La bibliothèque de L'Encinématheque

Edward ARNOLD (1890 / 1956)

Edward Arnold

Acteur américain, né Günther Edward Arnold Schneider, le 18 février 1890, à New York. Décédé le 26 avril 1956, à Encino (Californie).

Comédien corpulent à la voix grave, Edward Arnold hérita de rôles comparables à ceux de notre Harry Baur, avec un goût prononcé pour les belles crapules. Pourtant, c’est en jeune amoureux shakespearien qu’il paraît sur scène à dix-sept ans, dans «Le marchand de Venise» et «Le songe d’une nuit d’été» ; peut-être nostalgique de sa sveltesse juvénile, c’est son premier rôle qui inspirera en 1940 le titre de son autobiographie : «Lorenzo Goes to Hollywood». Engagé par la Compagnie Essanay, il tourne entre 1916 et 1919 une trentaine de courts métrages mais, à l’exception d’une participation discrète à «Larmes de clown» (1924) de Sjöström et à «L’aurore» (1927) de Murnau, sa contribution au cinéma muet s’arrêtera là. Sa préférence va alors au théâtre, où il acquiert le solide métier dont il fera la démonstration à l’écran dès son premier film parlant, «Okay America !» (1932).

À quarante ans bien sonnés, il a le coffre nécessaire pour incarner Big Bill Barton, le directeur de cirque qui ose tenir tête à Mae West dans «Je ne suis pas un ange» (1933). Empereur romain de la décadence dans «Roman Scandals» (1933), il joue un Louis XIII un peu trop gras dans «Cardinal Richelieu» (1935) et, plus tard, le Grand Vizir de «Kismet» (1944) face à Marlene Dietrich. Il faut dire qu’il seconde volontiers de belles vedettes comme Joan Crawford dans «Sadie McKee» (1934) ou Frances Farmer dans «Come and Get It/Le vandale» (1936). Banquier odieux qui aboie plus qu’il ne parle, il retrouve le sourire et découvre «La vie facile» (1937) grâce au charme de Jean Arthur. Face à Peter Lorre en Raskolnikov, il devient pour Joseph von Sternberg l’Inspecteur Porphiry, nouvelle version du Juge Porphyre de «Crime et Châtiment» (1935), mais c’est en homme d’affaires entreprenant, prêt éventuellement à quelques entorses à la légalité, qu’il connaîtra le succès dans «Diamond Jim» (1935) ou «Sutter’s Gold» (1936). «The Toast of New York/L’or et la femme» (1937), dont il est également la vedette, n’aura pas la même audience malgré la présence à ses côtés d’un joyeux duo composé de Cary Grant et Jack Oakie.

Frank Capra dans «Vous ne l’emporterez pas avec vous» (1938) voit dans sa silhouette massive l’incarnation du capitalisme sans âme ; mais le doux rêveur campé par Lionel Barrymore saura le ramener à plus d’humanité : la fin du film le montre qui joue de l’harmonica avec le grand-père Sycamore et pratique la lutte gréco-romaine avec ce grand escogriffe de Mischa Auer ! Dans «Monsieur Smith au Sénat» (1939) et surtout «Meet John Doe/L’homme de la rue» (1941), le personnage ne s’amende pas : D.B. Norton est un fasciste en puissance qui veut utiliser le naïf John Willoughby (Gary Cooper) pour accéder au pouvoir. Fort heureusement, William Dieterle veille, qui obtient sa rédemption dans «The Devil and Daniel Webster/Tous les biens de la terre» (1941) : face au Malin campé par Walter Huston, Arnold emporte le morceau par sa rhétorique imparable, sauvant du même coup le pauvre James Craig des flammes de l’enfer.

Sur la centaine de films tournés en vingt-cinq ans par ce stakhanoviste de la pellicule, il est difficile de tout citer mais on ne peut oublier sa participation aux célèbres «Ziegfeld Follies» (1945) ou à quelques polars de qualité comme «Johnny Apollo» (1940), «The Earl of Chicago» (1940) ou «Johnny, roi des gangsters» (1941). Incarnation d'un fameux détective dans «Meet Nero Wolfe» (1936), il récidive pour deux séries B où il campe Duncan Maclain, enquêteur aveugle adepte du jiu-jitsu, guidé par son extraordinaire chien Friday, dans «Les yeux dans les ténèbres» (1942) et «The Hidden Eye» (1945). Fred Zinnemann, réalisateur du premier opus, ne fut pas tendre dans ses mémoires lorsqu’il notait que, contrairement au chien qui "… était bon dès la première prise", le détective "… était incapable de se rappeler son texte". La remarque est cruelle pour Edward Arnold qui n’aura guère démérité au cours de sa belle carrière. Tenté un temps par les sirènes de la politique, le comédien se serait bien vu sénateur mais un échec électoral lui fit reprendre sagement le chemin des studios. En guise de consolation, il tint les plus hautes fonctions à l'écran dans «John Loves Mary/Le sénateur marie sa fille» (1949) et dans «La fille de l’ambassadeur» (1956) avant, cerise sur le gâteau, de devenir l’incarnation de tous les présidents américains pour une émission radiophonique si populaire, entre 1949 et 1953, que les passants l’interpellaient fréquemment en lui donnant du "Mister President !".

Edward Arnold se maria à trois reprises : avec Harriet Marshall qui lui donna trois enfants, puis Olive Emerson et Cleo Arnold. Son fils William se fit connaître brièvement au cinéma sous le nom d’Edward Arnold Jr (1920-1996).

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1932
THREE ON A MATCH (Une allumette pour trois)
2
1932
WHISTLING IN THE DARK, d'Elliott NUGENT
 
3
1933
JENNIE GERHARDT, de Marion GERING
 
4
1933
I'M NO ANGEL (Je ne suis pas un ange)
5
1934
SADIE McKEE
6
1934
THIRTY-DAY PRINCESS (Princesse par intérim)
7
1934
HIDE-OUT, de Woody S.Van DYKE
 
8
1934
THE PRESIDENT VANISHES
9
1935
CARDINAL RICHELIEU
10
1935
THE GLASS KEY (La clé de verre)
11
1935
DIAMOND JIM, d'A.Edward SUTHERLAND
 
12
1935
REMEMBER LAST NIGHT?, de James WHALE
 
13
1935
CRIME AND PUNISHMENT (Crime et châtiment)
14
1936
SUTTER's GOLD, de James CRUZE
 
15
1936
MEET NERO WOLFE
16
1936
COME AND GET IT (Le vandale)
17
1937
JOHN MEADE's WOMAN (Deux femmes)
18
1937
EASY LIVING (La vie facile)
19
1937
THE TOAST OF NEW YORK (L'or et la femme)
20
1937
BLOSSOMS ON BROADWAY, de Richard WALLACE
 
21
1938
YOU CAN'T TAKE IT WITH YOU (Vous ne l'emporterez pas avec vous)
22
1939
IDIOT's DELIGHT (La sarabande des pantins)
23
1939
LET FREEDOM RING, de Jack CONWAY
 
24
1939
MAN ABOUT TOWN (L'irrésistible Monsieur Bob), de Mark SANDRICH
 
25
1939
MISTER SMITH GOES TO WASHINGTON (Mr.Smith au sénat)
26
1939
SLIGHTLY HONORABLE (Le poignard mystérieux)
27
1940
THE EARL OF CHICAGO
28
1940
JOHNNY APOLLO
29
1940
LILLIAN RUSSELL
30
1941
MEET JOHN DOE (L'homme de la rue)
31
1941
THE PENALTY, de Harold S.BUCQUET
 
32
1941
THE LADY FROM CHEYENNE, de Frank LLOYD
 
33
1941
NOTHING BUT THE TRUTH
34
1941
ALL THAT MONEY CAN BUY / THE DEVIL AND DANIEL WEBSTER (Tous les biens de la Terre)
35
1941
UNHOLY PARTNERS (Associés sans honneur)
36
1941
JOHNNY EAGER (Johnny roi des gangsters)
37
1941
DESIGN FOR SCANDAL
38
1942
THE WAR AGAINST Mrs.HADLEY
39
1942
EYES IN THE NIGHT (les yeux dans les ténèbres)
40
1943
THE YOUNGEST PROFESSION
41
1944
JANIE
42
1944
KISMET
43
1944
MRS.PARKINGTON (Madame Parkington)
44
1944
MAIN STREET AFTER DARK
45
1945
THE HIDDEN EYE, de Richard WHORF
 
46
1945
WEEK-END AT THE WALDORF (Week-End au Waldorf)
47
1946
JANIE GETS MARRIED
48
1946
THREE WISE FOOLS
49
1946
NO LEAVE, NO LOVE (Pas de congé, pas d'amour), de Charles MARTIN
 
50
1946
THE MIGHTY McGURK (L'invincible McGurk)
51
1947
DEAR RUTH (Le fiancé de ma fiancée/Cupidon en permission)
52
1947
THE HUCKSTERS (Marchands d'illusions)
53
1948
THREE DARING DAUGHTERS (Cupidon mène la danse)
54
1948
WALLFLOWER
55
1948
COMMAND DECISION (Tragique décision)
56
1949
JOHN LOVES MARY (Le sénateur marie sa fille)
57
1949
TAKE ME OUT TO THE BALL GAME (Match d'amour)
58
1949
DEAR WIFE (Le démon du logis)
59
1950
THE YELLOW CAB MAN (Taxi, s'il vous plait), de Jack DONOHUE
 
60
1950
ANNIE GET YOUR GUN (Annie, reine du cirque)
61
1952
BELLES ON THEIR TOES (Six filles cherchent un mari)
62
1953
MAN OF CONFLICT, de Hal R.MAKELIM
 
63
1956
THE AMBASSADOR's DAUGHTER (La fille de l'ambassadeur)
64
1956
MIAMI EXPOSE (Meurtres à Miami), de Fred F.SEARS
 
Éd.8.1.3 : 8-2-2018