La bibliothèque de L'Encinématheque

Hans MOSER (1880 / 1964)

Hans Moser

Acteur autrichien, né Johann Julier, le 6 août 1880, à Margareten (quartier de Vienne, Autriche-Hongrie). Décédé le 10 juin 2014, à Vienne (Autriche).

Troisième enfant du sculpteur autrichien Franz Julier et de son épouse Serafina Pöschl, le jeune Johann poursuit des études commerciales dans sa bonne ville natale de Vienne, qui l'amèneront à exercer quelque temps la noble profession de comptable.

Attiré par le théâtre, il s'inscrit aux leçons d'art dramatique de l'Otto Theatre et suit les cours d'expression orale de l'acteur Josef Moser, dont il prendra le nom comme pseudonyme. En 1897, il décroche un premier engagement auprès du Stadttheater Reichenberg de Liberec (Bohême), avant de se retrouver choriste à Tchernivtsi (Ukraine). À l'issue d'un court service militaire (10-1902/12-1902), il rejoint le Josefstadt Theater de Vienne, alors sous la direction de Josef Arno.

Comprenant que sa petite taille et sa carrure de garçon-boucher ne lui permettront jamais d'enfiler les costumes destinés aux premiers rôles, il s'embarque dans des tournées de province, se produisant indifféremment sur des pistes de cirque ou des salles de cabaret dans une Autriche-Hongrie encore unifiée. En 1911, il épouse Bianca Hirschler, une jeune femme d'origine juive, qui lui donnera une fille, Margarete (1913).

Après avoir participé, durant les sombres heures de la Première Mondiale, aux batailles de l'Isonzo contre l'ennemi italien, il reprend, la paix revenue, ses compositions itinérantes et fait une première apparition à l'écran («Das Baby», 1918). En 1925, le voici repéré par Max Reinhardt qui lui ouvre les portes du “grand théâtre” en l'engageant au Josefstadt Theater de Vienne. De 1927 à 1928, il accompagne son mentor lors d'une une tournée aux États-Unis, se produisant notamment sur Broadway.

À cette époque, il commence à s'intéresser au septième art et finit par décrocher un premier rôle parlant d'importance dans «Geld auf der Straße» (1930). Rapidement remarqué par son élocution – il machouille régulièrement ses mots et ne termine pas toujours ses phrases – voici notre homme à l'aube d'une carrière de près de 150 films, qui se limitera toutefois aux pays d'expression germanique.

Essentiellement cantonné dans des personnages de petite ou de moyenne condition, Hans Moser nous apparâitra régulièrement dans des rôles de domestiques ou de serviteur («Antoine le magnifique» en 1939, «Sang viennois» en 1942, «Mariés pour rire» en 1956,…), d'employés d'hôtels («Einmal der Liebe Herrgott sein» en 1942, «Maske in blau» en 1943, «Hallo Dienstmann» en 1952,…) - c'est fou comme les cinéastes allemands semblent se complaire dans ce genre d'établissements - de cochers ou de chauffeurs de taxis («Hallo Taxi» en 1958), n'accèdant qu'a de rares occasions à des fonctions supérieures. Mais on put tout de même le voir en maître de ballet («Entrez dans la danse» en 1941) ou en maître («Ja, ja die Liebe in Tirol» en 195), voire directeur («Le bal de l'opéra» en 1956) d'hôtel – encore ! – , et même en bourgmestre paternaliste («Solange noch die Rosen blüh'n» en 1956), sans abandonner pour autant ses manières primaires.

Chef de file d'un petit groupe d'acteurs autrichiens tombés inévitablement dans le cinéma germanique (Annie Rosar, Oscar Sima, etc), il formera régulièrement des duos mémorables avec Paul Hörbiger («Nuits de Vienne» en 1939, «Histoires viennoises» en 1940, «Ainsi va l'amour» en 1954, «Ober zahlen» en 1957,…) ou Theo Lingen («Adieu, valse de Vienne» en 1938, «Es schlägt 13» en 1950, «Meine Tante, deine Tante» en 1956) et donnera à plusieurs reprises la réplique à Josef Meinrad («Die Welt dreht sich verkehrt» en 1946, «Kaisermanöver» en 1954, «Mam'zelle Cri-Cri» en 1955,…), mieux connu au-delà des frontières pour avoir joyeusement tourné autour des frous-frous de la célèbre «Sissi». Mais il ne refusera pas pour autant de jouer les faire-valoir auprès d'acteurs allemands, comme l'inévitable Heinz Rühmann («Man braucht kein geld» en 1931, «Der Mann, von dem man spricht» en 1937,…).

Durant la Seconde Guerre Mondiale, Hans Moser tiendra tête aux autorités d'occupation – d'invasion – de son pays en refusant de se séparer de son épouse israëlite qu'il mettra, ainsi que sa fille, hors d'atteinte des sbires de Seyss-Inquart et de Goebbels. Cette attitude lui vaudra un regain de notoriété et de légitimité lorsqu'il s'agira pour le cinéma allemand de se refaire une image de respectabilité. Ainsi donc, notre homme aura poursuivi son service au-delà des années cinquante, animant de sa joviale démarche quelques comédies hôtelières le plus souvent destinées à alimenter leurs pensionnaires.

En juin 1954, de retour sur scène à l'âge de 74 ans, Hans Moser obtient son premier rôle dramatique dans une reprise de la pièce de Schnitzler, «Liebelei», si souvent portée à l'écran et qui le sera encore en 1958 par notre compatriote Pierre Gaspard-Huit («Christine» avec Romy Schneider).

Hans Moser terminera sa carrière par quelques apparitions à la télévision («G'schichten aus dem Wienerwald» en 1961), au cinéma («Mariandls Heimkehr» en 1962) et sur les planches («Lilliom» en 1963) avant qu'un cancer du poumon ne vienne à bout de son insatiable joie de vivre.

En 2014, à l'occasion du cinquantième anniversaire de sa disparition, les postes autrichiennes honorèrent sa mémoire par l'émission d'un timbre à son effigie, signe de son éternelle popularité.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1930
GELD AUF DER STRASSE, de Georg JACOBY
 
2
1931
MAN BRAUCHT KEIN GELD
3
1935
DER HIMMEL AUF ERDEN
4
1937
DER MANN, VON DEM MAN SPRICHT
5
1937
DIE GLÜCKLICHSTE EHE DER WELT, d'E.W.EMO
 
6
1938
IMMER, WENN ICH GLÜCKLICH BIN..! (Adieu, valse de Vienne)
7
1938
KLEINES BEZIRKSGERICHT
8
1939
DAS EKEL
9
1939
ANTON DER LETZTE (Antoine le magnifique)
10
1939
OPERNBALL (Nuits de Vienne)
11
1940
MEINE TOCHTER LEBT IN WIEN
12
1940
WIENER G'SCHICHTEN (Histoires viennoises)
13
1940
DER HERR IM HAUS
14
1941
WIR BITTEN ZUM TANZ
15
1942
WIENER BLUT (Sang viennois)
16
1942
EINMAL DER LIEBE HERRGOTT SEIN
17
1943
MASKE IN BLAU
18
1943
REISEBEKANNTSCHAFT
19
1945
WIENER MÄDELN (Jeunes filles de Vienne), Sorti en 1949 [Sorti en 1949]
20
1946
DIE WELT DREHT SICH VERKEHRT
21
1947
GELD INS HAUS/DER MILLIONAR
22
1947
DAS SINGENDE HAUS (La maison chantante)
23
1947
DER HOFRAT GEIGER
24
1948
DER HERR KANZLEIRAT
25
1950
ES SCHLÄGT 13
26
1952
HALLO DIENSTMANN
27
1952
SCHÄM' DICH, BRIGITTE! / WIR WERDEN DAS KIND SCHON SCHAUKELN
28
1954
KAISERMANÖVER
29
1954
EHESANATORIUM/JA, SO IST DAS MIT DER LIEBE (Ainsi va l'amour)
30
1955
DIE DEUTSCHMEISTER (Mam'zelle Cri-Cri)
31
1955
JA, JA, DIE LIEBE IN TIROL
32
1955
DER KONGRESS TANZT (Le congrès s'amuse)
33
1955
DIE DREI VON DER TANKSTELLE (Le chemin du paradis)
34
1956
LUMPAZIVAGABUNDUS
35
1956
OPERNBALL (Le bal de l'opéra)
36
1956
MEIN TANTE, DEINE TANTE
37
1956
KAISERBALL
38
1956
SOLANGE NOCH DIE ROSEN BLÜH'N
39
1956
ROTER MOHN (Mariés pour rire)
40
1957
OBER ZAHLEN!
41
1957
VIER MÄDELS AUS DER WACHAU
42
1957
DIE UNENTSCHULDIGTE STUNDE
43
1957
DIE LINDENWIRTIN VOM DONAUSTRAND
44
1958
HALLO TAXI
45
1958
OOH... DIESE FERIEN
46
1959
HERRN JOSEFS LETZTE LIEBE
47
1961
MARIANDL
48
1961
DIE FLEDERMAUS (La chauve-souris)
49
1962
DER VERKAUFTE GROSSVATER
50
1962
MARIANDLS HEIMKEHR
Éd. 9.1.4 : 28-11-2019