La bibliothèque de L'Encinématheque

María MERCADER (1917 / 2011)

María Mercader

Actrice espagnole, née María de la Asuncion Mercader Fordada, le 6 mars 1917 (1918 ?), à Barcelone (Catalogne, Espagne). Décédée le 26 janvier 2011, à Rome (Lazio, Italie).

María Mercader, fille de la haute bourgeoisie catalane, détient le privilège discutable d'être la demi-soeur de Ramón Mercader, miliant communiste espagnol devenu agent du NKVD et qui devait entrer dans l'Histoire en enfonçant un piolet dans la tête de Léon Trotsky (1940).

Enfant, elle débute dès l'âge de 5 ans à l’écran dans son pays natal en faisant, selon certaines sources, une apparition dans un film muet, «La bruja» (1923). Cependant, le véritable point de départ de sa carrière cinématographique est le rôle féminin principal de «Molinos de viento», tourné en 1937 et distribué en 1939. Elle part ensuite en France, où elle fait partie de la distribution de «L’étrange nuit de Noël» (Yvan Noé, 1939).

Mais c’est en Italie qu’elle connaît la consécration. Elle y est d’abord la vedette de «Il segreto inviolabile» (1939) et de sa version en espagnol, «Su mayor aventura».

Sa carrière de star est à son apogée durant la période 1940-1943 avec des titres comme, entre autres, «Dette d'honneur» (1940), «Brivido» (1941), «Le roi s'amuse» (distribué en 1941), «Se io fossi onesto» (1942), «Finalmente soli» (1942), «La fanciulla dell’altra riva» (1942), «I nostri sogni» (1943), «Il treno crociato» (1943), «Non sono superstizioso… ma !» (1943), etc.

Elle est également une des protagonistes de «El marido provisional» (1940), version en langue espagnole du film «Dopo divorziamo», dans laquelle elle reprend le rôle joué par Vivi Gioi dans la version en italien.

Elle retourne en outre en Espagne pour «Marianela» (1940) de Benito Perojo et pour la co-production italo-espagnole «Buongiorno, Madrid !/Madrid de mis suenos» (1942), réalisée en double version.

En 1944, durant l’occupation de Rome par les troupes allemandes, elle entame le tournage de «La porte du ciel», produit avec le concours du Vatican. En 1945, dans une ville libérée, elle reprend le chemin des studios avec «Le chant de la vie». La même année, le public a droit à la sortie de «Nessun torna indietro» et «L’ippocampo», réalisés en 1943 mais qui n’avaient pas été distribués vu la période troublée que connaissait alors l’Italie.

On la voit ensuite dans «Noël au camp 119» (1947), «Cuore» (1948), «Le chevalier mystérieux» (1948) et «Buongiorno, elefante !» (1952).

Par après, elle se consacre beaucoup à la vie familiale et sa filmographie est peu fournie.

On ne peut évoquer María Mercader sans parler de l’homme de sa vie, Vittorio De Sica, qu’on retrouve d’ailleurs à ses côtés dans plusieurs films. En effet, celui-ci fait sa connaissance lorsqu’il la dirige dans «Un garibaldino al convento» (1942) et s’en éprend bientôt. Ils vont vivre alors une longue et belle histoire d’amour, couronnée par la naissance de deux fils, Manuel (1949) et Christian (1951), tous deux futurs acteurs.

En 1954, la loi italienne ne le permettant pas, c’est au Mexique que le divorce de De Sica avec sa première femme est prononcé. Il épouse sa compagne dans le même pays en 1959, mais cette union n’est pas reconnue par le droit italien. Ce n’est qu’après avoir dû prendre la nationalité française qu’il peut enfin se marier officiellement en 1968 avec sa bien-aimée.

Après le décès de son époux, María Mercader racontera leur vie de couple dans un ouvrage autobiographique, «Un amour obstiné», et retrouvera les caméras à quelques occasions («Claretta» en 1984, «La casa del sorriso» en 1991) avant que son fils Christian ne la dirige dans «Il conte Max» (1991), remake d'un film interprété à deux reprises par Vittorio («Il signor Max» en 1937, «Il conte Max» en 1957).

Marlène Pilaete (complété par Christian Grenier)

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1937
MOLINOS DE VIENTO, de Rosario PI (Distribué en 1939)
 
2
1939
L'ÉTRANGE NUIT DE NOEL
3
1940
LA GERLA DI PAPÀ MARTIN (Dette d'honneur)
4
1940
IL RE SI DIVERTE (Le roi s'amuse)
5
1941
LA FORZA BRUTA
6
1941
IL PRIGIONIERO DI SANTA CRUZ
7
1941
DUE CUORI SOTTO SEQUESTRO, de Carlo Ludovico BRAGAGLIA
 
8
1941
BRIVIDO, de Giacomo GENTILOMO
 
9
1942
L'UOMO VENUTO DEL MARE, de Belisario L.RANDONE, Roberto de RIBON
 
10
1942
SE IO FOSSI ONESTO, de Carlo Ludovico BRAGAGLIA
 
11
1942
UN GARIBALDINO AL CONVENTO (Un garibaldien au couvent)
12
1942
MUSICA PROIBITA, de Carlo CAMPOGALLIANI
 
13
1942
MADRID DE MIS SUEÑOS, de Max NEUFELD, Gian Maria COMINETTI
 
14
1943
IL TRENO CROCIATO
15
1943
LA VITA È BELLA
16
1943
I NOSTRI SOGNI
17
1943
L'IPPOCAMPO, de Gian Paolo ROSMINO (Distribué en 1945)
 
18
1944
NESSUNO TORNA INDIETRO
19
1947
NATALE AL CAMPO 119 (Noël au camp 119)
20
1948
CUORE, de Duilio COLETTI
 
21
1948
IL CAVALIERE MISTERIOSO (Le chevalier mystérieux)
22
1951
BUONGIORNO, ELEFANTE! (Bonjour éléphant)
23
1984
CLARETTA
24
1991
LA CASA DEL SORRISO (La maison du sourire)
25
1991
IL CONTE MAX
Éd. 9.1.4 : 9-1-2020