La bibliothèque de L'Encinématheque

Grégoire 'Coco' ASLAN (1908 / 1982)

Grégoire Aslan

Acteur français, né Krikor Kaloust Arslanian, le 28 mars 1908, à Constantinople (Empire ottoman/Turquie). Décédé le 8 janvier 1982, à Breage (Cornouailles, Grande-Bretagne).

D'origine arménienne, le petit Krikor naquit à l'hôpital français de Constantinople. Après être passés par la Suisse, ses parents s'installent à Paris où ils inscrivent leur enfant au lycée Jeanson de Sailly.

Devenu rapidement polyglotte, celui-ci deviendra comédien sous deux appellations différentes : 'Coco' pour la comédie et Grégoire pour le drame. Le premier de ses prénoms date de ses débuts comme batteur au sein de l'orchestre de Ray Ventura où il chanta, comme les autres “collégiens”, des airs du librettiste André Hornez mis en musique par Paul Misraki ou Loulou Gasté. Amuseur du groupe, qualité qu'il partagea avec Henri Salvador, il nous gratifia en son temps de quelques refrains immémoriaux, comme «Tout va très bien, Madame la Marquise», «Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux ?» ou encore «Ca vaut mieux que d'attraper la scarlatine»…, enfin bref, rien de très existentiel !

Dans une France tournée vers la guerre, 'Coco' fit la connaissance de Jacqueline Dumonceau, sa jolie partenaire de «Les surprises de la radio» (1940) dont il fit sa première épouse. Marié, il quitte la formation musicale pour se joindre, avec sa compagne, à la troupe de Louis Jouvet en partance pour l'Amérique du Sud. Choix fort judicieux car le théâtre devait lui apporter ses plus grandes joies, lui offrant l'occasion de servir de grands maîtres tels que Henry Bernstein, Marcel Achard, Jean Giraudoux, etc. À son retour, après avoir participé à la création de l'opérette «La bonne hôtesse» (1946) en compagnie du jeune Bourvil, il est de la reprise de «L'invitation au château» de Jean Giraudoux au Théâtre de l'Atelier (1953).

Au cinéma, il obtient son premier rôle dramatique dans «Hans le marin» de François Villiers (1948), tourné à Marseille sur le roman d'Édouard Peisson, où, riche Brésilien, il se fait dire la bonne aventure par la bohémienne Lilli Palmer. Peu après, suivant le conseil de Claude Autant-Lara lui disant «Occupe-toi d'Amélie» (1949), c'est en prince slave qu'il courtise Danielle Darrieux, sémillante cocotte telle que l'a imaginée Georges Feydeau.

Notre joyeux drille nous gratifia de quelques compositions plus abouties, incarnant de curieux et inquiétants personnages, comme l'ignoble Ambilarès dans «Un homme marche dans la ville» de Marcello Pagliero (1949), le riche Ardéchois au chapeau haut-de-forme égaré sur le chemin de «L'auberge rouge» construite par Claude Autant-Lara (1951), d'une réputation sinistre remontant à l'époque des "Trois Glorieuses". Pour autant, si «Cet homme est dangereux» (1953), ce n'est pas de lui qu'il s'agit, mais bel et bien de Lemmy Caution, alias Eddie Constantine, le corrigeant à force coups de poings, mais faut dire qu'il l'avait bien cherché !

Avec le temps, notre 'Coco' mince et chevelu laissa la place à un Grégoire épaissi et dégarni, mais jouant toujours les gangsters, pour Orson Welles («Confidential Report» en 1955) ou «Les criminels» pour Joseph Losey (1960). C'est lui, oui, c'est lui, sous la jupette d'Hérode 1er, qui ordonna le massacre de tous les enfants juifs de Bethléem pour empêcher l'avènement du «Roi des rois» (Nicholas Ray, 1961) ! Nous ne serons donc pas étonnés de le retrouver en bagnard dans «Le diable à 4 heures» (1961) ou en compagnie de Frank Sinatra, il regagnera notre estime en sauvant des enfants lépreux d'une menace volcanique. Revenu du bon côté de la barrière judiciaire, il accompagnera, grand policier pour Interpol «Deux têtes folles» (Richard Quine, 1963) dans leurs imaginaires aventures destinées… au cinéma !

Comme on peut le voir, sa parfaite maîtrise de la langue anglaise aura voulu à notre ami Grégoire les faveurs de quelques productions hollywoodiennes tournées en Europe. Il nous reviendra tout de même très souvent, tout d'abord en espion soviétique confronté à «Une ravissante idiote» (1963) aux attraits bien garnis de Brigitte Bardot. En 1966, il rejoint son compatriote Henri Verneuil en chef de police plutôt retors tombant amoureux de Virna Lisi, épouse d'un Juif de la «25ème heure», laquelle ne se privera pas de l'envoyer roucouler dans le fumier de sa ferme ! Enfin, il fut à trois reprises l'interprète de l'auteur, réalisateur et producteur Claude Berri dans ces comédies douces-amères que sont «Mazeltov ou le mariage» (1968), «Le cinéma de papa» (1971) et «Sex Shop» (1972) dans lesquelles il promenait son inévitable silhouette juive à laquelle son physique le prédisposait.

Comme on le voit, Grégoire Aslan aura mené une longue carrière internationale, travaillant en France et en Grande-Bretagne, mais aussi en Allemagne («Une Chinoise aux nerfs d'acier» en 1973), aux Pays Bas («Bloedverwanten» en 1977) et en Italie («Sous dix drapeaux» en 1960, etc). En 1981, il chantait encore sur nos petits écrans, aux côtés de Sacha Distel et d'Henri Salvador, à l'occasion d'un hommage rendu à Ray Ventura (1908/1979), avant de faire une ultime apparition sur les planches au Théâtre du Lucernaire dans «Les amis», en compagnie de Laurent Terzieff et Pascale de Boysson.

Époux de la comédienne Denise Noël, ex-sociétaire de La Comédie Française, de 1948 à 1955, il aurait convolé en 3ème noces avec une certaine Ann Wigzell, information que nous n'avons pu confirmer. Il succomba en 1982 dans un petit village côtier des Cornouailles où il séjournait, foudroyé par une crise cardiaque. Ramenée sur le sol français, sa dépouille fut inhumée au cimetière nouveau de Neuilly-sur-Seine.

Yvan Foucart

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1938
FEUX DE JOIE
2
1939
TOURBILLON DE PARIS
3
1949
OCCUPE-TOI D'AMÉLIE
4
1949
UN HOMME MARCHE DANS LA VILLE
5
1950
LAST HOLIDAY (Vacances sur ordonnance)
6
1951
L'AUBERGE ROUGE
7
1951
PAS DE VACANCES POUR MONSIEUR LE MAIRE
8
1952
INNOCENTS IN PARIS (Week-end à Paris)
9
1953
LE BON DIEU SANS CONFESSION
10
1953
CET HOMME EST DANGEREUX
11
1953
LE CHEVALIER DE LA NUIT
12
1954
OASIS
13
1956
L'HOMME AUX CLEFS D'OR
14
1957
LE TRIPORTEUR
15
1957
WINDOM's WAY (Alerte en extrème orient)
16
1958
THE SNORKEL (Lhomme au masque de verre), de Guy GREEN
 
17
1958
LES TRIPES AU SOLEIL
18
1959
OUR MAN IN HAVANA (Notre agent à la Havane)
19
1960
INVASION QUARTET (L'escapade héroïque)
20
1961
KING OF KINGS (Le roi des rois)
21
1961
THE DEVIL AT 4 O'CLOCK (Le Diable à 4 heures)
22
1962
THE HAPPY THIEVES (Les joyeux voleurs)
23
1964
MAIN CHANCE, de John KNIGHT
 
24
1963
UNE RAVISSANTE IDIOTE
25
1964
CROOKS IN CLOISTERS
26
1964
THE YELLOW ROLLS-ROYCE (La Rolls-Royce jaune)
27
1964
LA FABULEUSE AVENTURE DE MARCO POLO
28
1965
THE HIGH BRIGHT SUN (Dernière mission à Nicosie)
29
1965
OUR MAN IN MARRAKESH (Opération Marrakech)
30
1966
LOST COMMAND (Les centurions)
31
1967
TIFFANY MEMORANDUM (Coup de force à Berlin)
32
1968
MAZEL TOV OU LE MARIAGE
33
1971
LE CINÉMA DE PAPA
34
1973
DAS MÄDCHEN VON HONGKONG (Une Chinoise aux nerfs d'acier), de Jürgen ROLAND
 
35
1973
THE GOLDEN VOYAGE OF SINBAD (Le voyage fantastique de Sinbad)
36
1978
MEETINGS WITH REMARKABLE MEN (Rencontre avec des hommes remarquables)
Éd. 9.1.4 : 11-1-2020