La bibliothèque de L'Encinématheque

Gert FROEBE (1913 / 1988)

Gert Froebe

Acteur allemand, né Karl-Gerhard Fröber, le 25 février 1913, à Planitz (Saxe, Allemagne). Décédé le 5 septembre 1988, à Munich (Bavière, Allemagne).

Rendu universellement célèbre par son personnage de Goldfinger dans la série des James Bond, Gert Froebe (ou Fröbe) en gagnera une renommée internationale dès lors jamais démentie. Caricature du Teuton buveur de bière, il en promènera la protubérance stomacale dans un bon nombre de productions à grand spectacle, personnifiant de sa démarche lourde et penchée vers l'avant – conformément aux lois de l'équilibre – le Germain fourbe ou ridicule que l'on se plaira de mettre hors d'état de nuire.

Pourtant, tout n'avait pas bien commencé pour ce fils de cordonnier. À 13 ans, il faillit se noyer dans sa baignoire, accident dont il garda des rhumatismes articulaires pendant plusieurs mois. Il n'est pas encore sorti de l'adolescence qu'il s'inscrit au NSDAP (1929), un parti politique prometteur de lendemains qui ne manqueront pas de chanter après la chute d'une jeune République de Weimar déjà en pleine déconfiture économique.

En attendant, attiré par les arts de la scène, notre homme étudie la musique et s'exerce au violon avec suffisamment de talent pour pouvoir se produire dans un hôtel de sa ville natale. En 1933, il tourne avec un cirque (1933), devenant tour à tour mime, clown et jongleur. Après avoir suivi des cours d'art dramatique, il débute sur les planches au Théâtre de Dresde (1935) où il devient l'élève d'Erich Ponto.

Ayant quitté le parti nazi en 1937, il se retire au Volkstheater de Vienne où il devient l'ami de Curd Jürgens. Mobilisé en 1943, il sert dans la Wehrmacht jusqu'à la fin des combats. Rendu à la vie civile, il se produit dans un numéro de pantomime sur la scène d'un cabaret munichois et finit par décrocher ses premières apparitions à l'écran («L'homme à l'étoile changeante» et «Ballade berlinoise» en 1948). Si ses contributions à un cinéma germanique mis sous l'éteignoir par les autorités d'occupation ne lui permettent guère de se faire remarquer, il parvient néanmoins, sans être toujours crédité, à se glisser dans quelques (co-)productions anglo-saxonnes d'envergure (dont le «Monsieur Arkadin» d'Orson Welles en 1955).

Le public français le découvre au travers de deux réalisations d'Yves Ciampi, «Les héros sont fatigués» (1955), et «Typhon sur Nagasaki» où il fait du Gert Froebe avant l'heure, ne dédaignant pour autant les comédies légères («Charmants garçons» avec Zizi Jeanmaire ou «Der tolle Bomberg» avec Hans Albers, en 1957). Commissaire de police traquant le «Diabolique docteur Mabuse» à trois reprises, il sait, lorsque la demande l'exige, se montrer inquiétant («Le meurtrier» en 1962) ou carrément ignoble («Ca s'est passé en plein jour», en 1958) avec la même facilité qu'il met à servir des personnages plus affables («Alt Heidelberg» en 1959, «Au nom de Dieu» en 1960).

Sergent débonnaire à l'heure H du «Jour le plus long» (1962), il est le premier Allemand à apercevoir les vaisseaux alliés venus dégorger les troupes libératrices qui devaient faire choir la puissance hitlérienne, avant d'ouvrir une ligne de transports clandestins dans le sud marocain, lançant Lino Ventura sur les traces du camion dirigé par Jean-Paul Belmondo pour tenter de récupérer «Cent mille dollars au soleil» (1963).

Et James Bond arriva ! Non sans conséquences négatives, «Goldfinger» (1964) le mettant en vedette dans le rôle titre, mais faisant également ressurgir son passé embarrassant, au point que de nombreux directeurs de salles israëliens refusèrent de projeter le film. Jusqu'à ce qu'un couple de Juifs plaide en faveur de l'acteur, dont une intervention au temps des années sombres le sauva de la déportation. Dès lors, son honneur recouvré et sa notoriété assise, Gert Froebe put chasser le cachet dans quelques grosses farces cosmopolites dont on ne peut saluer que la rentabilité : «Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines» (1965), «Those Fantastic Flying Fools» (1966), «Chitty Chitty Bang Bang» (1968), «Gonflés à bloc» (1969). Saluons, magnanimes ou reconnaissants, sa composition de Von Choltitz dans «Paris brûle-t-il ?» de René Clément (1966), sa présence aux côtés de «Ludwig» de Bavière à la demande de Visconti (1972) et, plus hermétique, son enquête criminelle en pleine guerre pour le compte d'Ingmar Bergman («L'oeuf du serpent», 1977).

Marié à cinq reprises, Gert Froebe est père de son premier mariage (un fils, Urs, 1940/2014) ; il adoptera par la suite Andres Seyferth (fils de sa deuxième épouse et futur acteur) en 1969 et Beate (fille de sa dernière compagne) en 1978. Dans les années 80, il se verra nommé citoyen d'honneur de la ville française de Cognac où se déroulait chaque année un festival international du film policier (1982/2007). Une crise cardiaque devait avoir raison de cette force de la nature germanique dont le rire tonitruant ne manqua pas de faire trembler 007 himself !

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1955
LES HÉROS SONT FATIGUÉS
2
1956
TYPHON SUR NAGASAKI
3
1957
ROBINSON SOLL NICHT STERBEN (Un petit coin de paradis)
4
1957
DER TOLLE BOMBERG
5
1957
CHARMANTS GARÇONS
6
1957
ÉCHEC AU PORTEUR
7
1958
ES GESCHAH AM HELLICHTEN TAG (Ca s'est passé en plein jour)
8
1958
DAS MÄDCHEN ROSEMARIE (La fille Rosemarie)
9
1958
DAS MÄDCHEN MIT DEN KATZENAUGEN (La fille aux yeux de chat)
10
1958
NICK KNATTERTONS ABENTEUEUR, de Hans QUEST
 
11
1959
UND EWIG SINGEN DIE WÄLDER (Les géants de la forêt)
12
1959
MENSCHEN IN HOTEL (Grand hôtel)
13
1959
ALT HEIDELBERG
14
1960
DER GAUNER UND DER LIEBE GOTT (Au nom de Dieu)
15
1960
DER GRÜNE BOGENSCHÜTZE
16
1960
DIE TAUSEND AUGEN DES Dr.MABUSE (Le diabolique docteur Mabuse)
17
1961
IM STAHLNETZ DES Dr.MABUSE (Le retour du docteur Mabuse)
18
1962
THE LONGEST DAY (Le jour le plus long)
19
1962
LE MEURTRIER
20
1962
DIE DREIGROSCHENOPER (L'opéra de quat' sous)
21
1963
CENT MILLE DOLLARS AU SOLEIL
22
1964
TONIO KRÖGER (Tonio Kroeger)
23
1964
ÉCHAPPEMENT LIBRE
24
1964
GOLDFINGER
25
1965
THOSE MAGNIFICENT MEN IN THEIR FLYING MACHINES (Ces merveilleux fous volants dans leurs drôles de machines)
26
1965
DU RIFIFI À PANAME
27
1966
PARIS BRÛLE-T-IL?
28
1966
TRIPLE CROSS (La fantastique histoire vraie d'Eddie Chapman)
29
1966
JULES VERNE's ROCKET TO THE MOON (Le grand départ)
30
1967
J'AI TUÉ RASPOUTINE
31
1968
CHITTY CHITTY BANG BANG
32
1971
THE HEIST (Dollars)
33
1972
LUDWIG (Ludwig ou le crépuscule des dieux)
34
1973
NUITS ROUGES
35
1974
AND THEN THERE WERE NONE / TEN LITTLE INDIANS (Dix petits nègres)
36
1975
LES MAGICIENS
37
1977
THE SERPENT's EGG (L'oeuf du serpent)
38
1979
SIDNEY SHELDON's BLOODLINE (Liés par le sang)
Éd. 9.1.4 : 19-12-2019