La bibliothèque de L'Encinématheque

Nicole KIDMAN (1967)

Nicole Kidman

Actrice australienne, née le 20 juin 1967, à Honolulu (Hawaï, États-Unis).

De descendances anglaises, irlandaises et écossaises, Nicole Kidman est la fille d'Antony David Kidman, bio-chimiste et psychologue australien, et de Janelle Ann Glenning, enseignante infirmière. On lui connaît une soeur cadette, Antonia, qui deviendra journaliste et l'une des figures populaires du petit écran océanien. À sa naissance, ses parents s'installe à Washington D.C. où le père poursuit des recherches sur le cancer du sein.

En 1970, tout ce petit monde retourne en Australie et s'installe à Nord Shore, près de Sydney, où les fillettes passent leur enfance. Nicole suit des études à l'école catholique de Lane Cove avant de rejoindre la North Sydney Girls' High School. Entre temps, elle satisfait une dévorante passion pour la danse avant de succomber aux bienfaits de la scène pour vaincre une timidité excessive. C'est ainsi que de rares spectateurs peuvent s'enorgueillir de l'avoir vue incarner un charmant agneau dans un spectacle de Noël ! D'autres, plus nombreux, purent entendre son charmant filet de voix, chanteuse qu'elle fut au sein d'un éphémère groupe musical.

Dès l'âge de 16 ans, la déjà belle enfant choisit de mettre un terme à sa scolarité pour se consacrer à l'art dramatique. Ouvreuse au Capitol Theatre de Sydney dont elle intègre bientôt la troupe de comédiens, elle y fait ses premières armes professionnelles, bientôt suivies d'une apparition à l'écran dans une production nationale, «Bush Christmas» (1983). On peut aussi la voir pratiquer avec aisance le V.T.T. dans «BMX Party» (1983) et le surf dans «Windrider» (1986), quand elle n'y fait pas autre chose. Hélas, sa mère étant atteinte d'un cancer du sein – ironie du sort si l'on tient compte des préoccupations de son chercheur de mari – la jeune fille met son parcours artistique en sommeil pour tenir un emploi de masseuse chez un kinésithérapeute afin de mettre un peu de beurre dans les “summer squach”.

L'alerte passée, l'actrice qu'est devenue Nicole remporte le prix de la meilleure interprète de mini-série télévisée à elle décerné par l'Australian Film Institute pour «Vietnam» (1987). Peu après, elle prend un agent américain qui la fait débuter ches l'Oncle SAm dans «Dead Calm» (1988), lui permettant de se faire remarquer de l'autre côté de l'océan Pacifique.

En 1990, elle partage le haut d'un générique avec un jeune acteur déjà célèbre et adulé, Tom Cruise. Qu'un coup de foudre naisse de ces «Jours de tonnerre» ne surprendra personne et les deux amoureux se marient le 24 décembre de la même année. De leur union aurait dû naitre leur premier enfant, mais une grossesse interrompt cette attente. Le couple adopte alors successivement Isabella Jane (née le 22-12-1992) et Connor Anthony (né le 17-1-1995). En avril 2001, une fausse couche viendra mettre un terme à leur espérance d'une descendance biologique, peu avant que les deux acteurs ne se séparent, officiellement pour des “nécessités de carrières”, mais il est certain que l'implication non partagée du mari au sein de l'Église de Scientologie ne fut pas étrangère à l'événement.

Auparavant, ils auront fait chemin cinématographique commun à deux autres reprises. «Horizons lointains» (1991), album de belles images de la campagne irlandaise, en fait deux partenaires qui sauront s'affranchir de leur différence sociale pour se batir un avenir de liberté. Plus sulfureux, «Eyes Wide Shut» de Stanley Kubrick (1998) baigne dans un univers de sensualité/sexualité au fond duquel madame se livre intimement, prenant un ascendant de notoriété sur monsieur, toute star qu'il soit déjà.

Nicole Kidman a désormais sa carrière bien en mains. Soucieuse de s'impliquer dans des projets de qualité, elle travaille avec des réalisateurs reconnus : Harold Becker pour «Malice» (1993, Joel Schumacher pour «Batman Forever» (1994), Gus Van Sant pour «Prête à tout» (1995)… et renoue avec l'Australie en donnant son visage à ce «Portrait de femme» redessiné pour elle par Jane Campion (1995). Parallèlement, elle participe à un sketch hilarant de l'émission de télévision «Saturday Night Live» aux côtés du fantaisiste Mike Myers. Par ailleurs, elle est honorée d'un London Evening Standard Theatre Award pour ses contributions spéciales sur le splanches et se voit “nominée” pour un éventuel Laurence Olivier Theatre Award (1999) de la meilleure actrice pour sa composition dans «The Blue Room», une adaptation de l'oeuvre de Schnitzler, «La ronde». Sur le plan humanitaire, elle participe à une croisade contre la maltraitance faite aux enfants.

En 2000, résolue à poursuivre son parcours en solitaire, elle obtient une première citation dans la course à l'oscar de la meilleure actrice avec «Moulin Rouge !», tournage au cours duquel elle se fracture une côte. Plus bienveillante, l'année 2003 lui apportera de nombreuses satisfactions, comme cette étoile à son nom gravée sur le Hollywood Hall of Fame, la satisfaction de voir ses qualités de pianiste utilisées, ne fut-ce que brièvement, dans «Cold Mountain» et surtout l'attribution de l'oscar de la meilleure actrice pour sa courte performance (25 minutes) dans «The Hours», ce qui fait d'elle la première actrice australienne à obtenir le précieux trophée. Désormais, selon le magazine australien Business Review Weekly, ses revenus font d'elle la quadragénaire féminine la plus fortunée au pays des kangourous ! Pas de doute, c'est dans la poche !

Le tournant du siècle négocié, désormais considérée par beaucoup comme "… la meilleure actrice américaine de de sa génération" (entre autres et pas des moindres Meryl Streep), Nicole Kidman saura diversifier ses apparitions en incarnant des personnages à l'allure et à l'esprit bien différents. À «L'interprète» newyorkaise du film éponyme de Sydney Pollack (2005) succèderont «Ma sorcière bien aimée» (2005) chez laquelle son petit nez légèrement retroussé fait merveille, le portrait imaginaire de la photographe de rue américaine «Diane Arbus» (2006), le personnage fantastique de «À la croisée des mondes : La boussole d'or» (2007), l'aristocrate anglaise engluée dans les grandes plaines d'«Australia» (2008), l'enjôleuse ensoleillée de «Paperboy» (2012), l'incarnation altière de «Grace de Monaco» (2014), la voyageuse improbable de «Queen of the Desert» telle que l'aura voulue Werner Herzog (2015) ou encore la punk blondasse de «How to Talk to Girls at Parties» (2017.

Épouse depuis 2006 du chanteur néo-zélandais Keith Urban, elle lui a donné 2 filles, Sunday (2008), et Faith (2010). Faite Compagnon de l'Ordre d'Australie lors d'une cérémonie à Canberra en récompense de sa contribution au septième art, de son travail de charité dans la protection des femmes et des enfants et de sa contribution financière à la recherche sur le cancer, elle devient productrice sur ses films «Rabbit Hole» (2010) et «La famille Fang» (2015). Membre du jury du Festival de Cannes 2013 qui lui attribuera en 2017 un prix spécial pour l'ensemble d'une carrière qui nous surprendra encore, elle annonça en 2014 qu'elle entamait l'écriture d'un scénario dont nous attendons des nouvelles. Elle ne délaisse pas pour autant son travail de comédienne, faisant l'objet d'une nouvelle nomination à l'oscar de la meilleur actrice de complément pour sa composition dans «Lion» (2016).

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1983
BUSH CHRISTMAS, de Henri SAFRAN
 
2
1983
BMX BANDITS, de Brian TRENCHARD-SMITH
 
3
1986
WINDRIDER, de Vincent MONTON
 
4
1988
EMERALD CITY, de Michael JENKINS
 
5
1988
DEAD CALM (Calme blanc)
6
1991
FLIRTING, de John DUIGAN
 
7
1990
DAYS OF THUNDER (Jours de tonnerre)
8
1991
BILLY BATHGATE
9
1991
FAR AND AWAY (Horizons lointains)
10
1993
MALICE
11
1993
MY LIFE
12
1994
BATMAN FOREVER
13
1995
TO DIE FOR (Prête à tout)
14
1995
THE PORTRAIT OF A LADY (Portrait de femme)
15
1997
THE PEACEMAKER (Le pacificateur)
16
1998
PRACTICAL MAGIC (Les ensorceleuses)
17
1998
EYES WIDE SHUT
18
2000
MOULIN ROUGE!
19
2001
LOS OTROS (Les autres)
20
2001
BIRTHDAY GIRL (Nadia)
21
2002
THE HOURS
22
2003
DOGVILLE
23
2003
THE HUMAN STAIN (La couleur du mensonge)
24
2003
COLD MOUNTAIN (Retour à Cold Mountain), d'Anthony MINGHELLA
 
25
2004
THE STEPFORD WIVES (Et l'homme créa la femme), de Frank OZ
 
26
2004
BIRTH, de Jonathan GLAZER
 
27
2005
THE INTERPRETER (L'interprète), de Sydney POLLACK
 
28
2005
BEWITCHED (Ma sorcière bien-aimée)
29
2006
FUR: AN IMAGINARY PORTRAIT OF DIANE ARBUS, de Steven SHAINBERG
 
30
2007
THE INVASION (Invasion), d'Oliver HIRSCHBIEGEL
 
31
2007
MARGOT AT THE WEDDING (Margot va au mariage), de Noah BAUMBACH
 
32
2007
THE GOLDEN COMPASS (À la croisée des mondes: La boussole d'or), de Chris WEITZ
 
33
2008
AUSTRALIA, de Baz LUHRMANN
 
34
2009
NINE
35
2010
RABBIT HOLE, de John Cameron MITCHELL
 
36
2010
JUST GO WITH IT (Le mytho, Just Go with It), de Dennis DUGAN
 
37
2011
TRESPASS (Effraction), de Joel SCHUMACHER
 
38
2012
THE PAPERBOY (Paperboy), de Lee DANIELS
 
39
2012
STOKER, de Chan-wook PARK
 
40
2013
THE RAILWAY MAN (Les voies du destin), de Jonathan TEPLITZKY
 
41
2014
GRACE OF MONACO (Grace de Monaco), d'Olivier DAHAN
 
42
2014
BEFORE I GO TO SLEEP (Avant d'aller dormir), de Rowan JOFFE
 
43
2014
PADDINGTON, de Paul KING
 
44
2015
STRANGERLAND, de Kim FARRANT
 
45
2015
QUEEN OF THE DESERT
46
2015
THE FAMILY FANG (La famille Fang), de Jason BATEMAN
 
47
2015
SECRET IN THEIR EYES (Aux yeux de tous)
48
2016
GENIUS, de Michael GRANDAGE
 
49
2016
LION, de Garth DAVIS
 
50
2017
HOW TO TALK TO GIRLS AT PARTIES, de John Cameron MITCHELL
 
51
2017
THE KILLING OF A SACRED DEER, d'Yorgos LANTHIMOS
 
52
2017
THE BEGUILED (Les proies), de Sofia COPPOLA
 
Éd. 9.1.3 : 13-6-2018