La bibliothèque de L'Encinématheque

Claude AKINS (1918 / 1994)

Claude Akins

Acteur américain, né Claude Marion Akins, le 25 mai 1918, à Nelson, Georgie (U.S.A.). Décédé le 27 janvier 1994, à Altadena, Californie (U.S.A.).

Claude Akins – que beaucoup font naître en 1926 – est le fils d'un tailleur de pierres, qui deviendra plus tard officier de police, et d'une mère au foyer dont il gardera le souvenir de l'excellente cuisine familiale. On lui connaît une soeur aînée, Hazel.

Six mois après la naissance du petit dernier, la famille s'installe à Bedford (Indiana) où, marteau et burin en mains, le papa s'active dans une carrière locale. L'enfant a tout juste 5 ans lorsqu'il se produit une première fois en public dans un lieu de culte, expérience dictée par les circonstances et qui restera longtemps sans lendemain.

Son pays embarqué dans le Second Conflit Mondial, le jeune homme qu'il est devenu est appelé à servir dans le Army Signal Corps, successivement aux Indes, en Birmanie et aux Philippines. Démobilisé, il reprend ses études à la Northwestern University d'Evanston où il découvre accessoirement l'art dramatique. Comme il faut bien vivre, il accepte un emploi de vendeur de produits du bâtiment dans une société d'Abingdon ( Virginie). Le président de la compagnie, grand amateur de théâtre, lui met le pied à l'étrier en le faisant entrer au Barber Theater de la ville, une curieuse petite association artistique dont les spectateurs peu fortunés pouvaient régler leur entrée avec de la nourriture et autres produits d'échange.

En 1948, fort de son expérience, il décide de vendre sa motocyclette pour pouvoir s'installer à New York où il décroche un rôle sur les planches, “on Broadway”, dans  «The Rose Tattoo», avec Eli Wallach et Maureen Stapleton, aventure qui décidera de son avenir de comédien. La pièce étant couronnée par une tournée “en province” occupe notre homme pendant plusieurs mois.

En 1952, celui-ci épouse Therese 'Pie' Fairfield, la soeur d'un de ses anciens camarades de la Northwestern University qui exerce l'honorable profession d'infirmière. Sans travail, Claude, qui supporte mal l'idée d'être à la charge de son épouse, accepte un emploi saisonnier à Toledo (Ohio). Sa misson accomplie il revient à New York où l'attend une proposition de la Columbia Pictures, à la recherche d'acteurs inconnus capable d'incarner des boxeurs. Ayant assurément, la tête de l'emploi, l'acteur est retenu après un bout d'essai satisfaisant auquel participa avec autant de succès cette brute d'Ernest Borgnine. C'est ainsi qu'en 1953, Claude Akins fait ses débuts au cinéma, non crédité, dans «Tant qu'il y aura des hommes», fusilier pugiliste égaré sur une île du Pacifique entre Burt Lancaster, Montgomery Clift et Frank Sinatra.

Pris sous contrat par un agent qui croit en son potentiel, il enchaîne alors avec un premier western, «Bitter Creek», dans lequel il éprouve la joie de jouer avec une des idoles de son enfance, le vétéran Bill Elliott, lequel l'aide à faire intégrer son épouse dans l'équipe technique comme infirmière de plateau. Sa trogne patibulaire ne passant pas inaperçue – affûblé du surnom de Horrible dans «Ouragan sur le Caine» (1954), il subit les sautes d'humeur de son paranoïaque de capitaine subtilement incarné par Humphrey Bogart –, il cumule huit apparitions cinématographiques pour la seule année 1954 («The Raid» de Hugo Fregonese, «Down Three Dark Streets» d'Arnold Laven, etc).

Essentiellement distribué comme mauvais garçon dans des westerns («Man With the Gun» en 1955, «Johnny Concho» en 1956,…) ou des films de guerre («Battle Stations» en 1956, «Merrill's Marauders» en 1962,…) durant les années cinquante et soixante, il a rarement l'occasion de jouer les héros positifs, même s'il n'est pas trop méchant dans «The Sea Chase/Le renard des océans» (1955) où il a l'avantage de servir sous les ordres de John Wayne. En 1959, les deux hommes ne seront pourtant pas du même côté des barreaux derrière lesquels l'a emprisonné John T.Chance, le shérif de «Rio Bravo», pour ce qui demeure un de ses plus beaux rôles.

En 1960, il obient un rôle important, face à Randolph Scott, dans «Comanche Station» où, meneur d'un trio de redoutables aventuriers, il redouble de vilaines manières. Celà ne l'empêchera pas d'endosser un costume d'ecclésiastique pour assister au premier «Procès du singe» américain qui opposa, en 1925, créationnistes et évolutionnistes : le cinéma est souvent fait de retournement de soutanes.

À partir des années soixante-dix, s'il n'abandonne pas pour autant le cinéma («Sledge» en 1970, «Skyjacked/Alerte à la bombe» en 1972, «Tentacules» en 1977,…), Claude Akins accèdera à une notoriété grandissante au travers de ses compositions pour le petit écran : sympathique camionneur dans la série «Movin' On». (1974/1976), il se range définitivement du bon côté de la loi en épinglant son étoile de shérif dans la série «The Midsaventures of Lobo» (1979) et sa suite, «Lobo» (1981).

Ayant investit sa fortune dans un luxueux hôtel de Las Vegas et un centre commercial de la San Fernando Valley, Claude Akins finit pas s'établir à Vista, du côté de San Diego, où il vécut ses derniers jours auprès de son unique épouse Thérese qui lui aura donné trois enfants (Claude en 1957, Wendy en 1959, Michelle en 1961), avant qu'un cancer bien plus méchant que lui ne finisse par l'emporter au paradis des mauvais garçons.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
LgAnTitre  
11953FROM HERE TO ETERNITY (Tant qu'il y aura des hommes) [Non crédité]
21954BITTER CREEK de Thomas CARR 
31954THE CAINE MUTINY (Ouragan sur le Caine)
41954THE RAID (Le raid) [Non crédité]
51954DOWN THREE DARK STREETS (L'assassin parmi eux)
61955THE SEA CHASE (Le renard des océans)
71955MAN WITH THE GUN (L'homme au fusil) [Non crédité]
81956BATTLE STATIONS (L'enfer du Pacifique)
91956THE SHARKFIGHTERS (Opération "Requins")
101958THE DEFIANT ONES (La chaîne)
111959RIO BRAVO
121959FRONTIER RANGERS (Frontière sauvage) [Non crédité]
131959YELLOWSTONE KELLY (Le géant du grand nord)
141959HOUND-DOG MAN (Le vagabond des bois maudits)
151960COMANCHE STATION
161960INHERIT THE WIND (Procès de singe)
171961CLAUDELLE INGLISH de Gordon DOUGLAS 
181962MERRILL's MARAUDERS (Les maraudeurs attaquent)
191962BLACK GOLD
201966RIDE BEYOND VENGEANCE
211966RETURN OF THE SEVEN (Le retour des sept)
221970A MAN CALLED SLEDGE (Un homme nommé Sledge)
231970FLAP / THE LAST WARRIOR (L'Indien)
241972SKYJACKED (Alerte à la Bombe)
251977TENTACLES / TENTACOLI (Tentacules)
Éd.8.1.3 : 24-11-2017