La bibliothèque de L'Encinématheque

Carmen MAURA (1945)

Carmen Maura

Actrice espagnole, née Carmen García Maura, le 15 septembre 1945, à Madrid (Espagne).

Fille de l'ophtalmologue Salvador García Santa Cruz et de Carmen Maura Arenzana, petite fille des comtes de Fuente Nueva de Arenzana, descendante du politicien conservateur Antonio Maura y Montaner (président du gouvernement espagnol à 5 reprises entre 1903 et 1921 et président de la Real Academia española), petite cousine de l'écrivaine communiste Constancia de la Mora Maura, cousine de l'écrivain et scénariste Jorge Semprun Maura : quel pedigree, mes aïeux !

Ne soyons pas étonnés que la petite dernière s'engagea, l'adolescence déclinante, dans des études de philosophie et de littérature, terminant son cursus à l'Ecole Supérieure des Beaux Arts de Paris dont elle sortira au moins avec une bonne maîtrise de la langue de Molière. En 1964, elle épouse l'avocat Francisco Forteza, père de leurs deux enfants, Carmen et Pablo. Refusant de s'engager plus longtemps dans le rôle dévolu à la femme espagnole par la tradition franquiste, elle se brouille avec sa famille et demande le divorce en 1970, au prix de la garde de sa progéniture confiée à l'époux délaissé.

Directrice d'une galerie d'art, elle fréquente alors les milieux intellectuels et artistiques, abordant bientôt les scènes du théâtre amateur et fréquentant les salles exigües des cabarets où elle pousse agréablement la chansonnette.

En 1969, elle débute au cinéma dans «Las gatas tienen frio», un rôle dérisoire qui ne lui permet qu'une seule réplique, mais décide définitivement de son avenir. Ses apparitions de jeunesse se partagent équitablement entre courts («Don Juan» en 1974, «Pomporrutas imperiales» en 1976,…) et longs métrages («El asesino está entre los trece» en 1973, «El libro de buen amor» en 1976),…) et la font travailler avec quelques réalisateurs d'importance en deça des Pyrénées (Jaime de Arminan, Javier Aguirre, Antonio Mercero).

En 1977, dans un pays où la démocratisatie peine à creuser son sillon, Fernando Colomo, la révèle au grand public en lui offrant le premier rôle féminin de «Tigres de papel», dont le succès appellera une récidive, «¿Qué hace una chica como tú en un sitio como éste?» (1979), le tout agrémenté d'une liaison sentimentale qui ne s'éternisera pas au-delà de leur collaboration professionnelle, à moins que ce ne soit le contraire.

Dans l'entourage de son mentor, Carmen Maura fait la connaissance d'un jeune réalisateur amateur plein d'ambition, Pedro Almodovar, déjà provocateur et iconoclaste par ses premières oeuvres et qui ne tardera pas à l'intégrer à son harem artistique : «Folle,… folle,… fólleme Tim !» (1978, inédit en salles), «Pepi, Luci, Bom les autres filles du quartier» (1980), «Dans les ténèbres» (1983), «La loi du désir» (1986) et «Femmes au bord de la crise de nerf» (1987, Goya de la meilleure interprète féminine) constituent les jalons de leur chemin partagé et valent à l'actrice ses premiers honneurs festivaliers et la reconnaissance des gens du métier. Hélas, le comportement outrancier de celui qui est devenu le cinéaste espagnol le plus prometteur de “La Movida” débouche sur une rupture bien préjudiciable aux habitués les moins frileux des salles obscures européennes.

Au cours des années 90, Carmen Maura s'attachera à se construire une image éloignée de celles des héroïnes du réalisateur manchègue. Avec «¡Ay, Carmela!» de Carlos Saura (1994), elle obtient un deuxième Goya, une statuette qui finira à terme par encombrer ses étagères (1994 pour «Sombras en una batalla», 2000 pour «Lisboa», 2001 pour «La comunidad»). Renouant avec Almodovar, elle est une nouvelle fois distinguée en 2007 pour sa performance dans «Volver» (2006), déjà remarqué sur La Croisette l'année précédente (Prix d'interprétation féminine partagée avec cinq de ses partenaires).

Sa bonne connaissance de la langue française n'aura pas échappé à quelques uns de nos cinéastes hexagonaux et, dès 1992, elle incarne la mère de «Louis, enfant roi» pour Roger Planchon. En 1996, elle est sur la ligne de départ de la course au César de la meilleure actrice pour sa performance dans «Le bonheur est dans le pré» d'Etienne Chatiliez (1995). Il lui faudra toutfois attendre 2010 pour franchir en tête la ligne d'arrivée, dans la catégorie des seconds rôles, grâce à sa composition dans «Les femmes du 6ème étage». Enfin, avec «Tetro» de Francis Ford Coppola (2009), elle fait une entrée par la grande porte dans le cinéma de l'Oncle Sam en reprenant un rôle initialement promis à… Javier Bardem !

Adoubée Chevalier de l'Ordre des Arts et Lettres françaises en 1996, récipiendaire de la Médaille d'Or du Mérite des Beaux Arts pour l'ensemble de sa carrière, devenue l'une des icones du septième art ibérique à l'instar d'Imperia Argentino, Carmen Sevilla ou Sara Montiel – c'est bien le seul point qui les rassemble ! – Carmen Maura se partage aujourd'hui entre les joies de son métier et la contemplation béate de sa petite-fille, Carla, née en 2003 des amours de Carmen Jr.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11973EL ASESINO ESTÁ ENTRE LOS TRECE , de Javier AGUIRRE 
21974DON JUAN , de Antonio MERCERO. Court métrage 
31976POMPORRUTAS IMPERIALES , de Fernando COLOMO. Court métrage 
41976EL LIBRO DE BUEN AMOR II , de Jaime BAYATTI 
51977TIGRES DE PAPEL.
61978¿QUÉ HACE UNA CHICA COMO TÚ EN UN SITIO COMO ÉSTE? , de Fernando COLOMO 
71980PEPI, LUCI, BOM Y OTRAS CHICAS DEL MONTON (Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier)
81983ENTRE TINIEBLAS (Dans les ténèbres)
91984QUE HE HECHO YO PARA MERECER ESTO? (Qu'est-ce que j'ai fait pour mériter ça?)
101985SÉ INFIEL Y NO MIRES CON QUIÉN , de Fernando TRUEBA 
111986MATADOR
121986TATA MIA
131986LA LEY DEL DESEO (La loi du désir)
141987MUJERES AL BORDE DE UN ATAQUE DE NERVIOS (Femmes au bord de la crise de nerfs)
151990¡AY, CARMELA!
161991COMO SER MUJER Y NO MORIR EN EL INTENTO
171991CHATARRA
181991SUR LA TERRE COMME AU CIEL
191992LA REINA ANÓNIMA , de Gonzalo SUAREZ 
201992LOUIS, ENFANT ROI
211993SOMBRAS EN UNA BATALLA
221993CÓMO SER INFELIZ Y DISFRUTARL , de Enrique URBIZU 
231994EL REY DEL RIO , de Manuel GUTIERREZ-ARAGON 
241995PAREJA DE TRES , de Antoni VERDAGUER 
251995LE BONHEUR EST DANS LE PRE
261995AMORES QUE MATAN
271997ELLES
281997ALICE ET MARTIN
291998EL ENTUSIASMO (L'enthousiasme) , de Ricardo LARRAIN 
301999LISBOA
311999LE HAREM DE Mme OSMANE
321999CARRETERA Y MANTA , de Alfonso ARANDIA 
332000LA COMUNIDAD (Mes chers voisins)
342001EL PALO (Hold-Up)
352001CLARA Y ELENA , de Manuel IBORRA 
362002800 BALAS (800 balles) , de Alex de la IGLESIA 
372002LE VENTRE DE JULIETTE
382002LE PACTE DU SILENCE
39200325 DEGRES EN HIVER , de Stéphane VUILLET 
402004LA PROMESA (La promesse) , de Hector CARRE 
412005REINAS , de Manuel GOMEZ PEREIRA 
422006VOLVER
432007EL MENOR DE LOS MALES , de REALISATEUR 
442008LA VIRGEN NEGRA , de Ignacio CASTILLO COTTIN 
452008QUE PAREZCA UN ACCIDENTE , de Gerardo HERRERO 
462009TETRO , de Francis Ford COPPOLA 
472009LE MAC , de Pascal BOURDIAUX 
482010CHICAS , de Yasmina REZA 
492010LES FEMMES DU 6ème ETAGE , de Philippe Le GUAY 
502011ESCALADE , de Charlotte SILVERA 
512011LET MY PEOPLE GO! , de Mikael BUCH 
5220115°B ESCALERA DERECHA , de Maria ADANEZ. Court métrage 
532012SOFIA Y EL TERCO , de Andrés BURGOS 
542012PAULETTE , de Jérôme ENRICO 
552013LAS BRUJAS DE ZUGARRAMURDI (Les sorcièces de Zugarramurdi) , de Alex de la IGLESIA 
562013LA MADRE , de Angelo MARESCA 
572014UN VILLAGE PRESQUE PARFAIT , de Stéphane MEUNIER 
582015LA VANITE , de Lionel BAIER 
592015LES CHAISES MUSICALES , de Marie BELHOMME 
602015VACA PALOMA , de Paco LEON. Court métrage 
612016EL FUTURO YA NO ES LO QUE ERA , de Pedro BARBERO 
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 18-6-2016