La bibliothèque de L'Encinématheque

Marie DRESSLER (1868 / 1934)

Marie Dressler

Actrice américaine d'origine canadienne, née Leila Marie Koerber, le 9 novembre 1868 (1871 sur sa pierre tombale), à Cobourg (Ontario, Canada). Décédée le 28 juillet 1934, à Santa Barbara (Californie, U.S.A.).

Fille d'un ancien officier de l'armée autrichienne, devenu pianiste et organiste après son immigration au Canada, et d'une mère autrichienne, Marie Dressler fait ses débuts de comédienne dès sa quinzième année au sein d'une troupe itinérante. Elle acquiert bientôt une petite notoriété aux États-Unis en travaillant au théâtre et au music-hall. Elle remporte notamment un grand succès en 1910 à Broadway grâce à la comédie musicale «Tillie’s Nightmare». La même année, elle apparaît à l’écran dans son propre rôle, aux côtés d’autres célébrités, dans «Actor’s Fund Field Day».

En 1914, elle est, pour Mack Sennett, la vedette, avec Mabel Normand et Charlie Chaplin, de «Le roman d'amour de Charlot et Lolotte», la première comédie de longue durée de l’histoire du cinéma américain, qui n'est autre que l'adpatation pour l'écran de «Tillie’s Nightmare». La réussite commerciale de ce film lui apporte une soudaine notoriété cinématographique.

Elle est ensuite l’héroïne de deux “moyens” métrages, «Tillie’s Tomato Surprise» (1915) et «Tillie Wakes Up» (1917), produits respectivement par les firmes Lubin et World. Elle fonde en outre sa propre compagnie, la "Marie Dressler Motion Picture Company", d’où sortiront sept courts-métrages, les trois premiers distribués par la Mutual en 1916 et les quatre derniers par Goldwyn en 1917 et 1918.

Mais, malgré toutes ces tentatives, l’actrice ne réussit pas à renouer avec le succès et, en 1919, sa filmographie s’interrompt.

Une période noire commence pour elle. Sa carrière sur scène est en net déclin et elle a de plus en plus de difficultés à trouver des engagements, une situation due notamment au fait que plusieurs producteurs ne lui pardonnent pas d’avoir soutenu une grève d’acteurs en 1919.

Alors qu’elle se trouve dans une situation précaire, envisageant d'abandonner définitivement le métier pour accepter quelque emploi précaire, elle réussit à revenir au Septième Art en 1927 grâce au soutien de sa grande amie, l'écrivain Frances Marion. Néanmoins, «The Callahans and the Murphys», première tentative de la remettre au premier plan échoue lorsque le film doit être retiré de la circulation suite aux protestations de la communauté irlando-américaine, qui s’estime bafouée.

Heureusement Marie Dressler renoue avec la chance et le succès en retrouvant un bon second rôle dans «Une gamine charmante». (1928) qui lui permet de remonter peu à peu la pente. L’avènement du parlant lui est bénéfique et sa création de pocharde dans «Anna Christie» (1930) où elle donne la réplique à Greta Garbo lui vaut d’élogieuses critiques.

Se rendant enfin compte de tout son potentiel, la Metro fait alors de Marie Dressler, à soixante ans passés, une grande star de Hollywood. Elle est ainsi l’interprète de, entre autres, «Min and Bill» (1930) avec Wallace Beery, qui lui vaut l’oscar de la meilleure actrice, «Emma» (sorti en 1932, une nomination), «Tugboat Annie» (1933), «Les invités de 8 heures» (1933) et «Christopher Bean» (1933). Elle forme aussi avec Polly Moran, avec qui elle avait déjà tourné quelques films dès 1927, un duo comique très apprécié dans «Caught Short» (1930), «Reducing» (1931), «Politics» (1931) et «Prosperity» (1932). En 1932 et 1933, elle est la vedette la plus populaire au box-office américain.

Épouse entre 1894 et 1921 du directeur de théâtre George Hoeppert, elle en aurait eu une fille morte en bas âge (information attendant encore une confirmation définitive). Compagne de l'homme d'affaire d'affaires James Dalton, elle prétendra l'avoir épousé au cours d'un faux mariage, la première femme de l'intéressé refusant obstinément le divorce. Décédé en 1921, son compagnon la laisse dans ce désarroi qui explique pour certains sa longue traversée du désert cinématographique.

Rattrapée par la maladie, elle entretient une amitié de quelques années avec l'actrice Claire Du Brey qui tiendra auprès d'elle, non sans faire naître de perfides rumeurs, un rôle de soignante dévouée. En 1934, victime d'un cancer, Marie Dressler disparaît en pleine gloire, nous laissant une courte filmographie d'une vingtaine de titres.

Marlène Pilaete, Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1914
TILLIE's PUNCTURED ROMANCE (Le roman comique de Charlot et Lolotte)
2
1917
TILLIE WAKES UP, de Harry DAVENPORT
 
3
1927
THE CALLAHANS AND THE MURPHYS, de George W.HILL
 
4
1928
THE PATSY (Une gamine charmante)
5
1929
THE HOLLYWOOD REVUE OF 1929 (Hollywood chante et danse) [Apparition]
6
1930
CHASING RAINBOWS, de Charles REISNER
 
7
1930
ANNA CHRISTIE
8
1930
ONE ROMANTIC NIGHT (Une nuit romanesque), de Paul L.STEIN
 
9
1930
CAUGHT SHORT (Pension de famille)
10
1930
LET US BE GAY (Soyons gais)
11
1930
MIN AND BILL, de George W.HILL
 
12
1930
REDUCING
13
1931
POLITICS, de Charles REISNER
 
14
1931
EMMA, de Clarence BROWN
 
15
1932
PROSPERITY (Prospérité)
16
1933
TUGBOAT ANNIE, de Mervyn LeROY
 
17
1933
DINNER AT EIGHT (Les invités de 8 heures)
18
1933
CHRISTOPHER BEAN/HER SWEETHEART
Éd. 9.1.4 : 30-12-2019