La bibliothèque de L'Encinématheque

Ward BOND (1903 / 1960)

Ward Bond

Acteur américain, né Wardell E. Bond, le 9 avril 1903, à Benkelman (Nebraska, U.S.A.). Décédé le 5 novembre 1960, à Dallas (Texas, U.S.A.).

Fils de John Bond, ouvrier de scierie, et de Mabel, le petit Wardell coule son enfance dans le Nebraska, aux côtés de sa soeur Berenice, jusqu'en 1919 où la famille s'installe à Denver (Colorado). Diplômé de la East High School de Denver, il entre à l'University of Southern California où il entreprend des études d'ingénieur. Solide, costaud, il pratique le football américain dans le cadre de cette scolarité, en compagnie, selon des sources probables, de celui qui deviendra un ami pour le solde de sa courte vie, Marion Robert Morrison, alias John Wayne.

En 1929, les deux compagnons, ainsi que plusieurs membres de leur team, sont sollicités par le “director” John Ford pour participer au film que celui-ci met en chantier, «Salute». Autour d'une rivalité sportive entre armée de terre et armée de l'air, les deux hommes apparaissent en compagnie d'un 3ème larron qu'ils cotôieront souvent, Jack Pennick. À cette occasion naît une amitié entre le réalisateur et son jeune acteur – encore de troisième catégorie – qui se concrétisera par plus d'une vingtaine de collaborations : «Patrouille en mer» (1938), «Vers sa destinée», «Sur la piste des Mohawks» (1939), «Les raisins de la colère» et «Les hommes de la mer» (1940), «La route au tabac» (1941, dans un rôle signifiant), «Les sacrifiés» (1945), «La poursuite infernale» (1946), «Dieu est mort» (1947), «Le massacre de Fort Apache», «Le fils du désert» (1948), «Le convoi des braves» (1950), «L'homme tranquille» (1952), «La prisonnière du désert» (1956) pour ne citer que les plus célèbres. Anecdote significative, il incarnera en 1957, sous le nom de John Dodge, le personnage de John Ford lui-même dans «L'aigle vole au soleil» pour ce qui demeure leur dernière chevauchée commune.

En attendant, son contrat repris par la Columbia, notre homme quitte la Fox Film Corporation de ses premiers travaux pour la petite compagnie de Harry Cohn. Souvent “prêté” à droite et à gauche, il joue de sa carrure en campant tour à tour les brutes stupides («Western Courage» en 1935,…) et les compagnons de lutte ou de beuverie («Patrouille en mer» en 1938,…) avec une gloutonnerie impensable de nos jours, affichant plus d'une centaine de titres dans la décennie d'avant guerre dont trente sortis au cours de la seule année 1935. Parmi cette profusion de titres, signalons sa collaboration avec William Wellman, en chef de train violeur dans «Wild Boys of the Road» ou en entraîneur de football dans «College Coach» (1933).

Acteur fidèle, Ward Bond fit également partie de la famille professionnelle de Frank Capra qui l'employa à 6 reprises : «Grande dame d'un jour» (1933), «New York-Miami» (1934, film “oscarisé”), «Broadway Bill» (1934), «Vous ne l'emporterez pas avec vous» (1938), «La vie est belle» (1946), «Jour de chance» (1950). C'est donc un acteur de composition déjà remarqué qui obtient ses galons de grand comédien en même temps que ceux de capitaine yankee dans «Autant en emporte le vent» (1939).

Dispensé de servir sous les drapeaux lors de la Seconde Guerre Mondiale en raison de crises d'épilepsie récurrentes, maladie qui ne sera rendue publique que quelques années après sa mort, Ward Bond aligne les grands titres à son tableau de chasse comme un boucher constitue un chapelet de saucisses : «Santa Fe Trail» (1940) «Sergeant York» (1941), «Le faucon maltais» (1941), «Gentleman Jim» (1942) en lutteur de foire impressionnant, «Les conquérants d'un nouveau monde» (1947)… jusqu'à apparaître dans «Jeanne d'Arc» (1948) en improbable chevalier au costume d'airain ! Au terme de sa carrière, l'acteur aura été au générique de 3 films honorés d'un oscar et 11 retenus pour la course finale à la précieuse statuette. Lorsque l'Americain Film Institute aura publié sa liste des 100 meilleurs films américains du XXème siècle, on s'apercevra qu'il aura été impliqué dans 7 d'entre eux !

Si les années cinquante ne le cèderont en rien aux décennies précédentes en ce qui concerne son pedigree («Johnny Guitar» en 1954 et «Rio Bravo» en 1959 pour ne citer que les plus célèbres de ses contributions), elles seront surtout révélatrices de l'état d'esprit très conservateur de notre vedette. Membre du Motion Picture Alliance for the Preservation of American Ideals dont le nom dit bien ce qu'il veut dire, anti-communiste notoire et ansémite déclaré, il fut l'un des chasseurs de sorcières les plus acharnés ayant sévi dans les forêts hollywoodiennes. Héros de la célèbre série télévisée «La grande caravane» (1957/1961) dont il incarnait le personnage du Major Seth Adams , il usait de son droit de regard sur le scénario pour favoriser ses idées décapantes – si le karcher avait existé, il aurait sûrement été le premier à en suggérer l'utilisation – et n'hésitait pas à manifester son antipathie envers ceux de ses collègues qui ne les partageaient pas.

Divorcé de Doris Sellers Childs (1936/1944), il prit pour épouse, dix années plus tard, Mary Louise May qui devait rester sa compagne jusqu'à sa disparition. Gratifié de son étoile sur le Hollywood Walk Of Fame (8-2-1960), il fut terrassé, à 53 ans, par une crise cardiaque dans un motel de Dallas, le 5 novembre 1960, quelques jours avant la défaite de son poulain Richard Nixon, battu par John Fitzgerald Kennedy dans la course à la Maison Blanche. Sans rancune, il lèguera à John Wayne, lecteur de son éloge funèbre, l'arme avec laquelle celui-ci lui avait occasionné involontairement une blessure lors d'une partie de chasse commune (non, ce n'était pas contre les “rouges” !). Incinéré, il aura voulu que ses cendres soient dispersées dans l'Océan Pacifique, quelque part entre Newport Beach et Catalina Island.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1929
SALUTE
2
1929
WORDS AND MUSIC [Non crédité]
3
1933
WILD BOYS OF THE ROAD (Enfants abandonnés)
4
1933
SON OF A SAILOR [Non crédité]
5
1933
COLLEGE COACH
6
1934
IT HAPPENED ONE NIGHT (New York-Miami) [Non crédité]
7
1934
THE CRIME OF HELEN STANLEY (Un drame à Hollywood)
8
1935
TIMES SQUARE LADY, de George B.SEITZ [Non crédité]
 
9
1935
FIGHTING SHADOWS, de David SELMAN
 
10
1935
WESTERN COURAGE, de Spencer Gordon BENNET
 
11
1936
AVENGING WATERS, de Spencer Gordon BENNET
 
12
1936
CONFLICT
13
1937
YOU ONLY LIVE ONCE (J'ai le droit de vivre)
14
1938
PRISON BREAK, d'Arthur LUBIN
 
15
1938
YOU CAN'T TAKE IT WITH YOU (Vous ne l'emporterez pas avec vous) [Non crédité]
16
1938
SUBMARINE PATROL (Patrouille en mer)
17
1939
THE OKLAHOMA KID (Terreur à l'ouest)
18
1939
Mr.MOTO IN DANGER ISLAND (Monsieur Moto en péril) [Non crédité]
19
1939
YOUNG Mr.LINCOLN (Vers sa destinée)
20
1939
DUST BE MY DESTINY (Jeunesse triomphante) [Non crédité]
21
1939
DRUMS ALONG THE MOHAWK (Sur la piste des Mohawks)
22
1939
GONE WITH THE WIND (Autant en emporte le vent)
23
1940
THE GRAPES OF WRATH (Les raisins de la colère)
24
1940
LITTLE OLD NEW YORK
25
1940
THE LONG VOYAGE HOME (Les hommes de la mer)
26
1940
SANTA FE TRAIL (La piste de Santa Fe)
27
1941
TOBACCO ROAD (La route au tabac)
28
1941
A MAN BETRAYED
29
1941
SERGEANT YORK (Sergent York)
30
1941
THE SHEPHERD OF THE HILLS (Le retour du proscrit)
31
1941
MANPOWER (L'entraîneuse fatale)
32
1941
THE MALTESE FALCON (Le faucon maltais)
33
1942
THE FALCON TAKES OVER [Non crédité]
34
1942
SIN TOWN
35
1942
GENTLEMAN JIM
36
1943
A GUY NAMED JOE (Un nommé Joe)
37
1944
HOME IN INDIANA (Le jockey de l'amour)
38
1944
TALL IN THE SADDLE (L'amazone aux yeux verts)
39
1945
DAKOTA (La femme du pionnier)
40
1945
THEY WERE EXPENDABLE (Les sacrifiés)
41
1946
CANYON PASSAGE (Le passage du canyon)
42
1946
MY DARLING CLEMENTINE (La poursuite infernale)
43
1946
IT'S A WONDERFUL LIFE (La vie est belle)
44
1947
UNCONQUERED (Les conquérants d'un nouveau monde)
45
1947
THE FUGITIVE (Dieu est mort)
46
1948
FORT APACHE (Le massacre de Fort Apache)
47
1948
THE TIME OF YOUR LIFE (Le bar aux illusions), de H.C.POTTER
 
48
1948
TAP ROOTS (Le sang de la terre)
49
1948
JOAN OF ARC (Jeanne d'Arc)
50
1948
3 GODFATHERS (Le fils du désert)
51
1950
WAGON MASTER (Le convoi des braves)
52
1950
KISS TOMORROW GOODBYE (Le fauve en liberté)
53
1951
ONLY THE VALIANT (Fort Invincible)
54
1951
OPERATION PACIFIC (Opération dans le Pacifique)
55
1951
ON DANGEROUS GROUND (La maison dans l'ombre)
56
1952
THE QUIET MAN (L'homme tranquille)
57
1953
BLOWING WILD (Le souffle sauvage)
58
1953
HONDO (Hondo, l'homme du désert)
59
1954
GYPSY COLT (Le poulain noir)
60
1954
JOHNNY GUITAR (Johnny Guitare)
61
1954
THE BOB MATHIAS STORY
62
1955
THE LONG GRAY LINE (Ce n'est qu'un au revoir)
63
1955
MISTER ROBERTS (Permission jusqu'à l'aube)
64
1955
A MAN ALONE (L'homme traqué)
65
1956
THE SEARCHERS (La prisonnière du désert)
66
1956
PILLARS OF THE SKY (Les piliers du ciel)
67
1956
THE HALLIDAY BRAND
68
1957
THE WINGS OF EAGLES (L'aigle vole au soleil)
69
1958
CHINA DOLL
70
1959
RIO BRAVO
Éd. 9.1.4 : 17-11-2019