La bibliothèque de L'Encinématheque

Yves DENIAUD (1901 / 1959)

Yves Deniaud

Acteur français, né Yves Hyacinthe Deniaud, le 6 décembre 1901, à Paris. Décédé le 7 décembre 1959, à Paris.

De camelot à comédien, il n'y a visiblement qu'un pas, allègrement franchi par Yves Deniaud, fort du soutien de Jacques Prévert et des membres actifs du Groupe Octobre où il côtoie Raymond Bussières ou Maurice Baquet, et surtout Fabien Loris avec qui il s'associe pour un duo de comiques barbichus, fort populaire au cabaret à la fin des années 30. L'ami Prévert, devenu scénariste, ne l'oublie pas et préside à ses débuts à l'écran puisqu'on l'aperçoit en ouvrier imprimeur dans «Le crime de Monsieur Lange» (1935) de Jean Renoir et en policier moustachu dans «Drôle de drame» (1937) de Marcel Carné ; plus tard, on le retrouve en garçon de café ensommeillé pour «Adieu Léonard» (1943) de Pierre Prévert ou prêtant sa voix au chef de la police dans «La bergère et le ramoneur» (1952), prouvant, si besoin est, que "chez ces gens-là, monsieur" la fidélité n'est pas un vain mot.

Bonimenteur pour «Les gens du voyage» (1937) ou «La tradition de minuit» (1939), camelot dans «Fausse alerte» (1940), Yves Deniaud garde de son premier métier une éternelle faconde qui faisait florès dans ses sketches gouailleurs et ses reprises parodiques des Fables de La Fontaine ou de célèbres tirades comme le Bon appétit, Messieurs !" de Victor Hugo devenu en langue verte : "Bonne bectance, les frangins !". Au cinéma, sa silhouette ronde et son crâne dégarni ne font que passer dans «Le comte de Monte Cristo» (1942), «Le bienfaiteur» (1942) ou «Lettres d'amour» (1942), mais qu'il soit serveur, valet de pied ou truand à la mie de pain, on l'apprécie, éberlué ou goguenard, à chaque apparition. Patron de boîte de nuit dans «Florence est folle» (1944), otage dans «Jéricho» (1945), mauvais garçon reconverti dans «Fantomas» (1946) ou cabotin chargé de jouer Frère Laurent dans «Les amants de Vérone» (1948), on peut difficilement lui échapper puisqu'il tourne une cinquantaine de films dans les années 40.

Impresario véreux démasqué par Bourvil, qui n'est décidément «Pas si bête» (1946), il n'est guère plus reluisant en hôtelier louche de «L'armoire volante» (1948). «L'héritier des Mondésir» (1939), à savoir Fernandel, le prend à son service et l'embauche à nouveau pour «On demande un assassin» (1949) où, maître d'hôtel déconcerté par les pulsions suicidaires de son patron, il n'arrive jamais à raconter jusqu'au bout ses histoires drôles. Petit artisan serrurier, il est tout surpris de découvrir que des aristos naïfs appellent Bernard Blier, son futur gendre, «Monseigneur» (1949). Patron de bistrot pour «Un homme marche dans la ville» (1949) de Marcelo Pagliero, il reçoit d'excellentes critiques mais son bâton de maréchal est une paire de baguettes de tambour de ville : c'est avec képi et moustaches que Deniaud atteint les sommets lorsque Louis Jouvet alias «Knock» (1950) lui lance l'immortelle réplique de Jules Romains : "Ca vous gratouille ou ça vous chatouille ?" Pour Carlo Rim, il joue Monsieur Mouffe, un fabricant de corsets qui philosophe sur l'infidélité féminine dans «La maison Bonnadieu» (1951) puis un gangster affligé d'un fils qui a vraiment mal tourné puisqu'il est devenu "professeur de lettres à Aix-en-Provence" : la rencontre d'Yves Deniaud et de Darry Cowl dans «Ce joli monde» (1957) vaut vraiment le détour.

Chansonnier au langage fleuri, il sévit au "Caveau de la Républiqu"e ou à "La Rose Rouge" comme à "Radio Luxembourg", ce qui ne l'empêche pas de jouer au théâtre Marcel Achard ou Eduardo de Filippo. Les années 50 lui apportent les premiers rôles dont il rêvait, lorsque l'idée vient aux producteurs de consacrer un film à «Monsieur Leguignon, lampiste» (1951), le personnage qui l'a rendu célèbre sur les ondes. Le succès amène une suite, «Leguignon guérisseur» (1954), où Deniaud, toujours prénommé Diogène et toujours marié à Jane Marken, donne une incarnation sympathique du français moyen. Dans la foulée, il s'improvise «Chasseur de chez Maxim's» (1953), gangster pour rire dans «On déménage le colonel» (1955) ou - un comble pour cet anar ! – prêtre en soutane dans «Mon curé chez les riches» (1955) et «Mon curé chez les pauvres» (1956). Ces comédies très légères lui donnent le plaisir de partager l'affiche avec Arletty ou Dora Doll et font de leur interprète un comédien apprécié du public, aussitôt convoqué par Sacha Guitry pour son grand défilé historique : au début de «Si Versailles m'était conté » (1953), le voilà en paysan matois face au roi Henri IV… Il côtoie Michel Simon en haut de l'affiche pour «L'étrange désir de Monsieur Bard» (1953) et joue «Crainquebille» (1953), marchand des quatre saisons maltraité par la police, un beau rôle qui semble écrit pour lui par Anatole France ; malheureusement, Jacques Feyder n'est plus disponible pour diriger ce remake… Garçon d'étage railleur dans l'antichambre de l'Enfer, il prend plaisir à narguer les damnés de «Huis clos» (1954) et, accessoirement, à dire un texte de Sartre. A la même époque, la télévision lui confère l'honneur de succéder à Raimu dans «Monsieur Brotonneau». Son dernier rôle, un shérif d'opérette dans le médiocre «Sérénade au Texas» (1958), n'apporte rien à sa gloire mais sa mort prématurée, des suites d'un cancer, suscite l'émotion. "Le monde Libertaire" salue un "… pote, gai et spirituel", un vieil anar qui a su … rester fidèle à son passé" et n'a … rien renié de ses convictions".

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11937DRÔLE DE DRAME
21942LE BIENFAITEUR
31942LE COMTE DE MONTE-CRISTO [ 1ère époque, "Edmond Dantès" ]
41943ADIEU LEONARD
51944FLORENCE EST FOLLE
61945JERICHO
71946PAS SI BÊTE
81946FANTOMAS
91947L'IDOLE
101948L'ARMOIRE VOLANTE
111948LE SIGNAL ROUGE
121948LES AMANTS DE VERONE
131948BARRY
141949L'HEROÏQUE MONSIEUR BONIFACE
151949MONSEIGNEUR
161949LE 84 PREND DES VACANCES
171949AU P'TIT ZOUAVE
181949UN HOMME MARCHE DANS LA VILLE
191950LES FEMMES SONT FOLLES
201950LE ROI DES CAMELOTS
211950LA ROSE ROUGE
221950KNOCK
231950BONIFACE SOMNAMBULE
241951LA MAISON BONNADIEU
251951LE BANQUET DES FRAUDEURS
261951MONSIEUR LEGUIGNON, LAMPISTE
271952OUVERT CONTRE X
281953LE CHASSEUR DE CHEZ MAXIM's
291953L'ETRANGE DESIR DE MONSIEUR BARD
301953SI VERSAILLES M'ETAIT CONTE
311953CRAINQUEBILLE
321954LEGUIGNON GUERISSEUR
331954HUIS CLOS
341954FANTAISIE D'UN JOUR
351954LES CHIFFONNIERS D'EMMAÜS
361955LE COUTEAU SOUS LA GORGE
371956MON CURE CHEZ LES PAUVRES
381957CE JOLI MONDE
391957QUAND LA FEMME S'EN MELE
L'Encinémathèque
Ed.7.2.1 : 23-1-2016