La bibliothèque de L'Encinématheque

Madeleine GUITTY (1870 / 1936)

Madeleine Guitty

Actrice française, née Marguerite-Madeleine Guichard, à Corbeil-Essonnes (Seine-et-Oise, Francee), le 5 juillet 1870. Décédée le 12 avril 1936, à Paris (Seine, France).

Son père était avoué, son frère sera journaliste mais pour Marguerite-Madeleine, c'était une évidence : elle avait un don pour la comédie. "Gosse de dix-huit ans toute maigrichonne" si l'on en croit l'article nécrologique paru dans Comoedia (1936), elle débute aux Bouffes-Parisiens dans une revue de Numès. Certes, elle n'est guère gracieuse mais elle fait rire lorsqu'elle chante au café-concert, en s'accompagnant à la guitare, des textes humoristiques de son invention. La quarantaine venue, elle gagne en volume et en notoriété : sur la scène des Variétés ou des Folies-Dramatiques, ses compositions cocasses sont mises en exergue par la critique, qu'elle joue Mégara, une surprenante vestale d'opérette, dans «Le fruit défendu» (1920), Mme Pingret, la marchande de poisson "… burlesque, bouffonne" dans «Ciboulette» de Reynaldo Hahn (1923) ou Mme Bouchetru, "… grandiose caricature" de concierge dans «Deux fois deux» (1932). «Les surprises d'une nuit d'amour» (1920) – où elle joue Frédégonde Cressonnois ! - lui vaut chaque soir une ovation du public lorsqu'elle entonne son «Duo des giroflées et des bégonias» avec Carlos Avril. Elle joue aussi Colette à deux reprises – «Claudine à Paris» et «Chéri» – et signe, en collaboration avec Paul Bonhomme, quelques vaudevilles. En 1926, le Grand-Guignol programme «Cette pauvre Élisa», pièce dont elle est l'auteur.

Ses débuts à l'écran dans une adaptation de «L'affaire de la rue de Lourcine» de Labiche datent de 1909 : jusqu'à sa disparition, vingt-sept ans plus tard, elle ne quittera pratiquement jamais l'affiche. Partenaire du comique Prince Rigadin dans «Votre femme vous trompe» (1911), femme de Sancho Pança dans un «Don Quichotte» de 1912, elle sera dirigée par d'illustres pionniers comme Georges Monca, Albert Capellani et surtout Louis Feuillade qui l'enrôle à cinq reprises et c'est ainsi qu'elle tient le rôle principal de son court métrage «Les millions de la bonne» (1913) avant d'être la mairesse de «L'illustre Mâchefer» (1914). Femme au verbe haut (même dans un film muet !), elle avait déjà rejoint sans effort la cohorte des «Femmes députés» (1911). Elle connaît un succès personnel dans «La fille des chiffonniers» (1922) et travaille deux fois avec la féministe Germaine Dulac pour «Gossette» (1923) et «La souriante Madame Beudet» (1923) où elle malmène Jean d'Yd, son échalas de mari. Trois ans plus tard, mégère aux papillotes, elle pointe un index menaçant vers un époux apeuré et lui intime : "Va promener le chien !" (1926). Elle côtoie quelques monstres sacrés comme Sarah Bernhardt dans «Jeanne Doré» (1915) ou Gloria Swanson qui tourne en France «Madame Sans-gêne» (1925). Pour René Clair, elle sera Annette, la bonne dans «Les deux timides» (1928), encore un Labiche et peut-être le seul vrai classique de sa filmographie.

Chez Feuillade, on l'appelait la Chaloupié ou la Pétoulin ; au générique de «La malchanceuse» (1923), elle était simplement "la mégère"… Les scénaristes des années 30 vont redoubler d'imagination pour l'affubler de patronymes cocasses, à commencer par Mme Grosminet, la marchande de journaux qui tape la causette avec Maurice Chevalier dans «Paramount en parade» (1930). Après la mère Titine, la mère Moscou, Mme Gras ou “la boule”, pourquoi ne pas verser dans l'ironie vacharde ? La voilà nommée Fleur de printemps, Mme Portebeaux, Aurélie Mignon ou la belle Régina… Au rayon des vieilles peaux folkloriques, retenons la mère Tomeff qui tient boutique aux puces de Saint-Ouen dans «Bric-à-brac et Cie » (1931) ou Mme Charignoul, la patronne du bistrot de «Cœur de lilas» (1931). Dans un autre film d'Anatol Litvak, «Cette vieille canaille» (1933), elle dirige un stand de tir et prendrait volontiers le riche Harry Baur comme gendre. À elle les femmes du peuple au caractère bien trempé comme la concierge d'«Un chien qui rapporte» (1931), l'habilleuse de Joséphine Baker dans «Zouzou» (1934) ou la bonne de l'inspecteur Cocantin (Marcel Vallée) dans «Judex 34» (1933, film réalisé par Maurice Champreux, le gendre de Feuillade). Brave cuisinière, elle tient une trattoria vénitienne dans «Barcarolle» (1935), mitonne les repas plantureux de «L'ami Fritz» (1933) et rassure les jeunes filles effrayées à l'idée du mariage comme Sylvia Bataille dans «Adémaï aviateur» (1934). Gouvernante d'un milliardaire excentrique (Max Dearly) dans «Un oiseau rare» (1935), elle pleure d'émotion lorsqu'il la traite d'idiote dévouée !

Avant Darry-Cowl dans le film de Resnais, elle joue et chante le rôle de Mme Foin, la concierge de «Pas sur la bouche» (1931) et participe à d'autres opérettes filmées comme «La fille de Madame Angot» (1935) et surtout «Ciboulette» (1933), reprise de son succès sur les planches. À l'occasion, elle incarna de fameuses mégères de la littérature populaire comme l'ogresse dans «Les mystères de Paris» (1922) ou l'odieuse et grotesque mère Driscoll de «Sans famille» (1934). Pourtant, c'est la comédie qu'elle préfère et les costumiers l'aident à forcer la note : vêtue de châles défraîchis et de tabliers de souillon, en bigoudis ou un galurin grotesque sur le crâne, et même boudinée dans sa nuisette, elle se fiche pas mal de son apparence et c'est ainsi qu'elle plaît au public. Second rôle de poids, elle semble apprécier tout spécialement certains partenaires comme Paulette Dubost qui tient la vedette de «L'auberge du Petit-Dragon» (1934) et «La rosière des Halles» (1935) ou Fernand Gravey qu'elle croise en pleine ascension sociale dans «Si j'étais le patron» (1934) puis en musicien travesti dans «Fanfare d'amour» (1935) : sous le patronyme de Lydia Fidéli, elle y dirige l'orchestre féminin des Tulipes, ancêtre de celui de Sweet Sue dans «Certains l'aiment chaud». Elle joue la mère d'Albert Préjean, le coureur cycliste de «Rivaux de la piste» (1932), et même celle d'un Buster Keaton égaré dans «Le roi des Champs-Elysées» (1934) ! C'est Fernandel qu'elle retrouve le plus souvent, tant dans les courts métrages qui l'ont lancé comme «La meilleure bobonne» de Marc Allégret (1930) que dans les vaudevilles où il gagne ses galons de vedette, «Les gaîtés de la finance» (1935) et «Ferdinand le noceur» (1935).

Au printemps 1935, elle joue au Vieux Colombier la mère Mêlée dans «Grisou», une pièce de Pierre Brasseur. Comme si elle savait le temps compté – elle mourra des suites d'une opération le dimanche de Pâques 1936 – elle tourne cette année-là vingt-et-un films dont «Haut comme trois pommes» où son nom paraît le premier sur l'affiche. Cette artiste populaire, qui fumait volontiers la pipe, vivait simplement, rue Rochechouart. On la retrouve sur un album paru en 2006, «Quand les comédiens chantaient», interprétant deux airs coquins, «La chanson du spahi» et «Elle a z'un beau pyjama, Emma ! »

Jean-Paul Briant

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1922
LES MYSTÈRES DE PARIS, Ciné-roman en 12 épisodes
2
1923
LA SOURIANTE MADAME BEUDET, Moyen métrage
3
1923
LA SIN VENTURA (La malchanceuse), de DONATIEN
 
4
1925
PARIS EN CINQ JOURS
5
1928
LES DEUX TIMIDES
6
1930
LA MEILLEURE BOBONNE, de Marc ALLÉGRET (Court métrage)
 
7
1931
MAGIE MODERNE
8
1931
BRIC-À-BRAC ET COMPAGNIE, Moyen métrage
9
1931
PAS SUR LA BOUCHE
10
1931
LA CHANCE
11
1931
UN CHIEN QUI RAPPORTE
12
1931
COEUR DE LILAS
13
1932
LE PICADOR
14
1932
LES AS DU TURF
15
1932
AVEC L'ASSURANCE
16
1932
STRICH DURCH DIE RECHNUNG / RIVAUX DE LA PISTE [Version française]
17
1933
L'AMI FRITZ
18
1933
CETTE VIEILLE CANAILLE
19
1933
CIBOULETTE
20
1934
LA CINQUIÈME EMPREINTE / LILAS BLANC
21
1934
SI J'ÉTAIS LE PATRON
22
1934
LA PORTEUSE DE PAIN
23
1934
LE ROI DES CHAMPS-ÉLYSÉES
24
1934
ZOUZOU
25
1935
FERDINAND LE NOCEUR
26
1935
UN OISEAU RARE
27
1935
FANFARE D'AMOUR
Éd. 9.1.4 : 4-2-2020