La bibliothèque de L'Encinématheque

Jean PARKER (1912 ? 1915 ? 1917 ? / 2005)

Jean Parker

Actrice américaine, née Lois Mae Green, le 11 août 1915, à Deer Lodge (Montana, U.S.A.). Décédée le 30 novembre 2005, à Los Angeles (Californie, U.S.A.).

Un petit mystère plane sur les origines de cette charmante actrice. Outre quelques incertitudes sur l'année de sa naissance, il faut ajouter celles entourant son véritable patronyme. Née officiellement Lois Mae Green depuis le recensement de 1930, elle déclara, dans une interview accordée en 1972, que cette identité fut usurpée : elle serait née en 1912, à Butte (Montana), sous le nom de Luise Stephanie Zelinska, de descendance polonaise. Nonobstant cette révélation, la plupart de ses biographes la considèrent fille d'un trappeur du Dakota du Sud, Lewis Andrew Green (1887/1965), et d'une jeune femme de confession presbytérienne, Melvina Burch (1896/1967).

Ses parents séparés alors qu'elle n'est encore qu'une enfant, elle suit son père reconverti en chef cuisinier à l'Hotel Green de Pasadena, l'homonymie éventuelle n'étant que le fruit du hasard. Placée dans une famille d'accueil, elle s'adonne, adolescente, aux pratiques de la gymnastique, de la danse et de l'équitation, activités qui lui serviront plus tard. Douée pour le dessin, la jeune femme qu'elle est devenue entame des études artistiques à la John Muir High School de Pasadena et envisage de devenir styliste de mode.

Au début des années trente, elle est remarquée sur photographie, cavalière et concurrente couronnée du Pasadena Tournament of Roses, par Ida Koverman, secrétaire de Louis B. Mayer, laquelle la décide, contrat à la clef, à s'installer à Hollywood. Ainsi commence pour l'actrice, avec «Divorce in the Family» (1932), une carrière fort honorable que nous découvrirons articulée en deux volets.

Après quelques apparitions ingénues dans des rôles mineurs – princesse Maria dans «Raspoutine and the Empress» (1932),… – ou secondaires – «The Secret of Madame Blanche» avec Irene Dunne (1933),… – , elle obtient son premier rôle conséquent, “prêtée” pour l'occasion à la Columbia, sous la houlette de Frank Capra dans «Lady for a Day» (1933). Elle enchaîne sous les caméras de George Cukor dans «Les 4 filles du Dr.March», incarnant la touchante Elizabeth, malheureuse victime d'une scarlatine fatale. Subjuguée par Gary Cooper dans «Operator Thirteen» (1933), elle obtient enfin un premier rôle avec «Two Alone» d'Elliott Nugent (1933) avant, gitane amoureuse, de disputer à la comtesse Loretta Young les beaux yeux du tzigane Charles Boyer dans la version américaine de «Caravan» (Erik Charell, 1934). Heureuse que «Sequoia» (1934) ait su répondre à son amour réel des animaux , elle donna également la réplique au noble descendant d'un «Fantôme à vendre» dont le spectre put furtivement impressionner une pellicule de René Clair datant de 1936. Par la suite, elle fit les yeux doux à un Texas Ranger émanant de «La légion des damnés» (1936) conduite de main de maître par un King Vidor des meilleurs jours.

Un avenir prometteur se dessinait donc pour celle que l'on annonçait parmi les futures grandes stars de la firme au lion lorsque celle-ci prit la fâcheuse initiative d'épouser un obscur journaliste, George Mac Donald (1937), détruisant ainsi l'image d'ingénue que les studios s'efforçaient à construire pour elle. Déconsidérée par ses patrons, offensée de leur attitude, elle oeuvra pour que son contrat soit cédé à la Columbia de Harry Cohn. Dès lors, caracolée d'un studio à un autre, éternellement condamnée aux basses oeuvres cinématographiques, Jean Parker ne verra plus jamais son nom apparaître au fronton des grandes salles américaines en tant que vedette d'une production de premier plan. Tout ça pour déboucher rapidement sur un divorce (1940) !.

Pour autant, l'actrice poursuivra son parcours professionnel avec le même investissement, que ce soit à l'ombre d'un Oliver Hardy en vacances de Stan Laurel («Zenobia», 1939) ou en duo avec son inévitable compère («Laurel et Hardy conscrits», 1939). Tout aussi à l'aise dans la comédie («The Arkansas Traveler» en 1938,…) que dans le drame («Parents on Trial» en 1939,…), elle ira jusqu'à jouer les Sherlock Holmes en jupons dans «Detective Kitty O'Day» et sa séquelle «The Adventures of Kitty O'Day» (1944). Pendant la guerre, outre qu'elle s'engagea effectivement dans le service féminin de réconfort aux blessés, elle participa à la propagande ambiante dans des oeuvrettes militaires («Son of the Navy» en 1940,…), compagne ou épouse récurrente de Richard Arlen («Power Dive» et «Flying Blind» en 1941, «Torpedo Boat» en 1942, «Minesweeper» en 1943,…). En civil, c'est Chester Morris qui la tint le plus fréquemment dans ses bras («No Hands on the Clock» en 1941, «I Live on Danger» en 1942), nos deux héros se la disputant dans «Wrecking Crew» (1942). À la même époque, elle partagea l'affiche en compagnie de celui qui devait devenir son quatrième et dernier époux, Robert Lowery («The Navy Way», 1944). Tous ces titres, comme beaucoup d'autres, furent déclinés dans des moyens métrages de série “B” destinés à être projetés avant le “grand film”, entre les peanuts et les ice creams ! Quant aux signatures de Frank McDonald, Charles Lamont William Beaudine ou William Berke, elles donnent la mesure de la peine infligée à cette étoile privée de lumière !

Face à l'ingratitude des producteurs à son égard, Jean Parker chercha des consolations sur les planches. Elle fit ses débuts à Broadway dans «Loco» dès 1946, avant de remplacer Judy Holliday dans la création de «Born Yesterday». Sa réapparition à l'écran fut une heureuse surprise, amie d'âge avancée du résigné et tragique “gunfighter” Gregory Peck, devenu une véritable «Cible humaine» (Henry King, 1950).

Par la suite, mère de Robert Lowery Jr (1952), elle prit ses distances avec le septième art – à moins que ce ne fut l'inverse –, s'adonnant à son ancien lobby de styliste davantage comme passe-temps que source de profit. En 1966, après une dernière chevauchée «Sur la piste des Apaches», l'actrice choisit de se retirer du monde du spectacle. Grand-mère à deux reprises de son unique enfant, elle finit ses jours, à partir de 1998, à la Motion Picture Country Home de Woodlands Hills où elle succomba à des complications consécutives à un accident vasculaire cérébral.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie

Interprétations
LgAnTitre  
11932RASPUTIN AND THE EMPRESS (Raspoutine et l'impératrice)
21933THE SECRET OF MADAME BLANCHE (Le secret de Madame Blanche)
31933LADY FOR A DAY (Grande dame d'un jour)
41933LITTLE WOMEN (Les quatre filles du Dr.March)
51933OPERATOR THIRTEEN (L'agent N° 13)
61933TWO ALONE de Elliott NUGENT 
71934LAZY RIVER de George B.SEITZ 
81934CARAVAN / CARAVANE
91934A WICKED WOMAN de Charles BRABIN 
101934LIMEHOUSE BLUES d'Alexander HALL 
111934SEQUOIA de Chester M.FRANKLIN 
121935PRINCESS O'HARA de David BURTON 
131936THE GHOST GOES WEST (Fantôme à vendre)
141936THE FARMER IN THE DELL de Ben HOLMES 
151936THE TEXAS RANGERS (La légion des damnés)
161937THE BARRIER de Lesley SELANDER 
171937LIFE BEGINS WITH LOVE de Ray McCAREY 
181938PENITENTIARY (Prison centrale)
191938ROMANCE OF THE LIMBERLOST
201938THE ARKANSAS TRAVELER
211939ROMANCE OF THE REDWOODS de Charles VIDOR 
221939ZENOBIA (Deux bons copains)
231939SHE MARRIED A COP de Sidney SALKOW 
241939FLIGHT AT MIDNIGHT de Sidney SALKOW 
251939PARENTS ON TRIAL de Sam NELSON 
261939FLYING DEUCES (Laurel et Hardy conscrits)
271940SON OF THE NAVY de William NIGH 
281940BEYOND TOMORROW
291941ROAR OF THE PRESS de Phil ROSEN 
301941POWER DIVE de James P.HOGAN 
311941FLYING BLIND de Frank McDONALD 
321941THE PITSBURGH KID de Jack TOWNLEY 
331941NO HANDS ON THE CLOCK de Frank McDONALD 
341942THE GIRL FROM ALASKA de Nick GRINDE 
351942HELLO, ANNAPOLIS de Charles BARTON 
361942I LIVE ON DANGER de Sam WHITE 
371942HI, NEIGHBOR de Charles LAMONT 
381942WRECKING CREW de Frank McDONALD 
391942THE TRAITOR WITHIN de Frank McDONALD 
401943ALASKA HIGHWAY de Frank McDONALD 
411943MINESWEEPER de William BERKE 
421943THE DEERSLAYER de Lew LANDERS 
431944THE NAVY WAY de William BERKE 
441944LADY IN THE DEATH HOUSE
451944DETECTIVE KITTY O'DAY de William BEAUDINE 
461944ONE BODY TOO MANY
471944DEAD MAN's EYES
481944BLUEBEARD (Barbe Bleue)
491944ADVENTURES OF KITTY O'DAY de William BEAUDINE 
501950THE GUNFIGHTER (La cible humaine/L'homme aux abois)
511952TOUGHEST MAN IN ARIZONA de R.G.SPRINGSTEEN 
521954BLACK TUESDAY (Mardi, ça saignera)
531955A LAWLESS STREET (Ville sans loi)
541957THE PARSON AND THE OUTLAW (Le retour de Billy the Kid) d'Oliver DRAKE 
Éd.8.1.3 : 24-10-2017