La bibliothèque de L'Encinématheque

Jean TEMERSON (1898 / 1956)

Jean Temerson

Acteur français, né Lucien Jean Temersohn, le 12 juin 1898, à Paris. Décédé le 9 août 1956, à Paris.

Avec ses yeux globuleux, son visage poupin et ses kilos surnuméraires, Jean Temerson se fit connaître du public des années 30 et 40 comme le lymphatique de service, le “bon gros” qui pouvait toutefois s'avérer plus inquiétant, voire totalement antipathique, comme le fameux vautour né de la plume de Ben Jonson, le notaire vénitien Voltore qui flatte Harry Baur alias «Volpone» (1940) en lorgnant sur son héritage sans se douter qu'il sera la dupe de Louis Jouvet, le perfide Mosca

On ne sait s'il exerça la profession de valet de chambre mais ses débuts tardifs, en 1936, se font sous le signe de la domesticité satisfaite de son sort, tant au théâtre – où Jacques Baumer le met en scène dans «La vie est si courte» – qu'au cinéma, dans «L'amant de Madame Vidal» (1936). On apprécie son élocution un rien pâteuse et son phrasé emphatique, qu'il se prénomme Jean, Hector ou Ernest. Il rempilera fréquemment dans cet emploi, par exemple pour «Education de Prince» (1938) où il fait davantage preuve de suffisance que d'énergie : il faut dire qu'il vient de jouer Stanislas, le roi de Pologne, dans «Le joueur d'échecs» (1938) ! La modestie ne semble pas non plus la qualité première du pompeux pianiste Tartinovitch dans «Les cinq sous de Lavarède» (1938), l'un des sept films où il fut le comparse de Fernandel. L'association née avec «Barnabé» (1938) et «Raphaël le Tatoué» (1939) se poursuit tant bien que mal, au gré de productions faciles comme «Berlingot et Cie» (1939) ou «Monsieur Hector» (1940) : Temerson y parvient pourtant à nous surprendre lorsqu'il se présente comme le baron Grondin, Président du Comité Sportif ! Très vite, nous constatons que ses efforts en ce domaine consistent essentiellement à lever le coude lors de cocktails mondains. Indépendamment du plaisir de jouer un personnage nommé Stanislas Pugilaskoff, il aurait certes pu se dispenser du piteux «Cœur de coq» (1947) où, à la réalisation, il va sans dire que Maurice Cloche ! Heureusement, «L'armoire volante» (1948) sauve la mise : même s'il n'y fait qu'une apparition, le film de Carlo Rim rehausse une filmographie un rien décevante : "Quand tu serres les fesses, ça se voit sur ta figure !" balance son comparse Yves Deniaud à ce gangster du genre trouillard.

Malgré tout, Jean Temerson croisa la route de bons cinéastes comme Julien Duvivier, Pierre Chenal ou Jean Dréville. C'est ainsi qu'il accompagne Mireille Balin dans la Casbah d'Alger, tout excité à l'idée de croiser «Pépé le Moko» (1937). Dans «L'alibi» (1937), il endosse le costume de Jojo, truand de pacotille, qui forme un couple amusant avec la squelettique et néanmoins sarcastique Margo Lion. «Le président Haudecoeur» (1939) lui permet de retrouver Harry Baur mais, surtout, Robert Siodmak le dirige dans l'excellent «Pièges» (1939) : policier peu discret, il y assure la protection de Marie Déa pour qui il a visiblement un faible (malheureusement c'est Maurice Chevalier qui rafle la mise !). Après-guerre, il fera quelques apparitions chez Clouzot : il sera portier dans «Manon» (1948), comédien ridicule dans «Miquette et sa mère» (1949) puis garçon d'étage ventripotent dans son dernier film, «Les diaboliques» (1954).

Exceptionnellement, son nom paraît au-dessus du titre pour «Une femme coupée en morceaux» (1945) mais l'embellie est de courte durée : il retrouve le bas de l'affiche pour son rôle de domestique dans un sympathique polar, «L'ennemi sans visage» (1946), et même lorsqu'il dirige le Consortium du Marché Noir (!) dans «Fantomas contre Fantomas» (1949). «Sans tambour ni trompette» (1949), ses rôles s'amenuisent contrairement à son tour de taille… Le théâtre lui apporte quelques consolations grâce au succès d'«Une mort sans importance» (1947) d'Yvan Noé, aussitôt porté à l'écran, ou «Bobosse» (1950) d'André Roussin. Quand il retrouve Siodmak pour «Le grand jeu» (1953) ou Dréville pour «La reine Margot» (1954), ce n'est que pour un clin d'œil amical. Il franchit «Le cap de l'espérance» (1951) en piteux état : médecin alcoolique, rayé de l'Ordre, il s'avance, mal rasé et bégayant, et l'on ne s'étonne pas si Paolo Stoppa, le truand qu'il doit soigner, passe de vie à trépas. Dans «Le comte de Monte Cristo» version 1953, il correspond parfaitement à l'idée que l'on se fait de Louis XVIII, même s'il ne souffre pas de la goutte comme son royal modèle.

Décédé à 58 ans des suites d'une opération, Jean Temerson mérite aussi que l'on se souvienne de lui pour l'affront qui lui fut imposé par le sinistre gouvernement de Vichy : de confession juive, le comédien fut déchu de la nationalité française et interdit de travail pendant l'Occupation : ainsi, son nom fut retiré du générique de «Volpone», sorti le 10 mai 1941.
Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11937PEPE LE MOKO
21937L'ALIBI
31937RAMUNTCHO
41938BARNABE
51938ALERTE EN MEDITERRANEE
61938LA PISTE DU SUD
71939PIEGES
81939LE PRESIDENT HAUDECOEUR
91940MONSIEUR HECTOR
101940VOLPONE
111945LES MALHEURS DE SOPHIE
121945UNE FEMME COUPEE EN MORCEAUX , Sorti en 1946
131946L'ENNEMI SANS VISAGE
141947COEUR DE COQ
151947CARGAISON CLANDESTINE
161947UNE MORT SANS IMPORTANCE
171948L'ARMOIRE VOLANTE
181949MIQUETTE ET SA MERE
191951LE CAP DE L'ESPERANCE
201953LE COMTE DE MONTE CRISTO [ "La trahison" ]
211954LES DIABOLIQUES
L'Encinémathèque
Ed.7.2.1 : 30-9-2016