La bibliothèque de L'Encinématheque

Madeleine CLERVANNE (1897 / 1975)

Madeleine Clervanne

Actrice française, née Zoé Jeanne Cretot, le 4 janvier 1897, à Hanoï (Indochine). Décédée le 14 juin 1975, à Paris (France).

Cette excentrique et atypique comédienne ne changerait peut-être pas son prénom aujourd'hui, tant il est à la mode. De son enfance on ne sait rien, mais une chose est certaine, elle regagne la métropole dans sa jeunesse et, la vingtaine passée, fait ses premières apparitions sur la scène de L'Odéon, posant pour des cartes postales qui font aujourd'hui la joie des collectionneurs. En 1922, elle s'inscrit au Conservatoire de Firmin Gémier où elle se produit dans «Le marchand de Venise» de Shakespeare. Fidèle au grand auteur anglais, elle joue l'année suivante dans «Roméo et Juliette» avec Pierre Blanchar ; comme on peut s'en douter, elle n'y tenait pas le rôle titre. Son physique n'étant pas celui d' une ingénue, les rôles de duègne, de vieille demoiselle peu commode, excentrique, de grand-mère marâtre furent son lot régulier.

Avant tout comédienne de théâtre, elle intège la troupe du théâtre des Mathurins, chez Marcel Herrand et Jean Marchat, côtoyant Maria Casares et le tout jeunôt Michel Auclair. Charles Dullin l'accueille dans les années de l'après-guerre, avant que Jean le Poulain, René Clermont, Michel Vitold, Pierre Bertin, Sacha Pitoeff n'utilisent tour à tour son talent particulier. Autoritaire, elle sait habiller son visage d'une expression machiavélique et user de ses facultés de simuler la folie, la méchanceté ou le mystère. Tout en enseignant l'art dramatique chez René Simon, elle servira de grands auteurs comme Musset, Dumas, Jean Giraudoux (pour qui elle sera une «Folle de Chaillot» convaincante), Marcel Aymé, George Bernard Shaw, Agatha Christie…

Madeleine Clervanne fait sa première composition cinématographique pour le compte de Robert Bresson dans «Les anges du péché» (1943), avant de s'évanouir de la mémoire des financiers du 7ème art. Heureusement, ses apparitions à la télévision la rappelle aux bons souvenirs des gens du métier. Ainsi, Yves Robert l'inscrit au générique de sa «Famille Fenouillard» (1960) avant de la réutiliser dans «Bébert et l'omnibus» (1963). Philippe de Broca lui fait endosser un costume de duègne dans «Cartouche» (1962) et la rappelle quatre ans plus tard pour agrémenter la cour de son «Roi de coeur» (1966), tandis qu'Edouard Molinaro l'insère dans l'intrigue originale de son «Arsène Lupin contre Arsène Lupin» (1962).

A la même époque, elle apparait dans des sketches du «Diable et les dix commandements» («Les dimanches tu garderas» de Julien Duvivier, 1962), et «Les veinards» («Une nuit avec la vedette» de Philippe de Broca, 1963). «Gibraltar» (1963), tourné en Espagne, lui permet de retrouver Gérard Barray, son élève du Cours Simon pour qui elle éprouvait une affection presque filiale.

Outre ses démêlés avec Louis de Funès («Une souris chez les hommes», 1964) et Guy Bedos («Pouce» en 1971), personne n'aura oublié qu'elle fut l'épouse sévère de Noël Roquevert et la maman de Michel Galabru et de Jean-Pierre Darras dans le fameux «Viager» de Pierre Tchernia (1971). Sa dernière apparition sera pour «Pas folle la guêpe» de Jean Delannoy (1972).

A l'instar d'Alice Sapritct, Madeleine Clervanne aura davantage été révélée au public grâce au petit écran. Claude Santelli en fera la Mère Mac Miche idéale, méchante vis-à-vis du «Bon petit diable» (1961) imaginé par la Comtesse de Ségur. Elle reviendra au "Théâtre de la jeunesse" dans «La case de l'oncle Tom» (1963) et «David Copperfield» (1965). Elle sera également de plusieurs distributions du "Théâtre ce soir", apparaîtra dans les intrigues historiques de «La caméra explore le temps» ou dans des séries cultes comme «Rocambole» (1964) ou «Les Boussardel» (1972).

Célibataire et cultivée, Madeleine Clervanne entretenait des relations amicales avec le Président de la Société des Poètes Français, Henri Foulon de Vaulx.

Donatienne

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11943LES ANGES DU PECHE
21962CARTOUCHE
31962ARSENE LUPIN CONTRE ARSENE LUPIN
41962LE DIABLE ET LES DIX COMMANDEMENTS [ Sk."Les dimanches tu garderas" ]
51963LES VEINARDS [ Sk. "Une nuit avec la vedette", non créditée ]
61963BEBERT ET L'OMNIBUS
71963GIBRALTAR
81964UNE SOURIS CHEZ LES HOMMES/UN DROLE DE CAÏD
91966LE ROI DE COEUR
101971LE VIAGER
111972PAS FOLLE, LA GUÊPE
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 14-2-2016