La bibliothèque de L'Encinématheque

Fernando REY (1917 / 1994)

Fernando Rey

Acteur espagnol, né Fernando Casado Arambillet, le 20 septembre 1917, à Coruña (Galicie, Espagne). Décédé le 9 mars 1994, à Madrid (Espagne).

Fils du capitaine Casado Veiga, un chef militaire de la République espagnole ayant combattu dans l'armée républicaine contre la rébellion du général Francisco Franco, et de Sara Arambillet Rey, Frère d'Elvira, Fernando passe son adolescence à Ségovie, où son père travaille comme professeur à l'Académie d'artillerie, avant de retourner à Coruña et de déménager à Madrid.

Ayant entamé des études secondaires, il envisage de devenir architecte, mais son avenir est assombri par l'avénement de la Guerre d'Espagne (1936). Capturé, son père sera condamné à mort par le gouvernement franquiste avant de voir sa peine transformée en déclaration d'indignité nationale. Libéré, celui-ci retrouvera du travail comme professeur de sciences et de mathématiques.

De son côté, Fernando se tourne vers l'art dramatique, faisant quelques apparitions sur scène. Afin de gagner sa vie, il fait de quelques figurations au cinéma sous le patronyme de sa mère, devenant ainsi Fernando Rey.

Encouragé, il poursuit sa carrière et grâce, à son physique robuste et impressionnant, obtient le rôle du duc d'Albe dans «Eugenia de Montijo» (José López Rubio, 1944). S'il campe le bachelier Sansón Carrasco dans une adaptation de «Don Quichotte» (Rafael Gil, 1947), il se constitue surtout une panoplie de costumes d'époque en incarnant de nobles personnages comme le roi Philippe V dans «La princesa de los Ursinos» (Luis Lucia, 1947), l'infant Alfonso dans «Reina Santa» (Rafael Gil, 1947) ou le souverain ambitieux et volage de «Locura de amor» (Juan de Orduña, 1948) dont l'épouse bafouée sombrera dans la folie. Parallèlement, doté d'un bel organe vocal, l'acteur ne dédaigne pas la post-synchronisation, devenant la voix espagnole de célébrités d'outre Atlantique, comme Tyrone Power ou Gary Cooper.

Général Palafox lors de la guerre d'indépendance espagnole dans «Augustina de Aragón» (Juan de Orduña, 1950), il se fait enfin connaître des grands noms du cinéma ibérique qui ne tardent pas à l'employer avantageusement : Luis García Berlanga (qui lui confie la narration de «Bienvenue Mister Marshall», 1952), Juan Antonio Bardem («Cómicos») et l'inévitable Luis Buñuel, de retour dans la mère patrie après son exil mexicain («Viridiana», 1961). Il se fait également remarquer en confesseur itinérant dans l'admirable «Marcelino, pan y vino» de Ladislao Vajda (1955).

Si le cinéma franquiste ne sort que rarement de sa sphère nationale, les années cinquante permettent tout de même à la petite notoriété européenne de Fernando de franchir les Pyrénées au travers de co-productions franco-espagnoles, comme «Les aventures de Gil Blas de Santillane» (René Jolivet, 1955), «Don Juan» (John Berry, 1955) ou encore «Les bijoutiers du clair de lune» (Roger Vadim, 1957)… qui font de lui l'oncle de Brigitte Bardot : pas de bol ! Dès lors, les frontières ne constituent plus un obstacle au développement de sa carrière et l'Italie l'accueille à Cinécittà ouvert : «Les derniers jours de Pompéi» (Mario Bonnard, 1959), «Les titans» (Duccio Tessari, 1961), «El Greco» (Luciano Salce, 1965),…

Ainsi, les “sixties” sont pour Fernando Rey celles de la conquête internationale : La Grande-Bretagne («The Running Man» de Carol Reed et «The Ceremony» de Laurence Harvey en 1963), l'Allemagne («Das Vermächtnis des Inka» d'Ernst Marischka, 1965) mais aussi les États-Unis («Le retour des sept» de Burt Kennedy en 1966, «Pancho Villa» de Buzz Kulik en 1968,…) ne dédaignent pas le distribuer. L'acteur termine la décade brillamment en retournant dans l'univers de Buñuel pour trois de ces dernières productions, «Tristana» (1969), «Le charme discret de la bourgeoisie» (1972) et «Cet obscur objet du désir» (1977).

Les années soixante-dix lui apportent une consécration définitive. Il apparaît dans «The French Connection» (1971) où il campe le rôle d'Alain Charnier, chef d'un réseau français de trafic de drogue dont il réendosse le costume dans «French Connection 2». «Cadavres exquis» (Francesco Rosi, 1975), «Le désert des Tartares» (Valerio Zurlini, 1976) et «Le grand embouteillage» (1979) assoient sa notoriété italienne tandis que le cinéma français l'utilise dans des oeuvres plus intimistes, comme «La chute d'un corps» (Michel Polac, 1973) ou la co-production franco-ibérique «Dîtes-le avec des fleurs» (Pierre Grimblat, 1974).

Fernando Rey obtiendra le Prix d'interprétation masculine du Festival de Cannes pour «Elisa, mon amour» (Carlos Saura, 1977) et le Goya du meilleur acteur pour «Diario de invierno» (Francisco Regueiro, 1988). Après «1492, Christophe Colomb» (Ridley Scott, 1992), ses dernières prestations se manifesteront en majorité sur les écrans espagnols, tandis qu'il fera sensation en incarnant «El Quijote de Miguel de Cervantes» (1991) pour la télévision ibérique.

Acteur très avec plus de 200 films à son palmarès, récompensé à de nombreuses reprises, Fernando Rey était considéré comme l'un des plus grands acteurs espagnols de son temps. Époux de l'acrice argentine Mabel Karr, sa partenaire dans plusieurs films et la mère de leur fils Fernando, il fut honoré du Prix National de Cinéma du Ministère Espagnol de la Culture. Il s'éteint à l'age de 77 ans, victime d'un cancer de la prostate.

Christian Grenier

Cliquez sur les iconespour accéder aux illustrations.

Cliquez sur les iconespour accéder à la fiche technique du film.

Cliquez sur les mots soulignés de la fiche technique pour faire apparaître les illustrations.

Cliquez sur la fiche technique pour la faire disparaître.

English translation

Click on the iconsto reveal the pictures.

Click on the iconsto reach the data sheet of the film.

Click on the words underlined of the data sheet to reveal the pictures.

Click on the data sheet to remove.

Filmographie sélective

Interprétations
Lg
An
Titre
 
 
1
1944
EUGENIA DE MONTIJO
2
1945
ESTABA ESCRITO, d'Alejandro ULLOA
 
3
1945
TIERRA SEDIENTA, de Rafael GIL
 
4
1946
LA PRÓDIGA
5
1947
DON QUIJOTE DE LA MANCHA
6
1947
NOCHE DE REYES
7
1947
REINA SANTA, de Rafael GIL, Henrique CAMPOS, Anibal CONTREIRAS
 
8
1947
LA PRINCESA DE LOS URSINOS
9
1947
FUENTEOVEJUNA
10
1948
SI TE HUBIESES CASADO CONMIGO
11
1948
LA PRÓXIMA VEZ QUE VIVAMOS, d'Enrique GÓMEZ
 
12
1948
LOCURA DE AMOR (La reine folle)
13
1948
MARE NOSTRUM (Du sang à l'aube), de Rafael GIL
 
14
1949
AVENTURAS DE JUAN LUCAS, de Rafael GIL
 
15
1950
AGUSTINA DE ARAGÓN
16
1951
CIELO NEGRO
17
1951
LA SEÑORA DE FÁTIMA, de Rafael GIL
 
18
1952
LA LAGUNA NEGRA, d'Arturo RUIZ CASTILLO
 
19
1953
AEROPUERTO
20
1953
CÓMICOS (Les comédiens)
21
1954
REBELDÍA
22
1955
MARCELINO, PAN Y VINO (Marcelin, pain et vin)
23
1955
DON JUAN
24
1957
FAUSTINA
25
1957
HORAS DE PÁNICO, de Donald TAYLOR
 
26
1957
UN MARIDO DE IDA Y VUELTA
27
1957
LAS ÚLTIMAS BANDERAS, de Luis MARQUINA
 
28
1959
PARQUE DE MADRID, d'Enrique CAHEN SALABERRY
 
29
1959
SONATAS / LAS AVENTURAS DEL MARQUES DE BRADOMIN
30
1959
GLI ULTIMI GIORNI DI POMPEI (Les derniers jours de Pompéi)
31
1959
MISSION IN MOROCCO / MISIÓN EN MARRUECOS
32
1961
VIRIDIANA
33
1961
FANTASMAS EN LA CASA, de Pedro Luis RAMÍREZ
 
34
1961
ARRIVANO I TITANI (Les titans)
35
1962
LA CARA DEL TERROR, d'Isidoro M.FERRY, William J.HOLE Jr
 
36
1962
ROGELIA, de Rafael GIL
 
37
1964
EL ESPONTÁNEO, de Jorge GRAU
 
38
1964
LOS PALOMOS
39
1965
DAS VERMÄCHTNIS DES INKA
40
1965
EL GRECO (Le Greco)
41
1966
ZAMPO Y YO, de Luis LUCIA
 
42
1966
RETURN OF THE SEVEN (Le retour des sept)
43
1966
NAVAJO JOE / UN DOLLARO A TESTE (Navajo Joe)
44
1966
LE VICOMTE RÈGLE SES COMPTES
45
1967
THE DESPERATE ONES
46
1967
RUN LIKE A THIEF / ROBO DE DIAMANTES, de Bernard GLASSER
 
47
1966
LE AVVENTURE E GLI AMORI DI MIGUEL CERVANTES (Les aventures extraordinaires de Cervantes)
48
1968
VILLA RIDES (Pancho Villa)
49
1969
TRISTANA
50
1970
LA COLLERA DEL VIENTO (La colère du vent)
51
1971
HISTORIA DE UNA TRAICIÓN
52
1971
A TOWN CALLED BASTARD (Les brutes dans la ville)
53
1971
THE LIGHT AT THE EDGE OF THE WORLD (Le phare du bout du monde)
54
1971
THE FRENCH CONNECTION
55
1971
QUESTA SPECIE D'AMORE (Un amour insolite), d'Alberto BEVILACQUA
 
56
1972
ANTONY AND CLEOPATRA (Antoine et Cléopâtre)
57
1972
COARTADA EN DISCO ROJO (Les 2 visages de la peur), de Tulio DEMICHELI
 
58
1972
LA DUDA, de Rafael GIL
 
59
1972
LE CHARME DISCRET DE LA BOURGEOISIE
60
1973
ZANNA BIANCA (Croc-Blanc)
61
1973
PENA DE MUERTE, de Jorge GRAU
 
62
1974
DITES-LE AVEC DES FLEURS, de Pierre GRIMBLAT
 
63
1974
FATTI DI GENTE PERBENE (La grande bourgeoise)
64
1974
LA FEMME AUX BOTTES ROUGES
65
1975
FRENCH CONNECTION II
66
1976
A MATTER OF TIME (Nina)
67
1976
LE DÉSERT DES TARTARES / IL DESERTO DEI TARTARI
68
1977
ELISA, VIDA MÍA (Elisa mon amour)
69
1977
L'OCCHIO DIETRO LA PARETE, de Giulio PETRELLI
 
70
1977
CET OBSCUR OBJET DU DÉSIR
71
1978
LE DERNIER AMANT ROMANTIQUE, de Just JAECKIN
 
72
1978
REBELDÍA
73
1978
QUINTET
74
1979
L'INGORGO, UNA STORIA IMPOSSIBILE (Le grand embouteillage)
75
1979
CABO BLANCO
76
1981
LA STORIA VERA DELLA SIGNORA DELLE CAMELIE / LA DAME AUX CAMÉLIAS
77
1981
CASTA E PURA
78
1982
A ESTRANGEIRA, de João Mário GRILO
 
79
1982
MONSIGNOR (Monsignore)
80
1983
BEARN O LA SALA DE MUÑECAS (Béarn ou la chambre des poupées)
81
1984
THE HIT (Le tueur était presque parfait)
82
1984
UN AMOUR INTERDIT
83
1985
PADRE NUESTRO (Notre père)
84
1985
RUSTLERS' RHAPSODY, de Hugh WILSON
 
85
1985
EL CABALLERO DEL DRAGÓN
86
1985
SAVING GRACE, de Robert M.YOUNG
 
87
1987
MI GENERAL
88
1987
EL TÚNEL (Fatale obsession)
89
1988
EL BOSQUE ANIMADO (La forêt animée)
90
1988
MOON OVER PARADOR
91
1988
DIARIO DE INVIERNO (Journal d'hiver), de Francisco REGUEIRO
 
92
1989
LA BAHÍA ESMERALDA
93
1990
LA BATALLA DE LOS TRES REYES (Les cavaliers de la gloire)
94
1992
1492, CHRISTOPHE COLOMB
95
1993
AL OTRO LADO DEL TÚNEL, de Jaime de ARMIÑÁN
 
Éd. 9.1.3 : 4-6-2018