La bibliothèque de L'Encinématheque

Helen MIRREN (1945)

Helen Mirren

Actrice britannique, née Yelena Vasilievna [ou Iliana Lydia selon les sources et les écritures] Mironova, 26-7-1945, à Chiswick, quartier londonien (Angleterre).

Fille de Vasiliy Mironov (un musicien, descendant d'un “Russe blanc” et violoniste au London Philarmonic Orchestra au sommet de sa carrière avant de devenir chauffeur de taxi, examinateur au permis de conduire et employé civil au Ministère des Transports) et de la très britannique Kathleen Rogers (fille d'un boucher “royal”), la jeune Yelena partage son enfance avec son frère Peter et sa soeur Katherine.

Au milieu des années 50, le père fait officiellement “angliciser” le patronyme familial, Yelena-Ilyana devenant ainsi Helen Mirren pour l'éternité.

Très tôt attirée par le théâtre, la blonde enfant sent naître sa vocation en participant, à l'âge de 13 ans, à une adaptation d'«Hamlet»montée par un groupe d'amateurs. Encouragée par ses parents, elle intègre l'école catholique St.Bernard de Southend-on-Sea où un professeur la repère et la recommande auprès du National Youth Theatre, troupe qu'elle intègre à l'âge de 18 ans. Gravissant peu à peu les marches qui mènent à la notoriété, elle accède, deux ans plus tard, à la fameuse Royal Shakespeare Company, abordant quelques-unes des pièces les plus célèbres du maître de Strafford-upon-Avon («Hamlet», «Macbeth», «Henry VI», «Richard III»,…) au point de se voir qualifier du titre de “Sex Queen of Strafford”.

Dès 1966, Helen Mirren apparaît sur les écrans britanniques dans des productions nationales dont il ne reste aujourd'hui de remarquable que sa présence : «Press for Time» (1966), «Herostratus» (1967). Plus naturellement et plus sérieusement, elle est de la distribution du «Songe du nuit d'été» tel que le rêva Peter Hall en 1968, avant de nous offrir la splandeur de sa juvénile nudité dans l'un des films les moins connus de Michael Powell, «Age of Consent» (1969). De cette première époque, il faut encore citer ses intrusions dans les univers onirique de Ken Russel («Le messie sauvage», 1972), satirique de Lindsay Anderson («Le meilleur des mondes possibles», 1973) et érotique de Tinto Brass («Caligula», 1977).

Mais c'est avant tout son incarnation de la vilaine Morgana dans le chef d'oeuvre de John Boorman, «Excalibur» (1981) qui révèle l'actrice au grand public, tout en lui permettant de faire la connaissance de Liam Neeson – Gawain dans le film – auprès duquel elle va faire un bout de chemin. En 1984, elle se voit attribuer le prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes pour sa prestation dans «Cal» de Pat O'Connor, une belle histoire d'amour sur fond de résistance irlandaise. Dès lors, Helen Mirren va attirer les lauriers sur sa charmante personne tout au long d'une carrière encore – et pour longtemps nous l'espérons – non arrivée à son terme.

Remarquable dans «Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant» de Peter Greenaway (1989), elle triomphe à nouveau sur La Croisette en 1995, en interprétant la royale épouse de George III dans «La folie du roi Georges». Mais son diamant en matière d'incarnation souveraine, elle le doit à «The Queen» de Stephen Frears (2006) où, sous les traits de Sa Gracieuse Majesté Elizabeth II, elle revit le tragique épisode de la dispartion de la princesse Diana et de ses conséquences sur la popularité de la première famille du Royaume Uni. Pami les nombreuses récompenses tombées pour l'occasion dans son escarcelle figurera l'oscar de la meilleure actrice décerné par un Hollywood admiratif.

Profitons-en pour nous pencher sur le côté américain de la filmographie d'Helen Mirren, entamé en 1984 avec la suite de «L'Odyssée de l'espace» que constitua le «2010 : l'année du contact» (qui n'eut pas lieu, faut-il le regretter ?) de Peter Weir. En 1985, «Soleil de nuit» lui permet de côtoyer le danseur et transfuge d'origine russe Mikhail Baryshnikov, mais surtout de rencontrer le réalisateur Taylor Hackford dont elle sera la compagne pendant une décennie avant de devenir son épouse en 1997. Dès lors, se partageant entre productiobns britanniques («L'île de Pasquali» en 1988, «Jardinage à l'anglaise» en 2000, «Hitchcock» en 2012, etc) et américaines («The Mosquito Coast» en 1986, «Etrange séduction» en 1990, «Red» en 2010, etc), Dame Helen Mirren (rang auquel elle a été élevée en 2003 par la véritable Reine Elizabeth, reconnaissante) déroule l'une des plus magnifiques carrières de l'écran britannique que viennent entrecouper quelques rares périodes de repos dans le sud de notre Hexagone où elle possède avec son époux une charmante demeure.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11966PRESS FOR TIME
21967HEROSTRATUS , de Don LEVY 
31968A MIDSUMMER NIGHT's DREAM (Le songe d'une nuit d'été ) , de Peter HALL 
41969AGE OF CONSENT , de Michael POWELL 
51972THE SAVAGE MESSIAH (Le messie sauvage)
61973O LUCKY MAN! (Le meilleur des mondes possibles)
71976HAMLET , de Celestino CORONADO 
81977CALIGULA
91979THE QUIZ KID , de Bill HAYS 
101979THE FIENDISH PLOT OF DR.FU MANCHU (Le complot diabolique du docteur Fu Manchu)
111980HUSSY , de Matthew CHAPMAN 
121980THE LONG GOOD FRIDAY (Du sang sur la Tamise/Racket)
131981EXCALIBUR
1419842010, THE YEAR WE MAKE CONTACT ("2010")
151984CAL
161985WHITE NIGHTS (Soleil de nuit)
171986THE GOSPEL ACCORDING TO VIC (Heavenly Pursuits) , de Charles GORMLEY 
181986THE MOSQUITO COAST
191988PASCALI's ISLAND (l'Île de Pascali)
201989WHEN THE WHALES CAME (L'île aux baleines)
211989THE COOK, THE THIEF, HIS WIFE AND HER LOVER (Le cuisinier, le voleur, sa femme et son amant)
221990CORTESIE PER GLI OSPITI/THE COMFORT OF STRANGERS (Etrange Séduction)
231991WHERE ANGELS FEAR TO TREAD
241993THE HAWK , de David HAYMAN 
251994THE MADNESS OF KING GEORGE (La folie du roi George)
261996SOME MOTHER's SON , de Terry GEORGE 
271997CRITICAL CARE , de Sidney LUMET 
281999TEACHING Mrs.TINGLE (Mrs.Tingle)
292000GREENFINGERS (Jardinage à l'anglaise) , de Joel HERSHMAN 
302000THE PLEDGE , de Sean PENN 
312001NO SUCH THING , de Hal HARTLEY 
322001LAST ORDERS , de Fred SCHEPISI 
332001GOSFORD PARK
342003CALENDAR GIRLS , de Nigel COLE 
352003THE CLEARING (L'événement)
362004RAISING HELEN (Fashion maman) , de Garry MARSHALL 
372005SHADOWBOXER , de Lee DANIELS 
382006THE QUEEN (La reine) , de Stephen FREARS 
392007NATIONAL TREASURE: BOOK OF SECRETS (Benjamin Gates et le livre des secrets) , de John TURTELTAUB 
402008INKHEART (Coeur d'encre) , de Iain SOFTLEY 
412009STATE OF PLAY (Jeux de pouvoir) , de Kevin MACDONALD 
422009THE LAST STATION (Tolstoï, le dernier automne) , de Michael HOFFMAN 
432010LOVE RANCH , de Taylor HACKFORD 
442010THE DEBT (L'affaire Rachel Singer) , de John MADDEN 
452010THE TEMPEST , de Julie TAYMOR 
462010BRIGHTON ROCK , de Rowan JOFFE 
472010RED
482011ARTHUR (Arthur, un amour de milliardaire) , de Jason WINER 
492012THE DOOR , de Istvan SZABO 
502012HITCHCOCK , de Sacha GERVASI 
512013RED 2 , de Dean PARISOT 
522014THE HUNDRED-FOOT JOURNEY (Les recettes du bonheur)
532015WOMAN IN GOLD (La femme au tableau) , de Simon CURTIS 
542015EYE IN THE SKY , de Gavin HOOD 
552015TRUMBO (Dalton Trumbo) , de Jay ROACH 
L'Encinémathèque
Ed.7.2.1 : 29-12-2015