La bibliothèque de L'Encinématheque

Memmo CAROTENUTO (1908 / 1980)

Memmo Carotenuto

Acteur italien, né Guglielmo Carotenuto, le 23 août 1908, à Rome (Italie). Décédé le 23 décembre 1980, à Rome (Italie). La plupart de ses biographes le déclarent né le 24 juillet, tandis que l'acte officiel mentionne une déclaration faite le 28 août pour une naissance survenue le "23 du mois courant" : donc acte, si j'ose dire !

Fils de Rafael 'Nello' Carotenuto, acteur italien du cinéma muet, Memmo Carotenuto fait partie d'une petite dynastie de comédiens qui, complétée de ses descendants, commence à être conséquente. Frère aîné de Mario Carotenuto comme chacun sait, il est aussi le père de Bruno Carotenuto qui fit quelques apparitions à l'écran dans les annés soixante – notamment dans «Pour une poignée de dollars» (1964) – et de Nennella, fugitive actrice dans la décennie précédente.

Suivant son père dans ses tournées théâtrales, l'enfant apparaît très jeune sur scène, débutant dès l'âge de huit ans au sein de la compagnie Bacci-Gambini. Diplôme de comptable en poche (1925), il se dirige nénamoins vers une carrière de fantaisiste et apparaît pour sa première prestation professionnelle dans une revue montée par l'impresario Achille Maresca avant de rejoindre le Théâtre Futuriste de Marinetti.

Il entre dans le milieu cinématographique par la petite porte, en tant qu'assistant maquilleur. Mais sa voix profonde et rocailleuse, doublée d'une diction remarquable, lui permet de faire ses premières apparitions à l'écran avant-guerre («Vecchia guardia» de Blasetti en 1934, «Lorenzino De' Medici» de Brignone). Perruquier royal dans «La Tosca» de Carl Koch (1940), il rejoint, en 1943, la compagnie cinématographique Scalera qui a suivi Benito Mussolini dans sa "République Sociale Italienne" – plus connue sous le nom de "République de Salò" –, décrochant ainsi un petit rôle dans le «Sans famille» de Giorgio Ferroni (1944-1945).

À l'âge de 44 ans, il accède enfin à la notoriété en interprétant le voisin de chambre de ce pauvre «Umberto D.» dont l'histoire nous est narrée par Vittorio De Sica (1952) dans un (néo-)réalisme qui fera école. Dès lors, il n'arrêtera plus de tourner, enchaînant les apparitions comme d'autres enfilent des perles : 80 films dans la décennie, dont une vingtaine pour la seule année 1957. Pour autant, s'il se compromit parfois dans de basses oeuvres, («Le vacanze de Sor Clemente» en 1954, «Carovana di canzoni» de Sergio Corbucci en 1955, «Cantanto sotto lo stelle» de Marino Girolami en 1957, «Io, mammeta e tu» de Carlo Ludovico Bragaglia en 1958, «La Pica sul Pacifico» de Roberto Bianchi Montero en 1959, etc), il fit régulièrement le bonheur des plus grands noms du cinéma italien qui l'associèrent à quelques unes de leurs oeuvres majeures («Pain, amour et fantaisie» de Luigi Comencini en 1953, «Casa Ricordi» de Carmine Gallone en 1954, «Dommage que tu sois une canaille» d'Alessandro Blasetti en 1955), «Belle ma povere» de Dino Risi en 1957, etc).

À l'inverse de son frère habitué aux costumes taillés droits, Memmo Carotenuto incarna le plus souvent des hommes du peuple, qu'ils soient vêtus du bleu de chauffe d'un humble prolétaire («Gli onorevoli» en 1963, «Le sorprese dell'amore» en 1959,…), du képi d'un sous officier sans médaille («L'allegro squadrone» en 1954, «Pain, amour et jalousie» en 1954, «Ragazzi della marina» de Francesco de Robertis en 1958,…) ou de l'uniforme d'un quelconque petit fonctionnaire («Le moment le plus beau» en 1957, «Totò e Marcellino» en 1958, «Le ambiziose» en 1960,…). Si les deux frangins foulèrent parfois un même plateau («I piaceri dello scapolo» en 1959, «Mariti in pericolo» en 1960,…), ils ne firent pas toujours scène commune («Susanna tutta panna» de Steno en 1957, «Tuppe-tuppe, masrescià» en 1958,…) et leurs différences n'en étaient que plus évidentes.

Essentiellement cantonné dans une carrière nationale, Memmo n'en agrémenta pas moins quelques uns de nos écrans nationaux dans des co-productions destinées aux deux marchés. On put ainsi le remarquer Dans «Chéri-Bibi» (1954), «Le confident de ces dames» (1959), «Cocagne» (1960) et, bien sûr, «La grande bagarre de Don Camillo» (1955) pour la première de ses trois confrontations avec Fernandel. Même pas sûr qu'il ait franchi les Alpes à ces rares occasions et sa seule contribution au cinéma américain («L'adieu aux armes», 1957) ne l'obligea pas davantage à abandonner sa Rome natale.

Pour terminer le rapide survol de la prolifique carrière de cet acteur insatiable, mentionnons son rôle le plus célèbre, celui du “cerveau” malintentionné à la recherche du «Pigeon» susceptible de prendre sa place derrière les barreaux (Mario Monicelli, 1958), le temps d'une vilaine affaire, et ses collaborations avec son vieux collègue des "Revues Achille Maresca", l'inénarrable Totò («I tre ladri» en 1954, «Gambe d'or» en 1958,…).

Lorque la télévision commença à arracher quelques lambeaux au costume fatigué du cinéma transalpin, Memmo Carotenuto, alors sexagénaire, s'égara dans les plaines de l'ouest-spaghetti («Di Tresette ce n'è uno, tutti gli altri son nessuno» en 1973), succomba au démon de midi («Grazie tante, arrivederci» en 1977) avant de tirer sa révérence quelques semaines après la sortie de son dernier clin d'oeil cinématographique, inévitablement revêtu du costume d'un cheminot dont la tâche fut rendue agréable, malgré une cécité de circonstance, par l'obsession affichée de Sylvia Kristel de faire «L'amour en première classe» (1980).

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie

Interprétations
LgAnTitre  
11952UMBERTO D.
21953LA DOMENICA DELLA BUONA GENTE
31953PANE, AMORE E FANTASIA (Pain, amour et fantaisie)
41954L'ALLEGRO SQUADRONE (Les gaietés de l'escadron)
51954I TRE LADRI (Les trois voleurs)
61954CASA RICORDI (La maison du souvenir)
71954PANE, AMORE E GELOSIA (Pain, amour et jalousie)
81954CHÉRI-BIBI
91954LE VACANZE DEL SOR CLEMENTE
101955PICCOLA POSTA
111955PECCATO CHE SIA UNA CANAGLIA (Dommage que tu sois une canaille)
121955CAROVANA DI CANZONI, de Sergio CORBUCCI de Sergio CORBUCCI 
131955DON CAMILLO E L'ONOREVOLE PEPPONE (La grande bagarre de Don Camillo)
141956CANTANDO SOTTO LE STELLE de Marino GIROLAMI 
151956IL BIGAMO (Le bigame)
161956GUARDIA, GUARDIA SCELTA, BRIGADIERE E MARESCIALLO
171956MIO FIGLIO NERONE (Les week-ends de Néron)
181957IL MOMENTO PIÙ BELLO (Le moment le plus beau)
191957SUSANNA TUTTA PANNA
201957CLASSE DI FERRO
211957MARITI IN CITTÀ
221957I DRITTI (Jeunesse romaine) de Mario AMENDOLA 
231958RAGAZZI DELLA MARINA
241958GAMBE D'ORO
251958TUPPE-TUPPE, MARESCIÀ! / È PERMESSO MARESCIALLO
261958IO, MAMMETA E TU
271958TOTÒ E MARCELLINO (Mon gosse)
281958I SOLITI IGNOTI (Le pigeon)
291958POLICARPO, "UFFICIALE DI SCRITTURA"
301959LA PICA SUL PACIFICO
311959LE CONFIDENT DE CES DAMES / PSICANALISTA PER SIGNORA
321959LE SORPRESE DELL'AMORE
331959I PIACERI DELLO SCAPOLO
341960MARITI IN PERICOLO
351960LE AMBIZIOSE
361962IL GIORNO PIÙ CORTO (Le jour le plus court) [Apparition]
371963GLI ONOREVOLI
381964CASANOVA '70
3919667 MONACI D'ORO de Marino GIROLAMI 
401980UN AMOR IN PRIMERA CLASSE (L'amour en première classe)
Éd.8.1.3 : 31-10-2017