La bibliothèque de L'Encinématheque

Jack ELAM (1916 / 2003)

Jack Elam

Acteur américain, né le 13 novembre 1916, à Miami (Arizona). Décédé le 20 octobre 2003, à Ashland (Oregon).

Il arbore le strabisme le plus célèbre du cinéma américain, ce "regard torve" que soulignent à l'envi ses biographes. Il faut dire qu'un “,accident de scoutisme” (!) lui fit perdre prématurément l'usage d'un œil.

Pourtant, rien ne destinait Jack Elam à une carrière de “bad boy”. Passionné d'arithmétique, il poursuit des études de comptabilité qui l'amènent à fréquenter les milieux artistiques à Los Angeles puis Hollywood où il se taille une belle réputation auprès du producteur Sam Goldwyn. Craignant de devenir aveugle à force de scruter des colonnes de chiffres à longueur de journée, Jack Elam propose au cinéaste George Templeton de l'engager comme comptable et comédien pour «The Sundowners» (1949). Le succès sera très vite au rendez-vous comme il le reconnaissait lui-même : "Ma laideur m'a beaucoup aidé, pourtant je n'avais aucun talent !".

Il suffit de revoir «L'attaque de la malle-poste» (1951) de Henry Hathaway pour démentir ce jugement : tueur sadique, il ricane en tirant dans le dos d'Edgar Buchanan, bave de désir devant Susan Hayward qu'il manque d'étrangler et, pour couronner le tout, s'amuse à tirer sur un bébé ; au bout du compte, un film dont il gardait un excellent souvenir : "Un des pires méchants que j'ai joués !". Impressionné, Tyrone Power suggère à Darryl Zanuck de le prendre sous contrat : Jack Elam devient l'indispensable second couteau de nombre de classiques du western. Ivrogne emprisonné par Gary Cooper dans «Le train sifflera trois fois» (1952), il est bien décidé à ranimer les guerres indiennes dans «Au mépris des lois» (1952) où il affiche le patronyme prometteur de Mescal-Jack. S'il ne croise pas la route de John Ford, on l'aperçoit dans «Je suis un aventurier» (1954) et «L'homme de la plaine» (1955) du maître Anthony Mann, dans «L'homme qui n'a pas d'étoile» (1955) de King Vidor ou, à trois reprises chez Robert Aldrich, dans «Vera Cruz» (1954), «El Perdido» (1961) et «Quatre du Texas» (1963). Au bout du compte, une belle série de chevauchées fantastiques au panthéon du western puisqu'il joue du Colt dans bien d'autres films célèbres comme «Vaquero» (1952), «La reine de la prairie» (1955), «Wichita/Un jeu risqué» (1955), «Jubal/L'homme de nulle part» (1956) et «Règlement de comptes à O.K.Corral» (1957). En guise d'hommage, Sergio Leone l'invite à figurer en ouverture du mythique «Il était une fois dans l'ouest» (1968).

On peut s'étonner de découvrir cet échalas patibulaire sous le nom de Fatso dans «L'ennemi public» (1957) ; en revanche, rien à redire lorsqu'il incarne Horseface dans «Les Comancheros» de Michael Curtiz (1961). Chez Fritz Lang qui l'avait déjà repéré pour «Guérillas» (1950) et «L'ange des maudits» (1951), il impose sa trogne au centre d'une belle galerie de méchants, «Les contrebandiers de Moonfleet» (1955). Adversaire à l'écran des plus grandes stars, il prend un plaisir masochiste à se faire dérouiller par James Stewart, Glenn Ford ou Kirk Douglas. Le film noir ne pouvait passer à côté de ce look de malfrat idéal : lorsqu'il se pointe dans «Le quatrième homme» (1952) de Phil Karlson, c'est pour recevoir une correction en règle administrée par John Payne. Ralph Meeker ne sera pas en reste dans «En quatrième vitesse» (1955) d'Aldrich. N'oublions pas sa participation régulière aux films de Don Siegel comme «Count the Hours» (1953) et «Le secret du grand canyon» (1959). Redoutable voleur de scènes, Elam n'en était pas moins un partenaire apprécié, d'autant que sa passion des cartes animait les plateaux de tournage. N'avait-il pas prévu pour épitaphe : "J'ai bu du scotch et joué au poker" ?

La rencontre de Jerry Lewis dans «Artistes et modèles» (1955) et «Le trouillard du Far-West» (1956) lui donne le goût de la comédie, conforté par un clin d'œil de Capra qui le nomme Cheesecake dans «Milliardaire pour un jour» (1961). Complice de James Garner dans les westerns humoristiques de Burt Kennedy - «Support Your Local Sheriff» (1969) et «Support Your Local Gunfighter» (1971) – il voit croître sa cote de sympathie auprès du public qui apprécie sa présence sur le petit écran, dans des séries familières comme «The Dakotas», «Gunsmoke» ou «Bonanza». Howard Hawks l'associe à John Wayne dans «Rio Lobo» (1970) et Sam Peckinpah à «Pat Garrett et Billy le Kid» (1973), lui permettant de parachever un parcours jusque là exemplaire. Comme l'âge ne l'avait pas vraiment embelli, il se vantait volontiers de pouvoir jouer le monstre de Frankenstein sans maquillage ; la télévision réalisa son vœu à l'époque où sa carrière s'égarait dans la parodie laborieuse ou la série Z : on peut sans problème oublier la vingtaine de prestations qu'il délivre encore jusqu'au début des années 90 avant de se retirer sagement dans l'Oregon. C'est là qu'il meurt de vieillesse à l'âge vénérable de 83 ans, ayant échappé contre toute attente aux balles, aux flèches ou aux cordes qui attendaient ce sympathique gibier de potence.

Jack Elam fut marié (1937-1961) à Jean Hodgert qui lui donna deux enfants. Devenu veuf, il épousa Margaret Jennison dont il eut une seconde fille.

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11949THE SUNDOWNERS , de George TEMPLETON 
21950ONE WAY STREET (L'impasse maudite)
31950A TICKET TO TOMAHAWK (Le petit train du far-west)
41950HIGH LONESOME (La vallée du solitaire) , de Alan Le MAY 
51950AMERICAN GUERILLA IN THE PHILIPPINES (Guérillas)
61951RAWHIDE (L'attaque de la malle-poste)
71951THE BUSHWHACKERS , de Rod AMATEAU 
81952RANCHO NOTORIOUS (L'ange des maudits)
91952BATTLE AT APACHE PASS (Au mépris des lois)
101952HIGH NOON (Le train sifflera trois fois)
111952LURE OF THE WILDERNESS (Prisonniers du marais)
121952KANSAS CITY CONFIDENTIAL (le Quatrième Homme)
131952RIDE VAQUERO (Vaquero)
141953APPOINTMENT IN HONDURAS (Les révoltés de la Claire Louise)
151954THE FAR COUNTRY (Je suis un aventurier)
161954CATTLE QUEEN OF MONTANA (La reine de la prairie)
171954VERA CRUZ
181955THE MAN FROM LARAMIE (L'homme de la plaine)
191955MAN WITHOUT A STAR (L'homme qui n'a pas d'étoile) [ Non crédité ]
201955KISS ME DEADLY (En quatrième vitesse)
211955MOONFLEET (Les contrebandiers de Moonfleet)
221955ARTISTS AND MODELS (Artistes et modèles)
231956JUBAL (L'homme de nulle part)
241957DRAGOON WELLS MASSACRE (La poursuite fantastique)
251961THE LAST SUNSET (El Perdido)
261961THE COMANCHEROS (Les Comancheros)
271966THE RARE BREED (Rancho Bravo)
281968FIRECREEK (Les cinq hors-la-loi)
291968C'ERA UNA VOLTA IL WEST (Il était une fois dans l'ouest)
301969SUPPORT YOUR LOCAL SHERIFF (Ne tirez pas sur le shérif)
311970RIO LOBO
321971SUPPORT YOUR LOCAL GUNFIGHTER (Tueur malgré lui)
331971HANNIE CAULDER (Un colt pour trois salopards)
341979THE VILLAIN (Cactus Jack)
L'Encinémathèque
Ed.7.2.2 : 20-8-2016