fut un jeune premier des années joyeuses de l'après-guerre. Ses parents n'étaient pas du tout dans le métier puisque son père était directeur de la Banque de France à Perpignan. "J'ai pris mes responsabilité très jeune, à 17 ans et je joue sous un pseudonyme", confiait-il en 1956, l'année de ses trente ans.

Il effectue ses premières prestations de comédien au sein de la Compagnie Grenier-Hussenot, pour laquelle il réalise également les affiches des specatcles. Car notre homme est un artiste complet doté de dispositions d'esthète : dessin, peinture, tapisserie – il sait recouvrir des fauteuils de style – art floral, tout ce qui est création artistique l'attire. La troupe Grenier-Hussenot est un bon tremplin et, dès 1949, il décroche un rôle dans la reprise scénique du roman de Jean-Paul Sartre, «Les mains sales». Un peu plus tard, il se produit dans «La cuisine des anges», suivi de «Dix minutes d'alibi». Elégant, la voix posée, il peut dès lors envisager une solide carrière, d'autant qu'il a l'opportunité d'aborder le monde du cinéma.

C'est dans un rôle costumé qu'on le repère pour la première fois sur la grande toil; il campe Patrice d'Astremont, jeune aristocrate spolié de ses droits et défendu par «Mandrin» (René Jayet, 1947), le fameux bandit gentilhomme incarné par José Noguéro.

Avec l'attachant «Rendez-vous de Juillet» (Jacques Becker, 1949), il obtient son premier grand rôle, celui d'un producteur de théâtre sans scrupule, frère de Nicole Courcel, qui ne tarde pas à tomber amoureux de Brigitte Auber, elle-même éprise de Maurice Ronet. Ce style d'emploi va, avec dommage peut-être, devenir son image de marque et nous le retrouverons souvent en fils à papa riche et oisif, en snobinard, en personnage égoïste et veule. Ainsi en est-il dans «Un grand patron» (Yves Ciampi, 1951) où, lié à Nadine Alari, il manque de tuer accidentellement Maurice Ronet, à nouveau son partenaire. Séducteur mondain et gigolo dans «Femmes de Paris» (Jean Boyer, 1953), il a le malheur d'apparaître en détestable client du restaurant où vitupère régulièrement «Archimède le clochard», face au bistrotier Albert Dinan, saôulé par tant de verve. Dans «Judex», le voici, aristocrate fauché, qui rompt ses fiançailles avec la charmante Edith Scob dès qu'il apprend qu'elle renonce à sa fortune. Lorsque «Le fauve est lâché» (1958), il se présente encore comme l'amant intéressé, imprudent et lâche d'Estella Blain, mais ne fait pas pour autant le fier face à Lino Ventura.

Fort heureusement, il aura interprété un décorateur sympathique et amoureux d'une toute jeune Brigitte Bardot dans «Le portrait de son père» (André Berthomieu, 1953). S'il ne fait qu'une courte apparition dans «La bête à l'affut» (Pierre Chenal, 1959), il put néanmoins profiter quelques instants de la grâce et de la fraicheur de la charmante Françoise Arnoul. Policier discret dans «Les chiens» (Alain Jessua, 1978), il est vite dépassé par les événements davantage maîtrisés par Gérard Depardieu et Victor Lanoux

En marge de ses rôles peu sympathiques et trop furtifs, il deviendra “pour de vrai” un ami de son ex-partenaire Pierre Trabaud, et partagera ses activités de voxophiles dans la deuxième partie de sa carrière pour prêter sa voix à de grands acteurs, tels Jeremy Irons, Robert Wagner ou encore Anthony Perkins.

Philippe Mareuil fait une carrière honorable à la TV en participant à des fictions de qualité comme certains opus de «La caméra explore le temps» et «Les 5 dernières minutes», ou encore à quelques séries tout aussi populaires comme «L'amour en héritage», «L'homme du Picardie», «Signé Arsène Lupin», etc.

Toujours apprécié dans le cercle des voxophiles, Philippe Mareuil, retiré des affaires artistiques, vécut une paisible retraite dans la région parisienne avant que la mort ne vienne le surprendre, le 8 janvier 2016.

Donatienne

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11947MANDRIN
21949RENDEZ-VOUS DE JUILLET
31951UN GRAND PATRON
41951LE PLUS JOLI PECHE DU MONDE
51953LE PORTRAIT DE SON PERE
61953FEMMES DE PARIS
71954LA TOUR DE NESLE
81955LA MADONE DES SLEEPINGS
91958LE FAUVE EST LACHÉ
101958ARCHIMEDE LE CLOCHARD
111959LA BÊTE A L'AFFÛT
121963JUDEX
131978LES CHIENS
141983RONDE DE NUIT
151984JOYEUSES PÂQUES
162001LES ROIS MAGES
172006LES ARISTOS
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 29-9-2016